Posts Tagged ‘Tante Emma’

Raimondorama 44

Posted in Oulibouf on novembre 20th, 2019 by gerard – 1 Comment

Egaré dans les tréfonds de ma bécane, j’avais omis de publier cet exploit de tante Emma d’il y a deux ans. Je répare cet oubli en présentant mes excuses à Raimondo.

Souvenirs
On était en hiver et la neige tombait ;
Tante Emma au salon près de l’âtre, brodait :
C’était durant ce temps la seule occupation
Qu’on pouvait espérer pendant l’âpre saison.
Dedans la cheminée les bûches pétillaient
Et tout en travaillant Tante Emma contemplait
Les flammes qui créaient sur les murs tapissés
Des reflets lumineux qui la faisaient rêver.
Elle se mit à penser, comme elle faisait souvent,
A ces jeux sulfureux qui la ravissaient tant,
Ces caresses d’amour qui vous mènent soudain
Au monde merveilleux des plaisirs libertins.
Cessant sa broderie, ses mains inoccupées
Se glissèrent bientôt vers des recoins cachés :
Un minou esseulé, ou un téton brûlant
Attendant la venue d’un spasme bienfaisant.
Emma rêva alors aux amants d’autrefois
Qui dans l’adolescence lui apportaient la joie,
Ses amis ses cousins et ses oncles aussi
Qui trouvaient avec elle un brin de fantaisie.
Il y avait Hector, dont les mains baladeuses
Caressait tendrement ses rondeurs généreuses
Et qui s’aventuraient en dessous des jupons
Pour aller titiller son gentil petit con ;
Et Emma apprécia ces doux attouchements
Qui provoquèrent alors ses premiers agréments.
Elle laissa Emilien entrouvrir son bustier
Pour entrevoir ses seins et pour les caresser.
Bien sûr elle évoqua cet oncle de passage
Qui un soir de printemps lui prit son pucelage,
Ainsi que Mélanie, conseillère émérite
Qui lui montra comment il faut sucer les bites ;
Elles étaient toutes deux dans un coin retiré
Lorsque soudainement Germain vint à passer,
Et Mélanie lui fit une bonne succion
Pendant que ses menottes agitaient les roustons,
Aussi le lendemain, rencontrant Casimir
Emma œuvra ainsi pour lui donner plaisir.
Le grand oncle Fernand la monta en levrette
Accompagnée bientôt d’une belle enculette.
Elle avait donc appris entre quinze et seize ans,
Pour jouir en amour, les premiers rudiments.
Et comme elle ne manquait pas d’imagination
Elle songea à parfaire diverses positions :
L’étreinte du panda, la fougue du dauphin
Ainsi que le galop de l’onagre abyssin,
Et il est attesté dans quelques vieux ouvrages
Qu’Emma imagina l’art du déshabillage,
Ce spectacle apprécié par ses cousins heureux
Découvrant des appâts dénudés peu à peu.

Ces images lui vinrent en faisant naitre alors
L’orgasme bienfaisant qui soulagea son corps.
Raimondo – 2017

Simon
Tante Emma et Simon qui s’étaient rencontrés
Se promenaient tous deux sous les vertes ramées.
L’air était suffocant, l’orage menaçait,
Et nos deux promeneurs, qui bien sûr le craignaient,
Afin de s’abriter trouvèrent en chemin
Le refuge espéré, en une grange à foin,
Et sur l’herbe séchée, cette natte moelleuse,
Il leur vint des idées quelque peu crapuleuses.
Tante Emma dégrafa son bustier de satin
Offrant à son neveu ses magnifiques seins
Que Simon caressa d’une main empressée
Baisant avec ferveur les tétons érigés.
Agréable début, prélude chaleureux
A d’autres griseries, d’autres jeux amoureux.
Tante Emma releva son jupon de pilou
Dénudant les secrets de son gracieux minou,
A la pilosité douce comme la soie
Et prêt à entonner le menuet du roi.
En voyant ce joyau, le neveu ébahi
Caressa tendrement le sexe épanoui
Tout suintant de cyprine et le petit bouton
Réclamant la venue d’un petit doigt fripon
Dont le doux va et vient allait en un instant
Provoquer on s’en doute un grand chambardement.
Et alors que le ciel était chargé d’éclairs,
Et que retentissait les échos du tonnerre,
Que la pluie tombait dru sur le chaume du toit
Tante Emma et Simon s’en donnaient à cœur joie,
Et comme dans l’azur tous deux vivaient alors
L’orage impétueux qui agitait leurs corps.
Cette joute d’amour sur le foin odorant,
Ce délicieux combat mené tambour battant
Fait de maintes figures, de gestes glamoureux,
Telles les coquineries du ouistiti joyeux,
Ou le doux feulement de la jeune panthère
Leur fit atteindre alors les rives de Cythère.
Raimondo – 2019

Antonin
Antonin reposait. Avec la Tante Emma
Tous deux avaient vécu de délirants ébats.

Tante Emma avait pris dans sa main caressante
Une bite avachie et encore indolente,
Et par l’heureux effet, de ce doux frôlement
Le membre s’éveilla et devint flamboyant.
A son tour, le neveu, soulevant les dessous
De la tante chérie mignota son minou.
Tout commença ainsi, des élans glamoureux
Qui donnèrent le branle à des jeux savoureux.
Emma se dévêtit offrant à Antonin
La splendide beauté de son corps vénusien,
Son buste généreux, ses fesses plantureuses
Qui firent le bonheur de ses mains fureteuses.
Longuement il palpa ces galbes avenants
Titillant les tétons de ses doigts envoutants
Effleurant à loisir les cuisses fuselées,
Blanches comme la nacre, à la peau satinée.
Ils éveillèrent ainsi par ces minauderies
La fièvre dans leur corps et la très grande envie
De trouver d’autres gestes et d’autres positions
Afin de s’enflammer au feu de la passion.
Alors on s’élança dans une chevauchée
Et les sens en furie se mirent à vibrer :
Du joyeux tête-à-queue à la douce levrette
Du fougueux soubresaut de l’écuyer Helvète
Suivi du doigt coquin s’égarant ça et là
Tout fut alors tenté aux cours de leurs ébats.
Cela fut délicieux, et comme à l’habitude
Le combat fut torride et l’empoignade rude ;
Ils prirent tout leur temps avant que d’exulter
Et parvenir enfin à la félicité,
Aussi quand le plaisir soudain se produisit
Ils clamèrent leur joie en poussant de grands cris.
Raimondo – 2019

Gertrude III

Gertrude ce jour-là passa voir Tante Emma ;
Elles ne s’étaient point vues depuis longtemps déjà
Et c’est avec plaisir, quand venait l’occasion
De trouver un moment pour la conversation.
Bien souvent cependant au lieu de papoter
Elles aimaient tendrement pouvoir se cajoler
Se faire des mamours et user de tendresse
En parcourant leurs corps de ferventes caresses.
Tante Emma prisait fort qu’une avenante main
S’en vienne se poser sur ses deux jolis seins
Et délicatement qu’un délicieux doigté
Mignote ses tétons avec suavité
A ce jeu là Gertrude avec plein de douceur
Apportait à ces membres un frisson de bonheur.
Tante Emma, à son tour, de sa main chaleureuse
S’égarait dans les plis d’une toison pileuse
Apportant au minou de la nièce mignonne
L’attouchement exquis d’une dextre friponne.
Comme elles étaient heureuses et comme longuement
Elles passaient toutes deux de savoureux moments ;
Que ce soit au salon, sur les draps de satin,
Dans des recoins secrets à l’écart des témoins,
Ces femmes échangeaient les gestes passionnés
Les menant peu à peu vers la félicité.
Et ce jour là, ce fut sur un douillet sofa
Qu’un heureux tête-à-queue enflamma leurs ébats
Et provoqua alors la délirante ivresse
Causée par les effets de leurs tendres caresses.
Côte à côte lovées, elles aimaient se blottir
Savourant la torpeur qui succède au plaisir,
Songeant à d’autres jeux et à d’autres émois
Qu’elles vivraient toutes deux une prochaine fois.
Raimondo – 2019

Raimondorama 43

Posted in Oulibouf on octobre 20th, 2019 by gerard – 1 Comment

Tante Agathe
Tante Emma, on le sait, avait des seins pulpeux
Qui faisait le bonheur de tous ses amoureux.
Ses cousins, ses neveux ainsi que ses amis,
Entre ces deux joyaux avaient glissé leur vit
Et Emma toujours prête à donner du plaisir
Répondait volontiers à leurs fervents désirs,
Car le doux va et vient de ses globes mammaires
Avait évidemment un effet incendiaire.
La chose était connue, et les femmes souvent
Venaient lui demander des éclaircissements
Sur la façon de faire semblable gâterie
Qu’elles souhaitaient, à leur tour, offrir à leurs maris.
Emma les conseillait, et avec du talent
Exposait le pourquoi ainsi que le comment.
Hors il advint qu’un jour la jolie tante Agathe
Ayant de très beaux yeux mais la poitrine plate,
S’en vint auprès d’Emma, qui alors constata
Que telle platitude empêchait ces ébats.
Oui mais au demeurant, elle avait par ailleurs,
Ce qu’Emma remarqua, un joli postérieur,
Bien rond, bien modelé, dont la courbe attrayante
Permettait d’espérer des distractions plaisantes.
Elle lui apprit ainsi, qu’on peut sans hésiter
Lorsque l’on fait l’amour, parfois se retourner.
Lors, très souventes fois, Agathe se tourna
Offrant à son mari ses délicieux appâts ;
Et c’est dans la chaleur d’un beau sillon fessier
Qu’avec un grand plaisir il put se délecter.
Raimondo – 2019

Germain II
Tante Emma était nue sur ses draps de satin,
Elle avait fait l’amour avec le beau Germain,
Son neveu préféré dont la bite fouineuse
Savait à l’occasion se montrer orgueilleuse.
Tante Emma éprouvait dans leur intimité
Ce que d’autres parfois ne pouvaient apporter,
Car cet amant divin aux subtiles manières
Avec maestria la menait à Cythère,
Variant les positions et les menus plaisirs,
Afin de contenter tous ses moindres désirs.
Avec délicatesse, il savait cajoler
Les deux seins généreux qu’il avait dénudés
Et sa bouche brûlante happait avec passion
Les brunes aréoles et leurs charmants tétons.
Doucettement ses mains allant à l’aventure,
Soulevant son jupon à la fine guipure
Et allaient musarder vers l’antre de l’amour
Pour éveiller du doigt l’exquis bouton glamour.
On abordait alors, après ces préambules,
Le vol du scarabée ou de la libellule,
Le combat des troyens, celui des janissaires
Et le charivari du glorieux légionnaire ;
On ne négligeait pas pour cette belle fête
Le brûlant tête- à-queue, ainsi que la levrette
Le frou-frou espagnol, le petit doigt coquin
Qui dans le bas du dos recherche son chemin.
On s’arrêtait parfois, entre deux galipettes
Pour mieux se préparer à d’autres pirouettes
Jusqu’au moment choisi ou tous deux enlacés,
L’orgasme trépident venait les emporter.

Ils avaient exulté. Tante Emma de sa main
S’offrit à réveiller un vit encor éteint
Et le doux va et vient de sa tendre menotte
Ranima peu à peu cette bite pâlotte
Qui s’enfla tout coup provocant aussitôt
Toutes les conditions pour un nouvel assaut ;
Et une fois encor avec délectation,
On s’en vint à franchir alors le Rubicon.

Tante Emma était nue sur ses draps de satin,
Elle avait fait l’amour avec le beau Germain,
Et avant de dormir, de sa bouche câline,
Elle baisa tendrement cette gracieuse pine.
Raimondo – 2019

Joyeux quadrille
Tante Emma suçait Paul pendant que Sidonie
Masturbait tendrement son cousin Jérémie.

C’est en se promenant tout au fond du verger
Qu’ils eurent tout à coup cette très bonne idée,
De prendre du bon temps, et sur le vert gazon
De faire quelques folies dessous les frondaisons.
Très lentement Emma, dégrafa son pourpoint
Offrant à ses neveux ses voluptueux seins ;
Sidonie fit de même et très rapidement
On se précipita sur ces joyaux charmants,
Ces globes généreux qui attiraient les mains
Titillant tendrement les délicieux tétins.
Ces délicats touchers ces douces attentions
Mirent le feu aux poudres et firent explosion ;
Et ce fut le délire, l’assaut de volupté,
Le combat délicieux des amants empressés.
On se fit des baisers, de subtiles caresses
Créant de l’euphorie et une folle ivresse ;
On laissa divaguer les mains sur les peaux nues,
Tante Emma enseigna des gestes méconnus
Comme l’effleurement du petit doigt frondeur
Ou le doux chatouillis du vit envahisseur,
On flatta les minous, pelota les roupettes,
On sut avec plaisir pousser la chansonnette,
On gouta aux assauts de la belle espagnole
Ainsi qu’aux pitreries de la louve frivole.
On alla doucement en prenant tout son temps
Pour composer enfin le grand contentement :

Tante Emma suça Paul pendant que Sidonie
Masturbait tendrement son cousin Jérémie.
Raimondo – 2019

Emma la rêveuse
Emma ne dormait point mais elle rêvassait.

Elle avait cinquante ans ; comme le temps passait !
Malgré ce demi-siècle elle se sentait toujours
Apte aux douces folies et prête à faire l’amour.
Ses neveux, ses amis la trouvaient toujours belle
Avec sa peau nacrée, son corps de jouvencelle,
Ses appâts délicieux attirant les caresses
Sur ses seins ravissants et ses splendides fesses
Qu’elle offrait à tout va sans jamais rechigner
A tous ces amoureux souhaitant les honorer.
Ses mains restaient actives, ses lèvres également
Qui savaient réveiller les sexes indolents,
Quant à ses doigts frondeurs et toujours guillerets
Ils allaient et venaient vers les recoins secrets
Caressant tendrement d’un sublime toucher
Le sillon frémissant qui était à portée.
Elle avait maintes fois avec le beau Fernand
Mimé les pitreries du tapissier persan
Puis sans se faire prier se mettant en levrette
On partait au galop du cavalier helvète,
Et lorsque le plaisir la submergeait enfin
Elle chantait le grand air de l’émir abyssin.
A l’oncle Jérémie qui n’était plus fringant
Elle offrit la douceur de ses seins opulents
Qu’il cajola alors, de ses mains caressantes
Titillant les tétons d’une bouche gourmande.
Elle chevaucha Armand comme fit à Ithaque
Au glorieux Hector l’intrépide Andromaque
Et se montra aimable avec sa chambrière
La menant un instant aux rives de Cythère.
Ainsi songeait Emma, attendant que Morphée
Vers le pays des rêves s’en vienne la porter,
Souhaitant longtemps encor, offrir sa frénésie
Et donner du bonheur à ses petits amis.
Comme elle rêvassait, ses mains soudainement
Voguèrent en direction de son minou charmant
Produisant tout à coup un frisson sans pareil
Qui la plongea alors en un profond sommeil,
Durant lequel sans doute, vinrent la visiter,
Tous les nombreux amants qu’elle avait rencontrés.
Raimondo – 2019

Raimondorama 42

Posted in Oulibouf on septembre 20th, 2019 by gerard – 2 Comments

Qui pourrait se passer en 2019 des fredaines de cette brave tante Emma ? Non, mais c’est vrai quoi, la question est même à l’ordre du jour à l’Académie Française !

Célestin
Le petit doigt curieux du gentil Célestin
Errait dans le sillon de deux très jolis seins,
Ceux que la Tante Emma laissait voir et toucher
A ses jeunes neveux aimant les honorer.
Célestin attiré par ces rondeurs exquises
Avait glissé sa main pleine de convoitise
Vers ces globes pulpeux qu’il souhait dénuder
Afin d’y déposer ses lèvres empressées.
Tante Emma ne refusant pas cette attention
Ouvrit très largement sa robe de coton
Afin de mettre à nu les charmantes beautés
Aux brunes aréoles et aux tétons dressés.
Célestin tout ému découvrant ces merveilles
Soudainement saisi d’une joie sans pareille
Prit en main ces joyaux et amoureusement
Très fort les étreignit avec ravissement.
Tante Emma s’enflamma à la tendre caresse,
Son sexe ressentit une très folle ivresse :
Elle ôta ses atours et sur un canapé
Elle offrit son corps nu au neveu chaviré
Qui découvrait ainsi pour la première fois
Cette splendide femme aux séduisants appâts.
Il resta médusé durant un court moment
Puis petit à petit se montra conquérant,
Ses mains firent merveille et la peau satinée
Fut l’objet de caresses et de fervents baisers.
Sur le bouton d’amour il musarda longtemps
Afin de provoquer par de doux frôlements
L’orgasme délicieux, ce souverain, plaisir
Qui réchauffe les cœurs et qui vous fait frémir.
En gémissant, Emma cria sa volupté
Puis prenant en sa main le vit énamouré,
A son tour elle offrit par de lents va et vient
Les bienheureux effets du plaisir vénérien.
Raimondo – 2019

L’oncle Léon
Tante Emma frémissait. Le grand oncle Léon,
Bien que d’âge avancé étant resté fripon
Il avait en ce jour jeté son dévolu
Sur sa nièce chérie et sur son joli cul.
Emma ne boudait points les envies du tonton
Acceptant qu’il passât la main sous son jupon
Et que ses doigts coquins s’en viennent à explorer
Tous les recoins secrets qui étaient à portée.
C’est ainsi qu’il trouva une gentille motte
Car Emma ce jour là n’avait pas de culotte,
Se doutant que Léon étant dans les parages,
Ce polisson, bientôt, viendrait lui rendre hommage
Et faire à son minou quelques douces caresses
De tendres frôlements et autres gentillesses.
Tout cela se passait en un coin isolé
Sous les pommiers en fleurs tout au fond du verger,
Ce lieu cher à Emma, qui en maintes occasions
Trouva pour ses envies, douce satisfaction.
L’oncle Léon sentant que sa nièce frivole
Etait prête à vouloir danser la farandole
Initia le tempo et furieusement
Tenta de se glisser dans cet antre brûlant,
Mais malheureusement son vit octogénaire
N’étant plus aujourd’hui comme il était naguère
L’oncle dut constater que sa flaccidité
Excluait désormais d’y pouvoir pénétrer.
Et Emma constata que son oncle Léon
Avait dorénavant trop grande prétention.
Aussi elle aboucha la bite réfractaire,
Et ses lèvres goulues se montrant tutélaires
Elle caresse longtemps le sexe ramolli
Afin de lui donner un tant soit peu de vie ;
Cela fut inutile, il arrive un moment
Ou malgré les efforts on demeure impuissant.
Raimondo- 2019

L’oncle Robin
Passant derrière Emma le vieil oncle Robin
Caressa tendrement son gracieux popotin.
Cet oncle était connu pour ses gestes indécents
Ne plaisant toujours, mais Emma cependant
Se laissait tripoter sans faire de giries
Sans se montrer sévère et pousser de grands cris ;
Et même, elle appréciait, que ses mains baladeuses,
Soulèvent son jupon et se montrent fouineuses
Pour que des doigts coquins puissent batifoler
Vers les précieux trésors de son intimité.
Cet oncle, en d’autres temps, coureur de guilledou
Se montra conquérant, lui faisant les yeux doux,
Et Emma le laissa pousser la chansonnette
Se montrant sans façon on ne peut plus coquette ;
Ils goûtèrent alors tous les frémissements
Qu’avec avidité partage les amants,
Et c’est ainsi qu’Emma grâce à ce fier jouteur,
Connut la chevauchée du fringant gladiateur
Le saut du bouquetin, l’assaut du belluaire
Et la quarte fouettée du jeune mousquetaire.
Bien sûr on s’amusa, jouant à la levrette,
A l’Ibère opulente ou la suce minette,
Et sous les chênes verts des bois environnants
On vécu, à loisir, de savoureux instants.
Et puis avec le temps les choses se calmèrent
Robin, pour exulter trouva d’autres chimères
Et Emma à son tour, pour calmer ses ardeurs
Se laissa courtiser par d’autres séducteurs.
Ils menèrent leur vie chacun de leur coté
En gardant au fond d’eux une belle amitié.

Lorsqu’ils se retrouvaient, songeant à autrefois,
Des idées leur venaient et très souventes fois
Passant derrière Emma le vieil oncle Robin
Caressait tendrement son gracieux popotin.
Raimondo – 2019

Germain II
Tante Emma était nue sur ses draps de satin,
Elle avait fait l’amour avec le beau Germain,
Son neveu préféré dont la bite fouineuse
Savait à l’occasion se montrer orgueilleuse.
Tante Emma éprouvait dans leur intimité
Ce que d’autres parfois ne pouvaient apporter,
Car cet amant divin aux subtiles manières
Avec maestria la menait à Cythère,
Variant les positions et les menus plaisirs,
Afin de contenter tous ses moindres désirs.
Avec délicatesse, il savait cajoler
Les deux seins généreux qu’il avait dénudés
Et sa bouche brûlante happait avec passion
Les brunes aréoles et leurs charmants tétons.
Doucettement ses mains allant à l’aventure,
Soulevant son jupon à la fine guipure
Et allaient musarder vers l’antre de l’amour
Pour éveiller du doigt l’exquis bouton glamour.
On abordait alors, après ces préambules,
Le vol du scarabée ou de la libellule,
Le combat des troyens, celui des janissaires
Et le charivari du glorieux légionnaire ;
On ne négligeait pas pour cette belle fête
Le brûlant tête- à-queue, ainsi que la levrette
Le frou-frou espagnol, le petit doigt coquin
Qui dans le bas du dos recherche son chemin.
On s’arrêtait parfois, entre deux galipettes
Pour mieux se préparer à d’autres pirouettes
Jusqu’au moment choisi ou tous deux enlacés,
L’orgasme trépident venait les emporter.

Ils avaient exulté. Tante Emma de sa main
S’offrit à réveiller un vit encor éteint
Et le doux va et vient de sa tendre menotte
Ranima peu à peu cette bite pâlotte
Qui s’enfla tout coup provocant aussitôt
Toutes les conditions pour un nouvel assaut ;
Et une fois encor avec délectation,
On s’en vint à franchir alors le Rubicon.

Tante Emma était nue sur ses draps de satin,
Elle avait fait l’amour avec le beau Germain,
Et avant de dormir, de sa bouche câline,
Elle baisa tendrement cette gracieuse pine.
Raimondo – 2019

Raimondorama 41

Posted in Oulibouf on juin 20th, 2019 by gerard – 2 Comments

Joyeux quadrille
Tante Emma suçait Paul pendant que Sidonie
Masturbait tendrement son cousin Jérémie.

C’est en se promenant tout au fond du verger
Qu’ils eurent tout à coup cette très bonne idée,
De prendre du bon temps, et sur le vert gazon
De faire quelques folies dessous les frondaisons.
Très lentement Emma, dégrafa son pourpoint
Offrant à ses neveux ses voluptueux seins ;
Sidonie fit de même et très rapidement
On se précipita sur ces joyaux charmants,
Ces globes généreux qui attiraient les mains
Titillant tendrement les délicieux tétins.
Ces délicats touchers ces douces attentions
Mirent le feu aux poudres et firent explosion ;
Et ce fut le délire, l’assaut de volupté,
Le combat délicieux des amants empressés.
On se fit des baisers, de subtiles caresses
Créant de l’euphorie et une folle ivresse ;
On laissa divaguer les mains sur les peaux nues,
Tante Emma enseigna des gestes méconnus
Comme l’effleurement du petit doigt frondeur
Ou le doux chatouillis du vit envahisseur,
On flatta les minous, pelota les roupettes,
On sut avec plaisir pousser la chansonnette,
On gouta aux assauts de la belle espagnole
Ainsi qu’aux pitreries de la louve frivole.
On alla doucement en prenant tout son temps
Pour composer enfin le grand contentement :

Tante Emma suça Paul pendant que Sidonie
Masturbait tendrement son cousin Jérémie.
Raimondo – 2019

Emma la rêveuse
Emma ne dormait point mais elle rêvassait.

Elle avait cinquante ans ; comme le temps passait !
Malgré ce demi-siècle elle se sentait toujours
Apte aux douces folies et prête à faire l’amour.
Ses neveux, ses amis la trouvaient toujours belle
Avec sa peau nacrée, son corps de jouvencelle,
Ses appâts délicieux attirant les caresses
Sur ses seins ravissants et ses splendides fesses
Qu’elle offrait à tout va sans jamais rechigner
A tous ces amoureux souhaitant les honorer.
Ses mains restaient actives, ses lèvres également
Qui savaient réveiller les sexes indolents,
Quant à ses doigts frondeurs et toujours guillerets
Ils allaient et venaient vers les recoins secrets
Caressant tendrement d’un sublime toucher
Le sillon frémissant qui était à portée.
Elle avait maintes fois avec le beau Fernand
Mimé les pitreries du tapissier persan
Puis sans se faire prier se mettant en levrette
On partait au galop du cavalier helvète,
Et lorsque le plaisir la submergeait enfin
Elle chantait le grand air de l’émir abyssin.
A l’oncle Jérémie qui n’était plus fringant
Elle offrit la douceur de ses seins opulents
Qu’il cajola alors, de ses mains caressantes
Titillant les tétons d’une bouche gourmande.
Elle chevaucha Armand comme fit à Ithaque
Au glorieux Hector l’intrépide Andromaque
Et se montra aimable avec sa chambrière
La menant un instant aux rives de Cythère.
Ainsi songeait Emma, attendant que Morphée
Vers le pays des rêves s’en vienne la porter,
Souhaitant longtemps encor, offrir sa frénésie
Et donner du bonheur à ses petits amis.
Comme elle rêvassait, ses mains soudainement
Voguèrent en direction de son minou charmant
Produisant tout à coup un frisson sans pareil
Qui la plongea alors en un profond sommeil,
Durant lequel sans doute, vinrent la visiter,
Tous les nombreux amants qu’elle avait rencontrés.
Raimondo – 2019

Célestin
Le petit doigt curieux du gentil Célestin
Errait dans le sillon de deux très jolis seins,
Ceux que la Tante Emma laissait voir et toucher
A ses jeunes neveux aimant les honorer.
Célestin attiré par ces rondeurs exquises
Avait glissé sa main pleine de convoitise
Vers ces globes pulpeux qu’il souhait dénuder
Afin d’y déposer ses lèvres empressées.
Tante Emma ne refusant pas cette attention
Ouvrit très largement sa robe de coton
Afin de mettre à nu les charmantes beautés
Aux brunes aréoles et aux tétons dressés.
Célestin tout ému découvrant ces merveilles
Soudainement saisi d’une joie sans pareille
Prit en main ces joyaux et amoureusement
Très fort les étreignit avec ravissement.
Tante Emma s’enflamma à la tendre caresse,
Son sexe ressentit une très folle ivresse :
Elle ôta ses atours et sur un canapé
Elle offrit son corps nu au neveu chaviré
Qui découvrait ainsi pour la première fois
Cette splendide femme aux séduisants appâts.
Il resta médusé durant un court moment
Puis petit à petit se montra conquérant,
Ses mains firent merveille et la peau satinée
Fut l’objet de caresses et de fervents baisers.
Sur le bouton d’amour il musarda longtemps
Afin de provoquer par de doux frôlements
L’orgasme délicieux, ce souverain, plaisir
Qui réchauffe les cœurs et qui vous fait frémir.
En gémissant, Emma cria sa volupté
Puis prenant en sa main le vit énamouré,
A son tour elle offrit par de lents va et vient
Les bienheureux effets du plaisir vénérien.
Raimondo – 2019

L’oncle Léon
Tante Emma frémissait. Le grand oncle Léon,
Bien que d’âge avancé étant resté fripon
Il avait en ce jour jeté son dévolu
Sur sa nièce chérie et sur son joli cul.
Emma ne boudait points les envies du tonton
Acceptant qu’il passât la main sous son jupon
Et que ses doigts coquins s’en viennent à explorer
Tous les recoins secrets qui étaient à portée.
C’est ainsi qu’il trouva une gentille motte
Car Emma ce jour là n’avait pas de culotte,
Se doutant que Léon étant dans les parages,
Ce polisson, bientôt, viendrait lui rendre hommage
Et faire à son minou quelques douces caresses
De tendres frôlements et autres gentillesses.
Tout cela se passait en un coin isolé
Sous les pommiers en fleurs tout au fond du verger,
Ce lieu cher à Emma, qui en maintes occasions
Trouva pour ses envies, douce satisfaction.
L’oncle Léon sentant que sa nièce frivole
Etait prête à vouloir danser la farandole
Initia le tempo et furieusement
Tenta de se glisser dans cet antre brûlant,
Mais malheureusement son vit octogénaire
N’étant plus aujourd’hui comme il était naguère
L’oncle dut constater que sa flaccidité
Excluait désormais d’y pouvoir pénétrer.
Et Emma constata que son oncle Léon
Avait dorénavant trop grande prétention.
Aussi elle aboucha la bite réfractaire,
Et ses lèvres goulues se montrant tutélaires
Elle caresse longtemps le sexe ramolli
Afin de lui donner un tant soit peu de vie ;
Cela fut inutile, il arrive un moment
Ou malgré les efforts on demeure impuissant.
Raimondo- 2019

Raimondorama 40

Posted in Oulibouf on mai 20th, 2019 by gerard – 2 Comments

(NB: Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Auguste
Tante Emma qui avait franchi la cinquantaine
Etait toujours alerte en matière de fredaine,
Toujours aussi jolie, et d’un œil égrillard
Elle savait enjôler encor quelques gaillards
Heureux de savourer  ses charmantes rondeurs
Qu’elle offrait sans compter à ses admirateurs.
Elle était toujours prête à donner de la bouche
Et pour le tête-à queue elle n’était point farouche
Quand au doux va et vient de l’ibère friponne
Il  ravissait les cœurs et les bites mignonnes,
Et son doigt ravageur  savait bien où trouver
Quelque recoin secret pour  pouvoir se nicher.

Auguste étant passé ce matin de juillet
Trouva Emma vêtue de très légers effets
Laissant apercevoir ses formes arrondies
Qu’il admira alors avec des yeux ravis.
Il ne put s’empêcher d’une tendre caresse
Sur ses seins qui  pointaient ainsi que sur ses fesses
Et Emma répondit d’une main empressée
Sur le vit indolent qu’elle souhaitait éveiller.
Auguste connaissait Emma depuis longtemps,
Tous deux avaient vécu de savoureux moments
Et ne négligeaient pas quand venait l’occasion
De se donner le temps d’une belle passion.
Avec des gestes lents Emma se dévêtit
Exhibant les trésors d’un corps toujours exquis
Que l’ami  extasié contempla à loisir
Et que ses douces mains palpaient avec plaisir.
On se  grisa alors de ces baisers fripons
Qui réchauffent  les sexes, amplifient la passion
Et conduisent à l’instant où les corps sont  unis
Rivés étroitement jouant la symphonie.
Et du maestoso jusqu’à l’allegretto
Du léger andante jusqu’au rinforzando
On atteignit soudain l’allégro vivace
Ce plaisir souverain qui vous fait exulter
Raimondo – 2018

Donatien
Seule dans son salon Tante Emma  rêvassait.
Songeant à Donatien elle se remémorait
Les moments délicieux de leur adolescence
Où, délaissant les jeux de leur petite enfance
Ils découvraient soudain de nouvelles pulsions
Créant d’autres plaisirs et d’autres émotions.
Ils aimaient se blottir en des coins isolés
Pour pouvoir à loisir, tout deux se caresser,
Et dans le bois voisin sous les chênes touffus
Ils avaient remarqué un petit coin moussu
Qui fut durant des jours, loin des regards curieux,
Le  refuge secret de leurs jeux glamoureux
Ils constatèrent  alors qu’avec l’adolescence
Leurs corps soudainement avaient pris consistance :
Emma avait des seins fermes et opulents
Couvert d’une aréole aux tétons frémissants
Qui attiraient les mains d’un Donatien charmé
De pouvoir mignoter de semblables beautés.
Soulevant son jupon, Emma offrait alors
Un minou odorant à la fourrure d’or
Et un exquis fessier aux troublantes rondeurs
Où venait musarder un petit doigt frondeur.
Certes, ce n’était pas le moment  des folies
Où les corps se mélangent et se fondent à l’envi ;
Non, mais c’était le temps heureux des découvertes,
Celui où le froment n’est encor qu’herbe verte
Et qui laisse augurer  l’avenir merveilleux
Promis, lorsque viendra l’âge d’être amoureux.

Pour l’heure on se grisait de petits jeux fripons
Attendant la venue d’une belle moisson.
Raimondo – 2018

Lucien
Te souviens-t-il Emma de ce jour de printemps
Où tous  deux isolés en  un recoin charmant
Nous nous sommes unis pour la première fois
Et avons éprouvé de savoureux émois.

Ainsi parlait Lucien un ami de  jeunesse
S’adressant à Emma, divine enchanteresse
Laquelle en d’autres temps l’avait dépucelé
Et qu’aux jeux de l’amour elle avait initié.
Emma sourit alors à ce propos galant
Et se remémora les fredaines d’antan
Ces moments de folie ou déjà sans compter
A tous les damoiseaux elle aimait se donner.
Elle ne repoussait point les  mains aventureuses
Qui venaient  s’égarer sur sa croupe pulpeuse
Et son décolleté objet de convoitise
Se prêtait volontiers aux tendres gaillardises.
Elle ne refusait pas, suprême gâterie,
De donner de la bouche à des sexes ravis
Et de nombreux amants connurent le plaisir
De ce tendre baiser qui comblait leur désir.
A cette époque là  Lucien très timoré
Etait assez timide et plutôt réservé
Et il n’osa jamais à cette jolie femme,
Et lui parler d’amour et déclarer sa flamme,
Mais il était poète et d’un luth amoureux
Déclara la passion de son cœur  langoureux.
Emma en fut touchée et un jour de printemps
Elle se donna à lui,  ils devinrent amants.
***
Ils se sont retrouvés et tout comme autrefois
Ils ont renouvelé  le bel hymne à la joie,
Et la  flamme d’amour qu’on croyait oubliée,
Durant toute une nuit s’est soudain ranimée.
Quand ils se sont quittés au tout petit matin,
Demeurée seule, Emma, sur ses draps de satin,
A versé une larme car son cœur éploré
Pour la première avait été touché.
Raimondo – 2019

Thomas

Le temps était fort chaud, on était en été,
Tante Emma se parait de vêtement légers
Qui mettaient en valeur ses courbes ravissantes
Donnant à ses neveux quelques pensées galantes,
Que leurs mains traduisaient par d’exquises caresses
Sur ses seins généreux et sur ses rondes fesses.
Elle acceptait toujours ces douces prévenances
Et elle y répondait avec sa bienveillance
Offrant sans hésiter ses lèvres empourprées
Au douillet  frôlement d’un succulent  baiser
Pendant qu’elle glissait une fervente main
Vers un vit enchanté qui se dressait soudain.
Et l’on se retrouvait en un coin isolé
Où pouvoir entonner la tendre mélopée.

Tante Emma ce jour là et Thomas son neveu
A l’abri des regards se mignotaient tous deux
Tout au fond du verger sous le grand marronnier
Où pour faire l’amour ils s’étaient retrouvés.
Emma avait ouvert largement son pourpoint
Et laissait entrevoir ses admirables  seins
Aux très gracieux tétons qui s’étaient redressés
Sous les titillements d’une bouche empressée,
Tandis que de sa main sublime, Tante Emma,
Au vit encor flacide elle donna de l’éclat.
Ces tendres griseries étaient de bonne augure
Et laissaient espérer de nouvelles figures ;
On varia le ton trouvant d’autres bonheurs
Comme le doigt curieux du pimpant sénateur
Ou bien le tête-à-queue du haleur javanais
Ainsi que galop du mandarin maltais,
Et l’on se régala d’une ardente levrette
Pour une belle fin à la joyeuse  fête.
Quelques instants plus tard une bouche suceuse
Sur le vit de Thomas se montra généreuse
Et le neveu ravit de cette privauté
A son tour se montra un fervent chevalier.
Raimondo – 2019

Raimondorama 39

Posted in Oulibouf on avril 20th, 2019 by gerard – 2 Comments

L’oncle Lucien
Le grand oncle Lucien passant derrière Emma
De sa main caressante, son fessier tapota.

Ce septuagénaire était accoutumé
A tripoter les culs passant à sa portée :
Ses nièces, ses amies ainsi que ses trois brus
Reçurent maintes fois ces caresses incongrues
Et elles réagissaient à ces impolitesses
Fustigeant l’agresseur d’une main vengeresse.
Seule dans la famille, Emma ne disait rien
Acceptant du tonton ces gestes anodins,
Qui la faisait sourire au lieu de la fâcher,
Et  qu’elle recevait avec aménité.
Donc, ce jour là Lucien, pour la énième fois
Palpa le cul charmant de la gentille Emma,
Qui se laissa toucher sans faire de façon
Et même elle montra, soulevant son jupon,
Deux jolies fesses nues que l’oncle émerveillé
D’une flatteuse main se mit à caresser.
Emma était ainsi, elle ne refusait point
De répondre aux désirs de son oncle Lucien.
Bien sûr on critiquait cette façon de faire
Mais elle se moquait bien des réflexions sévères
Et elle menait sa vie ainsi,  à sa façon,
Ignorant les on-dit et les qu’en dira-t-on.
Hélas, le temps passant, après quelques années
Ce grand oncle fripon s’en vint à trépasser ;
Emma le regretta et seule au cimetière
Déposa très souvent quelques roses trémières.
Sa veuve, ses amies et même ses trois brus
Auprès de son tombeau ne sont jamais venues,
Et elles ont oublié ce coquin débridé
Caressant tous les culs qui passaient à portée.

Emma a survécu et très souventes fois
A ses jeunes neveux elle contait les exploits
Du grand oncle Lucien et ceux-ci à leur tour
Usèrent de ce geste on ne peut plus glamour.
D’aucunes rigolèrent, d’autres plus timorées
Repoussaient les coquins d’un air effarouché,
Et la plus délurée, la coquine Elisa,
Exhiba son fessier comme la Tante Emma.

Raimondo – 2018

Jehan
Tante Emma avait prit dans sa main caressante

De son neveu Jehan la bite turgescente
Afin de libérer par un doux va et vient
Une sève d’amour qui giclerait soudain.
Puis elle changea d’avis et la bouche à son tour
S’en vint à mignoter le beau membre glamour
Alors que de sa main, de façon guillerette
Elle choyait tendrement les jolies coucougnettes,
Et le neveu charmé par ce doux traitement
Essayait à son tour de se montrer galant
En allant titiller avec délicatesse
Des tétons s’érigeant par cette gentillesse.
Tous deux en était là, lorsque soudain Toinon
La petite servante entra dans le salon
Afin d’y apporter, comme à l’accoutumé,
Car il était cinq heures, une tasse de thé.
Emma avait connu un prince londonien
Qui de cette boisson disait le plus grand bien
Et elle avait coutume à l’heure de la vêprée
De se faire apporter cette boisson ambrée.
Les choses ce jour là se passèrent autrement,
Emma faisait l’amour avec le beau Jehan,
Et devant ce tableau la soubrette effarée
Jeta sur les amants un regard étonné
Car elle ne savait pas qu’on puisse agir ainsi
Pour donner du plaisir en suçotant un vit.
Tante Emma et Jehan ne s’aperçurent pas
Que la jeune servante était passée par là
Et qu’elle avait laissé en toute discrétion
La théière d’argent contenant la boisson.
Quand le neveu enfin jouissant de plaisir
Laissa s’éjaculer son brûlant élixir
On remarqua soudain dessus un guéridon
Le plateau de faïence apporté par Toinon.

Et Tante Emma alors avec délectation
Put se rincer la bouche avec cette infusion.
Raimondo – 2018

Odilon
Tante Emma on le sait avait de très beau seins
Chavirant les esprits et attirant les mains.
Elle se parait d’atours dont le décolleté
Laissait apercevoir ces splendides beautés,
Permettant au besoin qu’un petit doigt fripon
S’en vienne musarder dans le charmant sillon.
Elle ne repoussait point cette amabilité
Qu’elle acceptait toujours avec aménité,
Et si la main parfois devenant fureteuse
Caressait tendrement ces formes généreuses,
Tante Emma confirmait par un sourire coquin
Combien elle appréciait ce gentil coup de main.
Il arrivait parfois que le tendre toucher
Trouve sur son chemin un téton érigé :
Une telle caresse avait chez Tante Emma
Le don de provoquer de furieux éclats
Et se mettant à nu, elle offrait tout son corps
Au combat qui vous mène à la petite mort,
Ce délicieux instant où les sens enflammés
Vous procurent un frisson qui vous fait exulter.

Justement ce jour là le petit Odilon
Osa glisser son doigt dans le gracieux sillon.
Il était jeune encor et n’avait point goûté
Au bonheur évident qu’on y pouvait trouver.
Tante Emma eut alors pour ce tendre puceau
La sublime réponse, l’admirable cadeau
Qu’une femme peut faire offrant sans hésiter
Les trésors savoureux de son intimité.
Odilon découvrit pour la première fois
La nudité d’un corps qui le mit en émoi
Et Tante Emma alors, sublime séductrice,
De ce jeune neveu devint l’initiatrice,
En dénudant son sexe, en le prenant en main,
Et en lui prodiguant de nombreux va et vient,
Pour qu’il s’érige alors et puisse pénétrer
Dans le minou velu et son antre mouillé.
Raimondo – 2018

Paul
Tante Emma suçait Paul, Paul suçait Tante Emma ;
Torride tête-à-queue, trépidante fiesta
Qui avait réuni ces deux petits coquins
Se donnant du plaisir sur des draps de satin.
Ils prisaient très souvent cette façon d’aimer
Y trouvant chaque fois grande félicité,
Et après quelques jeux, simples préliminaires
On abordait alors cette lascive guerre.
*
Emma, adolescente, avec l’oncle Léon,
Découvrit avec joie semblable position,
Et la renouvela avec tous ses amis
Qui goûtèrent à leur tour pareille griserie.
Et même elle constata avec quelques cousines
Qu’entre femme on pouvait jouer cette comptine.
Elle ne s’en priva point et avec Aglaé
Peaufina quelquefois ce tendre procédé
En laissant s’égarer une main indiscrète
Dans le sillon velu de deux fesses replètes.
*
Mais il faut avouer qu’à tous ces jeux lesbiens
Notre Emma préférait les vits de ses cousins,
Ces membres érigés dont la sève brûlante
Comblait de sa saveur une bouche gourmande,
Et c’est pourquoi ce jour dans la chambre douillette
On oublia un temps les joies de la levrette,
Les sauts du balbuzard ou du martin-pêcheur
Ainsi que le cricri du pigeon voyageur,
Afin de s’adonner avec délectation
A ce retournement apportant le frisson.
Durant un long moment Paul et sa Tante Emma
Echangèrent ainsi de succulents ébats
N’hésitant point parfois à jouer de la main
Sur de douces roupettes ou de délicieux seins,
Sur la peau satinée suscitant les caresses
Que l’on se gratifiait avec grande tendresse.
*
Lorsque vint le plaisir et le spasme attendu
Libérant la tension de leurs sens éperdus
Ils poussèrent le cri que les amants comblés
Laissent toujours entendre au moment d’exulter.
Raimondo – 2018

Raimondorama 38

Posted in Oulibouf on février 20th, 2019 by gerard – 4 Comments

Aline
Tante Emma, dit Aline, laissez moi vous conter
Cette belle aventure qui vient de m’arriver.
Alors que je lisais dans mon petit salon
S’en vint me visiter ma cousine Manon.
Elle est vous le savez une ardente tribade
Qui avec ses amies aime la roucoulade,
Et s’il n’y eut jamais un homme a ses cotés
Les femmes de ses nuits ne sont plus à compter.
Cette façon d’aimer n’est pas selon les siens
La conduite à tenir et celle qui convient
Dans notre bourgeoisie pétrie de convenance
Qui n’a pas, tant s’en faut, la moindre tolérance.
Manon se moque bien de tous ces préjugés
Et poursuit une vie qui s’écoule à son gré,
Mais ne voilà-t-il point que pour d’âpres raisons
On veut la marier avec un beau garçon
A l’immense fortune, au riche devenir,
Intéressant parti pour un bel avenir.
Et la pauvre Manon à cette folle idée
Depuis de nombreux jours ne cesse de pleurer.
En me contant les faits, elle m’a prise en ses bras
Pour apaiser sa peine et calmer son émoi,
Et pour la consoler, d’une apaisante main,
J’ai dans ses cheveux blonds passé mes doigts câlins.
Je ne savais pas trop quels propos employer
Pour que cessent ses larmes et la réconforter,
Aussi j’ai poursuivi mes très tendres cajoles
Et d’un baiser d’amour je lui fis une obole,
Un chaste frôlement sur la peau satinée
D’une joue délicieuse où les pleurs ont coulés.

Et Manon répondit à la douce caresse,
Comme eut fait un amant auprès d’une maitresse,
Et j’ai senti alors tout au fond de ma bouche
Le tendre enroulement d’une langue farouche.
J’étais tout étourdie, car jamais une femme
Ne m’avait jusqu’ici montré autant de flamme.

Manon s’est dévêtue m’offrant ses jolis seins,
Et le sexe velu que caressaient ses mains,
Les rondeurs d’un fessier, les cuisses fuselées,
Et sur une ottomane, soudain m’a entrainée.
J’aurais voulu m’enfuir loin de ce sortilège
Mais j’ai cédé enfin à ce très tendre piège
J’ai senti en ce jour pour la première fois
L’orgasme qu’une femme avait fait naitre en moi.
Raimondo – 2018

Julien
Tante Emma lentement retirait ses atours ;
Elle se mettait à nu en prémices à l’amour
Et Julien contemplait avec admiration
Ce magnifique corps offert à sa passion.
Comme elle était jolie cette tantine là,
Avec ses grands yeux pers et ses troublants appâts :
Ses beaux seins pommelés dont les gracieux tétons
Attiraient les caresses, incitaient aux succions.
Que dire du fessier, rond et voluptueux
Que les hommes lorgnaient d’un regard luxurieux,
Et la pilosité laissant imaginer
Les brûlantes saveurs de la féminité.
Julien admiratif, face à tant de splendeur
Ne pouvait modérer ses battements de cœur,
Mais étant très timide et fort peu téméraire
En ce moment précis, ne savait trop que faire,
C’est pourquoi Tante Emma bonne fée de l’amour
Avec maestria s’en vint à son secours :
Elle le déshabilla, et de sa main experte
Eveilla les ardeurs d’un sexe trop inerte
Qui soudain se dressa sous l’heureux traitement
Tout prêt à investir quelque recoin charmant.
Tante Emma cependant en maitresse achevée
Sut calmer la fureur de l’amant trop pressé
Modérant ses assauts pour se donner le temps
De se bien mignoter durant de longs moment.
Et l’on se caressa avec délicatesse
Sur les cuisses et le dos et sur les rondes fesses
On titilla ici, on suçota ailleurs
On donna libre cours aux doigts inquisiteurs
On se laissa mener aux confins du désir
Avant de succomber au sublime plaisir.
Pour la première fois Julien connut alors
Le charme bienfaisant de la petite mort.
Il ne s’endormit point tant il bouillait d’envie
De ressentir encor la folle frénésie.

Et afin de répondre à ce vœu, Tante Emma
Prit son vit en sa bouche et elle le caressa.
Raimondo – 2018

Prosper
Il pleuvait ; Tante Emma derrière les carreaux
Avec curiosité regardait tomber l’eau.
Charmée par le spectacle et même subjuguée
Emma n’entendit point son neveu arriver,
Mais sentit tout à coup une main indiscrète
Se lover sous les plis d’une courte jupette,
Mettre à nue les rondeurs d’un ravissant fessier
Qu’une dextre effrontée se mit à caresser.
Emma se demandait quel était cet intrus
Qui osait tout à coup lui tripoter le cul.
Un reflexe premier, la poussait à chasser
Cette impudente main qui venait la tâter,
Ainsi qu’un doigt curieux s’égarant tout à coup
Dans les très chauds recoins de son petit minou,
Mais reconnu bientôt, à la façon de faire
Les gestes délicats de son neveu Prosper,
Un séduisant guerrier qui, aux jeux du déduit
Savait se comporter en jouteur accompli.
Elle avait avec lui à maintes occasions
Pratiqué en amour de jolies positions
Dont son esprit gardait toujours le souvenir
Tant elle en ressentait un savoureux plaisir.
Ils avaient tout tenté : le saut de l’éperlan,
La fière chevauchée du valeureux uhlan
Le tête-à-queue ardent du troubadour joyeux
Et le turlututu de la mésange bleue ;
Ils avaient même un soir, sur un épais gazon
Parodié les assauts du sémillant dragon
Après avoir gouté à la dive sucette
Et aux joyeusetés d’une exquise levrette,
Bref, ils avaient connu tous ces moments rêvés
Que les amants recherchent avec avidité.

Tante Emma ce jour-là ne se refusa point
Aux désirs avoués de ce jeune lutin
Dont elle sentit bientôt le sexe plein d’ardeur
Trouver enfin refuge en de chaudes moiteurs ;
Et lorsqu’elle ressentit les deux mains exaltées
Caressant les rondeurs de ses seins dénudés
Ce fut un grand plaisir et un déferlement
Qu’elle exprima alors en un cri déchirant.
Raimondo _ 2018

Victor
Je vous le dis Victor vous sucez à ravir
Et mon petit bouton que vous avez fait jouir
A vécu un moment de grand contentement
Par votre bouche active et vos doigte agissants ;
Laissez-moi à mon tour-vous rendre la pareille
Afin de contenter le cochon qui sommeille.
Tante Emma se mit nue en offrant les rondeurs
De ses seins généreux et d’un fessier charmeur,
Tous les appâts ardents de la féminité
Que les hommes apprécient et les font exulter.
Il n’en fallait pas plus et le vit fièrement
Se dressa aussitôt et s’enfla fortement.
Tante Emma s’empara de ce membre exalté
Et avec énergie se mit à le branler,
Alors que son neveu de ses mains baladeuses
Caressait tendrement les formes généreuses
Offertes à ses envies et sa convoitise
Que la tante exhibait d’une façon exquise ;
Et Victor se laissa mener vers le bonheur
Par cette walkyrie dispensant ses faveurs,
Dont les mains fureteuses et la bouche affamée
Parcouraient tout le corps de l’amant extasié.
Elle sut avec brio doser ses effusions
En menant le tempo avec pondération,
Modérant les effets ou forçant la caresse
Afin de contrôler la venue de l’ivresse,
Ce moment bienheureux qui, pour tous les amants,
Est source de plaisir et de ravissement.
Raimondo – 2018

Chloé II
Tante Emma ce jour là, seule dans son salon
Caressait tendrement son tout petit bouton ;
Aucun de ses amis, pas un de ses neveux
N’étant venus la voir et s’ennuyant un peu
Elle prenait du bon temps avec son doigt coquin,
Qui allait et venait dans son antre pubien.
Soudain vint à passer, la gentille Chloé
Qui, seule elle aussi, s’en vint la visiter.
On le sait, cette amie préférait aux garçons
Les corps plus potelé de quelque beau tendron
Et elle aimait plutôt caresser les minettes
Que de s’appesantir sur de douces roupettes.
A l’occasion parfois, Emma ne boudait point
Les petits à-côtés des passe-temps lesbiens.
La venue de Chloé fit naitre en son esprit
Quelques divagations, quelques tendres folies,
Car aux jeux de l’amour, en toutes occasions
Elle avait, c’est connu, de l’imagination.
Toutes nues sur un lit, Tante Emma et Chloé
Echangèrent alors de sulfureux baisers
Et leurs mains fureteuses allèrent mignoter
Tous les secrets recoins de leur féminité.
Elles s’aimèrent ainsi durant de longs moments,
Apprécièrent les joies du petit doigt errant
Et cette frénésie de leurs mains baladeuses
Qui allaient et venaient sur leurs formes pulpeuses.
Elles se complurent aussi aux intimes sucions
De leurs bouches goulues sur les tendres tétons,
Caresses merveilleuses instants chers aux amants
Qui va les éveiller aux spasmes délirants,
Aux feulements d’amour, aux voluptueux cris,
Au bonheur de jouir sur le gazon maudit.
Raimondo – 2018

 

Raimondorama 37

Posted in Oulibouf on janvier 20th, 2019 by gerard – 3 Comments

L’entremetteuse
Il se disait souvent au sein de la famille,
Que Tante Emma, vraiment, était drôle de fille
On entendait par drôle, une dévergondée
Menant joyeuse vie trop souvent débridée.
Ses cousins, ses neveux, ses oncles quelquefois,
Avaient bénéficié de ses troublants appâts,
Ils avaient dégusté la saveur veloutée
De son superbe corps à la peau satinée,
Aux splendides rondeurs et au sexe accueillant
Qu’elle offrait sans compter et généreusement.
Les femmes disaient d’elle, d’un ton très méprisant,
Que cette Emma était un suppôt de Satan
Qui, le moment venu, durant l’éternité
Brûlerait aux Enfers pour purger ses péchés.
Mais il est vrai aussi, que des femmes moins sages,
Un peu trop réservées, mais manquant de courage,
Eussent très apprécié quelques câlineries
Qu’elles ne recevaient plus d’un impotent mari.
Emma organisait pour ces dames esseulées
Quelque réjouissance qui puisse les combler.
C’est ainsi que Léa et son oncle Fernand
Firent maintes folies un beau soir de printemps ;
Anna, Elisabeth et la jolie Iseut
Trouvèrent de la joie dans les bras chaleureux
Des amis, des cousins, des oncles bienveillants,
Apportant du bonheur à leur minou ardent.
Mais le plus beau fleuron de cette entremetteuse
Fut celui qui rendit Mathilde très heureuse,
Quand avec Siméon son cousin bien aimé,
Avec délicatesse elle fut dépucelée.
Par la suite elle apprit avec l’oncle Gaston
Diverses fantaisies et d’autres positions :
Et elle devint ainsi dans l’art de la levrette,
Femme très accomplie et véritable esthète.
Le vieil oncle Elysée très coquin et paillard
Lui montra la façon de bien sucer les dards ;
Alors que Jérémie un ami malicieux
Sut lui faire apprécier les joies du tête-à-queue.
C’est avec grand plaisir que son voisin Victor
L’initia au galop de la femme d’Hector,
Sans oublier bien sûr un doux geste coquin :
Le doigt au trou du cul du chaleureux bédouin.
Mathilde imagina, un soir de carnaval
Les joyeuses folies du baron médiéval
Suivi du saut carpé du petit ménestrel
Qui sidéra alors le cousin Gabriel.

Et l’on a même dit, est-ce bien avéré ?
Qu’elle passa du bon temps dans le lit de Chloé…
Raimondo – 2018

L’oncle Firmin
Tante Emma rabrouait son vieil oncle Firmin :
Cessez je vous en prie de tripoter mes seins,
De palper mon fessier, de pincer mes rondeurs
En laissant s’égarer vos doigts inquisiteurs ;
Cela n’est point sérieux ; désormais à votre âge
Il convient d’adopter une attitude sage,
Ne pas vous comporter comme ces galopins
Aux gestes déplacés de leurs perfides mains.
Et cachez s’il vous plait cette bite pendante
Qui ne m’inspire plus et qui n’est plus fringante.
Certes, il y a bien longtemps, vous étiez mon idole
Et nous fîmes tous deux d’exquises cabrioles ;
Je vous dois le plaisir de quelques positions
Qui nous ravissaient tant et que nous adorions,
Tel le vol du gerfaut hors du charnier natal
Ou la course effrénée du brillant amiral,
Toutes ces fantaisies, ces élans débridés
Que nous réitérions sans jamais nous lasser.
Nous étions fous alors, nous moquant des propos
Qui se disaient, bien sûr, derrière notre dos ;
Nous allions jusqu’au bout de toutes nos envies
Vivant avec passion des moments de folie.
Mais c’était autrefois, les années ont passé,
Il vous faut désormais être plus réservé,
Ne point vous comporter de façon incongrue
En pelotant mes seins ou en tâtant mon cul.

Le vieil oncle Firmin, avait toujours gardé
Le souvenir heureux de ces moments passés
Qu’autrefois il vécut avec la belle Emma
Quand elle n’hésitait point à offrir ses appâts.
La voyant en ce jour quelques trente ans plus tard,
Il avait oublié que devenu vieillard
Les attraits d’autrefois, sont œuvre du passé
Et qu’il faut désormais savoir les oublier.
Raimondo – 2018

Anicet
Elle avait dégrafé sa robe de satin
Offrant à Anicet ses magnifiques seins.
Pour la première fois, le neveu découvrait
Les joyaux délicieux que la Tante exhibait.
En voyant ces rondeurs et ces tétons dorés
Anicet aussitôt s’était mis à bander ;
Comment se pourrait-il qu’il en soit autrement
Quand on a sous les yeux semblables ornements.
Il resta médusé, quelque peu ébaubi
Et même stupéfié tant il était surpris.
Il ne savait point trop comment se comporter
Quand on a devant soi ces splendides beautés ;
Mais fort heureusement la bonne Tante Emma
Sut délicatement le tirer d’embarras
Et Anicet apprit le plaisir souverain
De pouvoir titiller de magnifiques seins,
D’exciter des tétins de les faire exulter
Par les doigts caressants ou la bouche empressée.
Ce n’était qu’un prélude, on sentait le besoin
D’aller vers d’autres lieux, d’aller encor plus loin :
Le neveu ressentit l’indicible chaleur
De l’antre merveilleux offert pour son bonheur ;
Après les aléas de ses ternes branlettes
Et les rêves impurs qu’il avait en la tête
Il éprouva soudain la montée d’un plaisir
Que jamais il n’imaginait dans ses désirs,
Un fulgurant frisson, le sursaut bienfaisant
Qui libère la sève en un flot jaillissant.
Emma accompagna ce délicieux moment,
Criant sa volupté par un long feulement.

Ils restèrent ainsi, étroitement serrés
Prolongeant le plaisir par un très long baiser,
Et chacun apprécia ce savoureux moment
Initiant à l’amour un jeune adolescent.
Raimondo – 2018

Sylvain II
Tante Emma haletait car elle sentait venir
Le délicieux moment où naitrait le plaisir ;
Sylvain la mignotait de si tendre façon
Qu’elle allait très bientôt éprouver le frisson
Qui la ferait gémir et calmer ses envies
Apportant dans le jeu une brève accalmie.
Elle aimait ces moments où après un orgasme
Il vous vient à l’esprit quelques nouveaux fantasmes
De très folles idées qui viennent provoquer
D’autres friponneries et d’autres privautés.
Et Tante Emma songeait alors en cet instant
Aux gestes délicieux qui vous ravissent tant :
A l’heureuse levrette, au galop d’Andromaque
A ces minauderies qu’on faisait à Ithaque,
Aux doigts qui vont et viennent, à la bouche gourmande,
Toutes ces fantaisies, dont elle était friande,
Et qu’elle voulait alors offrir à son neveu
Pour qu’il éprouve aussi le plaisir amoureux.
Tante Emma régala de sa très douce main
Le vit émerveillé que lui offrait Sylvain,
Chatouilla d’une paume œuvrant avec tendresse
Une housse friponne avide de caresse.
Et baisa tendrement ces fruits de la passion,
D’une langue goulue, avec vénération.
Tous ces longs va-et-vient ces torrides caresses
Firent naitre bientôt une folle allégresse
Et Sylvain déversa la très chaude liqueur
D’un sexe énamouré par ces gestes flatteurs.

Ils restèrent tous deux silencieux, détendus,
Rêvant à un après, à d’autres attendus :
De nouvelles douceurs, des gestes plus osés
De doux effleurements et des frivolités
Qui viendraient éveiller les sexes désireux
D’éprouver à nouveaux un spasme savoureux.

Après le grand galop de l’onagre hennissant
Le saut de l’esturgeon, le vol du cormoran,
Ils firent demi-tour et optèrent joyeux
Pour les douces folies d’un brûlant tête-à-queue.
Raimondo – 2018

 

Raimondorama 36

Posted in Oulibouf on décembre 20th, 2018 by gerard – 2 Comments

Pétronille
Il y avait aussi au sein de la famille,
Outre la Tante Emma, la Tante Pétronille.
Mais cette tante là, n’attirait point les cœurs
Car la nature l’avait toute faite en laideur.
Son fessier n’avait point cette rotondité
Attirant les galants pour le solliciter,
Non, c’était un énorme et difforme arrière train
Inapte, il faut le dire, à allécher les mains.
Quant aux seins, ils étaient, certes très consistants
Mais hélas ils pendaient bien lamentablement
Et nul ne se risqua à vouloir dévoiler
Ces glorieux fleurons, de la féminité.
Certes, elle ne louchait pas ; ceci étant acquis,
Elle était en beauté loin d’être un premier prix,
Car sa peau n’avait point la douceur satinée,
Attirant les caresses ainsi que les baisers.
On avait bien compris, et cela dès l’enfance,
Qu’elle serait repoussoir de la concupiscence
Et que nul prétendant ne viendrait demander
Cet affreux laideron afin de convoler.
Elle resta vieille fille, car même les couvents
Ne voulaient s’encombrer d’un pareil élément.
Ses neveux la fuyaient, ne pouvant supporter
Son haleine fétide et l’odeur de ses pieds,
Ainsi que ses atours qui n’étaient qu’oripeaux,
Datant d’un autre temps, passablement vieillots.
Tante Emma quelquefois s’en venait la trouver,
Tentait par ses propos de bien la conseiller,
Afin qu’elle ne soit pas en cette dynastie
Objet de répulsion et de la moquerie ;
Mais Tante Pétronille resta au fil du temps
Toujours la même femme à l’aspect repoussant.
Un jour, elle disparut, elle quitta le pays
Et l’on ne sut jamais où elle était partie.
Seuls s’inquiétèrent alors certains des héritiers
Soucieux de récolter quelques liquidités.
Car ainsi va la vie, l’humain est ainsi fait,
Qui ne refuse point la venue d’un bienfait
Même quand celui-ci provient d’un réprouvé,
Dont on ne s’est jamais beaucoup préoccupé.
Raimondo – 2017

Sylvain I
Tante Emma ce jour là et son neveu Sylvain
Devisaient sur un banc tout au fond du jardin.
L’air était embaumé, c’était la floraison
Et les fleurs diffusaient d’exquises exhalaisons.
Dans un si beau décor au milieu des fragrances
Leur vint soudain l’envie d’entamer la romance,
Et leurs mains s’égarèrent avec curiosité
Vers d’intimes recoins qu’on aime à caresser.
Emma n’hésita pas à ouvrir son bustier
Pour offrir au neveu ses seins à mignoter ;
A ce jeu là Sylvain était un virtuose
Il savait avec art mener à bien les choses,
Et Tante Emma savait que ses jolis tétons
Jouiraient sous l’effet d’un bienheureux frisson.
Elle offrit donc sa gorge à ce fier conquérant
Sachant se comporter avec tant de talent.
Cette caresse là, disait-elle parfois
Est celle des héros, des princes et des rois,
Des seigneurs de l’amour, preux de la volupté,
Qui sèment le plaisir et la félicité.
Et pour remercier le fervent bienfaiteur
Tante Emma lui offrit sa bouche avec ferveur
Pendant qu’une menotte effleurait tendrement
Un sexe qui s’enflait sous l’heureux traitement.
On s’adonna ensuite aux polissonneries :
La culbute effrénée du joyeux ouistiti,
Le glouglou du dindon, l’envol de l’alouette
Ainsi que le galop du fantassin helvète,
Et l’on se retrouva comme des bienheureux
En cette position prisée des amoureux,
Ou l’on s’accouple enfin de façon guillerette
En la sublime pose appelée la levrette.
Alors, les va et vient, les galops empressés
Firent bientôt merveille et les amants comblés
Laissèrent s’exprimer par des halètements,
Le plaisir éprouvé en cet heureux moment.

Le souffle du zéphyr les combla tous les deux
En caressant les fleurs qui croissaient en ce lieu,
Car il se répandit, alors sous la tonnelle
Comme autrefois à Ur, un parfum d’asphodèle.
Raimondo – 2017

Quinquagénaire
Tante Emma, on le sait, faisait feu de tout bois ;
Ses cousin, ses neveux, ses oncles quelquefois
Avaient meublé sa vie et son intimité
Et l’on ne comptait plus ses folles équipées.
Ayant allègrement franchi la cinquantaine
Elle conservait toujours une beauté certaine
Et les femmes parfois jalousaient son allant
Qui attirait encor de nombreux prétendants.
Les plus jeunes appréciaient sa très grande expérience,
Pour les vieux elle était un vrai bain de jouvence,
Et tout comme autrefois, quand elle était jeunette,
On se pressait toujours pour lui faire la fête.
Certes elle avait acquis un soupçon d’embonpoint
Mais ce petit travers ne la dérangeait point,
Car son joli fessier attirait plus encor
De caressantes mains tapotant ce trésor.
Quand aux seins, qu’elle offrait toujours sans hésiter,
S’ils étaient un peu gros ils restaient bien plantés,
Et les adolescents trouvaient en leur sillon
Le charme bienfaisant menant à l’explosion.
Pour ses nièces elle était la précieuse égérie,
Vers laquelle on venait quémander un avis,
Chercher quelques conseils et quelques précisions
Pour créer chez l’amant le délicieux frisson.
Elle eût pu devenir une accorte tribade,
Des femmes lui lançant parfois quelques œillades,
Mais Emma préférait le brandon bien brûlant
Qu’avec fougue et ardeur apportait un amant.
Et si avec Gertrude elle eut quelques passions
Ce fut une amitié plus qu’une inclination,
Une belle expérience, que des femmes parfois,
Aimeraient dans leur vie essayer une fois.
Tante Emma parcourait sa vie en  libertine,
Elle faisait le bonheur de très nombreuses pines,
Toujours prête à offrir sa très tendre affection,
Ses splendides rondeurs, son gracieux petit con,
Sa bouche ensorcelante, sa langue besogneuse,
Qui savait réveiller les bites paresseuses,
Ses fertiles idées, son imagination,
Habiles à innover de folles positions
Capables de briser les plates habitudes
Qui sont les coupe-feu de la béatitude.

On peut le dire ici, bien que quinquagénaire
Tante Emma poursuivrait sa route avunculaire,
Quelques neveux encor étaient, restés puceaux
Et dès lors, elle lorgnait ces jeunes damoiseaux.
Raimondo – 2017

Germain
Emma suçait Germain, et sa paume douillette
Caressait tendrement d’avenantes roupettes ;
Il s’était quant à lui d’une main caressante
Glissé dans le sillon d’une croupe charmante
Et de ses doigts coquins s’en allait musarder
Vers tous ces coins secrets qui étaient à portée.
On était au printemps et ces adolescents
Sentaient monter en eux un flux envahissant
Qui les poussait alors à toutes ces folies
En ce lieu forestier à l’ombre d’un taillis.
Ils avaient découvert ce refuge secret
Où pouvoir à l’abri des regards indiscrets,
Echanger des baisers et des cajoleries,
Ces insignes plaisirs de la galanterie.
Entre les deux cousins tout avait commencé
Par des jeux anodins, quelques petits baisers,
Des serrements de mains, de légers frôlements
Que l’on fait sur la joue de son doigt caressant.
Puis vinrent les baisers de leurs bouches gourmandes
Quand les langues soudain dansent la sarabande
En faisant naitre alors l’impérieux désir
D’aller chercher ailleurs des sources de plaisir.
Et les mains s’égarèrent pour aller titiller
Un téton ravissant, un vit énamouré,
Une soyeuse peau, des recoins pubescents
Qui ravissent les mains curieuses des amants,
Prélude à une union qui va les emporter
Au sommet de l’extase et de la volupté.
Emma cria sa joie et Germain a son tour
Fit raisonner aussi un feulement d’amour.
Et les arbres, témoins de ces cris de bonheur,
Firent entendre bientôt un bruissement charmeur,
Qu’Eole avait créé pour fêter cette union
De deux adolescents livrés à leur passion.
Raimondo – 2018

Contrepèterie
(En hommage à Rabelais inventeur de ce jeu de mot)
C’est l’oncle Casimir, un hôte de passage
Qui ravit à Emma son précieux pucelage.
Emma avait seize ans. Elle avait jusqu’ici,
Avec tous ses cousins, et avec des amis
Partagé les doux jeux de la touche quéquette
Et du guili-guili sur la douce minette.
Elle aimait ressentir une main baladeuse
S’en venant tripoter sa croupe généreuse
Ou palper des tétons qu’elle offrait gentiment
A des admirateurs lorgnant ces ornements.
Emma en ce temps là, en fille très aimable
Avait pour les garçons des gestes charitables,
En comblant leurs envies et leurs moindres désirs
De la bouche ou des mains les menant au plaisir ;
Elle-même d’ailleurs aimait ces jeux coquins
Qu’elle offrait sans compter avec beaucoup d’entrain.
Bien sûr on ne franchissait pas encor le Rubicon
Mais ces cajoleries apportaient du frisson
Et l’on se contentait des simples cabrioles
Avant que de monter un jour au capitole
Cela se produisit quand l’oncle Casimir
Dévoila à Emma le sublime plaisir ;
Faisant d’elle une femme et c’est de ce jour-là
Que ses petits amis connurent d’autres joies
Quand la gentille Emma enfin leur fit connaitre
Ces nouvelles façons d’atteindre le bien être.
Chacun avait ses goûts, c’est ainsi que Fernand
Appréciait le galop du hussard flamboyant,
Siméon la levrette, Léon plus débonnaire
Se contentait du jeu de l’humble missionnaire,
Et Albin, en esthète, aimant le merveilleux
Préférait de très loin un ardent tête-à-queue ;
Quant au jeune Nathan, qui n’était pas pubère
Emma le caressait de ses globes mammaires.

Mais Parmi ces lurons il faut citer Rémy
Un joyeux partisan des contrepèteries,
Qui initia Emma un soir du mois de mai
A un tout nouveau jeu nommé la rue du quai
Raimondo – 2018

Raimondorama 35

Posted in Oulibouf on novembre 20th, 2018 by gerard – 2 Comments

Eole
Tante Emma avait mis en ce beau jour d’été
Un très court vêtement en satin damassé,
Et comme il faisait chaud, elle s’était abstenue
De mettre les dessous parant son petit cul ;
Elle aimait être ainsi quand le temps était doux
Pour sentir les effets du vent sur son minou,
Et elle était ravie lorsqu’un souffle léger
S’en venait parcourir sa douce intimité.
Elle allait et venait dessous les frondaisons
Lorsque soudain Eole, ce petit polisson,
Soufflant un peu plus fort, souleva ses atours,
Dénudant un fessier aux délicieux contours.
Ce spectacle charmant n’avait pu échapper
Au timide Gontran marchant à ses cotés,
Qui fut émerveillé alors, en découvrant
Ces charmantes rondeurs dénudées par le vent,
Et qui sentit bientôt que dans son pantalon
Son vit était soumis à des transformations.
Ma tante, lui dit-il, il me faut l’avouer,
La vue de votre cul m’a fait soudain bander.
Des fessiers j’en ai vu, et à plusieurs reprises,
Le gros de Mélanie, le petit de Louise,
Mes aimables cousines aux gestes impudents
Qui, sans faire de manières, exhibent leur séant ;
Mais je le dis ici, ma très chère tantine,
Le vôtre seulement peut exciter ma pine,
Et dans ce coin désert, nous pourrions à loisir,
Fêter l’événement en nous faisant plaisir.
L’invite était directe et plut à Tante Emma
Qui, des cérémonies, ne faisait jamais cas ;
Et l’on trouva alors un bel endroit herbeux
Où l’on put s’adonner à divers petits jeux :
Ces passe-temps d’amour, ces chatouillis troublants
Qu’avec avidité s’échangent les amants.
Et puis l’on s’essaya à d’autres amusettes :
Le petit doigt coquin, la friponne levrette
Et ce doux va et vient qui marqua pour tout deux
L’éclosion espérée du plaisir amoureux.
Voilà comment vêtue d’une robe légère
Et grâce au vent coquin soufflant dans les bruyères
La belle Tante Emma et son neveu Gontran
Voguèrent tous les deux au pays des amants.

On rendit grâce au vent, Eole fut remercié
Pour avoir présidé à ces frivolités.
Raimondo – 2017

Siméon ou Hector
Derrière la porte close on entendait des bruits,
Quelques ahanements et soudain un grand cri :
Tante Emma jouissait et sa nièce Isabelle
Soudain se demanda qui était avec elle.
Siméon ou Hector ? Ces deux petits coquins
Etaient assurément de fieffés libertins
Et Tante Emma avait, pour ces dévergondés
Un regain d’attirance et de lubricité.
Cela était connu dans toute la famille,
Ces deux là aguichaient ainsi toutes les filles,
Et il faut l’avouer, chacune très souvent
Acceptait volontiers leurs hommages fervents.
Siméon, quelquefois, de façon caressante
Avait porté ses mains sur sa gorge naissante,
Mais Isabelle alors, étant bien éduquée
Repoussa les assauts de ce vil dévoyé.
Et Hector, quant à lui, relevait son jupon
Pour aller mignoter son gracieux petit con,
Geste qu’elle abhorrait, et que son confesseur
Lui avait interdit avec force et vigueur.
Isabelle acceptait qu’on lui baisât la main
Mais elle ne souhaitait pas que l’on aille plus loin,
Réservant les trésors de son intimité
A l’homme de sa vie, lors de son hyménée.
Qui donc, en ce jour d’hui, avec la Tante Emma
Partageait au salon ses délicieux ébats ?
Isabelle, a vrai dire, se demandait encor :
Etait-ce Siméon ou ce fripon d’Hector ?

Ce jour là, Tante Emma, seule dans sa maison
N’eut pas besoin d’Hector ou bien de Siméon,
Car elle savait aussi se donner du bon temps
Par l’exquise douceur de ses doigts caressants.
Raimondo – 2017

Albin II
Tante Emma, j’ai envie de votre beau minou ;
J’aimerais, une fois encor, caresser ce bijou,
Ce petit coin secret dont la pilosité
Est si douce à mes mains que j’en viens à bander.
Souventes fois, Albin, s’adressant à Emma
Quémandait le plaisir d’un toucher délicat,
Et la Tantine émue, à ces propos fleuris
S’offrait sans hésiter à toutes ses envies.
Tous deux se retrouvaient dans un petit salon
Où ils se mignotaient avec délectation ;
Ils se mettaient à nu afin de mieux goûter
A leur peau, à leur chair, avides de baisers,
De caresses friponnes et de touchers coquins
Qu’ils dispensaient alors avec beaucoup d’entrain.
Longuement ils jouaient sans jamais éviter
La moindre position qu’ils pouvaient inventer,
Et c’est ainsi qu’Albain imagina alors
Le délirant galop du grand conquistador,
L’exquise randonnée du félibre amoureux,
La gavotte bretonne du fier cornemuseux.
Tante Emma répondait à ces amusements
Par d’autres griseries et d’autres agréments,
Par des gestes choisis, par ces tendres caresses
Qui font vibrer les corps et apportent de l’ivresse.
Ce jour là elle offrit sa bouche libertine
Et les frétillements d’une langue mutine,
Joignant à la douceur, une coquinerie
Qui bientôt fit merveille et éveilla le vit ;
Et le membre explosa livrant avec vigueur
Le flot discontinu d’une chaude liqueur.

Et pendant ce temps là, d’une main chaleureuse
Le neveu caressait cette région pileuse
Ou un gentil minou se cache en attendant
Le tendre chatouillis du chevalier servant.
Raimondo – 2017

Fernand
C’était un tête-à-queue, magnifique et brûlant
Que vivaient Tante Emma et son neveu Fernand.
Heureuse position, charmant avant propos
Qui devait les conduire vers d’autres scénarios.
Pour l’heure ils ressentaient en la façon de faire
La montée du plaisir, le bien-être incendiaire,
Mais ils ne voulaient point céder rapidement
Avant que de goûter divers amusements.
Ils essayèrent donc d’autres dispositions,
Telle la dive levrette et le vol du bourdon
Le va et vient fripon du sapeur ibérique
Le frou-frou du lancier, la panthère lubrique,
Sans omettre bien sûr le galop du hussard
L’essor de l’épervier et du grand balbuzard.
Ils usaient de caresses, et de touchers coquins,
Et les doigts s’égaraient dans de sombres recoins,
Partant à l’aventure afin de découvrir
De nouveaux horizons où donner du plaisir.
Tante Emma appréciait sur ses seins généreux
Tous les titillements de son charmant neveu,
Ses fervents chatouillis, ses caresses mammaires,
Qui la faisaient frémir de façon singulière.
Et même elle accepta qu’une bouche vorace
Laisse sur son fessier une amoureuse trace ;
Elle qui détestait ces marques incongrues
Accepta ce jour-là que l’on suçât le cul.
Tante Emma ressentit bientôt à tous ces jeux
L’envie de s’adonner au joyeux tête-à-queue,
On y mit de l’ardeur, une folle passion,
Soucieux de provoquer une belle explosion
Et lorsque celle-ci s’est enfin se produisit
Tous les deux exultèrent en poussant de grands cris.
Et c’est précisément, ces cris hors du commun
Qu’entendit Florimond qui passait dans le coin ;
Il comprit aussitôt que dans la chambre close
Il devait se passer de bien coquines choses
Et cela le rendit pour le moins désireux,
De vivre lui aussi quelques instants heureux.
Comme elle passait par là, ce fut la chambrière
Qui lors bénéficia de la fougue guerrière
Du fringant jouvenceau dont les mains empressées
Sur toutes ses rondeurs allèrent s’égarer.
Alors rapidement elle ôta sa culotte
Offrant à Florimond sa quémandeuse motte ;
Et lorsque le plaisir enfin est arrivé,
C’est avec discrétion qu’ils surent exulter.
Raimondo – 2017

Le vieil Eugène
Que veux-tu chère Emma, lui disait l’oncle Eugène
Je n’ai pas fait l’amour depuis plusieurs semaines ;
Celle qui me comblait, ta tante Rosalie,
M’a quitté, tu le sais, pour l’un de mes amis
Elle m’a honteusement trompé et sans pudeur
S’est jetée dans les bras de ce vil séducteur.
Tous deux ont disparu et seul je reste ici
Avec tous mes tourments et toutes mes envies.
Certes, j’ai essayé, avec la belle Anna
De calmer mes désirs et trouver dans ses bras
Un peu de réconfort, un brin de compassion
Une once de pitié, de commisération,
Mais quand j’ai mis ma main sur son charmant fessier,
Se servant de la sienne alors, elle m’a giflé.
Ma voisine Amélie, une fort belle femme
Aux seins volumineux a avivé ma flamme,
Mais son mari jaloux surveille étroitement
Toutes ses promenades et ses déplacements.
Bien sûr, pour apaiser mon trop plein de vigueur,
Il m’arrive parfois de calmer mes ardeurs
Par quelques griseries qu’on fait en solitaire
Mais qui n’égalent pas d’autres façons de faire :
Celles de ressentir sous ses mains empressées
Les formes d’une femme, une peau satinée,
Cette pilosité qui recèle un trésor
Où l’on va se couler pour la petite mort.
Alors, très chère Emma, je suis venu vers toi
Car j’ai en mon esprit nos doux jeux d’autrefois,
Lorsque tu me laissais, en des coins retirés,
Toucher ton jeune corps aux sublimes beautés.

Emma, se rappelait qu’autrefois l’oncle Eugène,
Quand elle était jeunette, ayant douze ans à peine,
S’amusait à glisser ses petits doigts fouineurs,
Sur un buste attirant qui prenait de l’ampleur
Et très souventes fois, soulevant son jupon
Il avait titillé son gentil petit con.
Eugène était connu car dans cette famille
Il avait tripoté un grand nombre de filles
Nièces et belle sœur et l’on a même dit
Qu’une aïeule avec lui avait passé la nuit.

Mais Emma, ce jour-là, n’était pas décidée
A calmer les ardeurs de ce vieil obsédé ;
Elle laissa le vieillard à son triste destin
Obligé désormais d’utiliser ses mains.
Raimondo – 2017