Fêtes de fin d’année

Posted in Uncategorized on décembre 20th, 2018 by gerard – 2 Comments

Avec Raimondo, nous souhaitons à tous nos visiteurs un très joyeux Noël et une heureuse année 2019. Que Santé, Bonheur et Réussite soient au rendez-vous pour vous et tous ceux que vous chérissez !

Raimondorama 36

Posted in Oulibouf on décembre 20th, 2018 by gerard – 2 Comments

Pétronille
Il y avait aussi au sein de la famille,
Outre la Tante Emma, la Tante Pétronille.
Mais cette tante là, n’attirait point les cœurs
Car la nature l’avait toute faite en laideur.
Son fessier n’avait point cette rotondité
Attirant les galants pour le solliciter,
Non, c’était un énorme et difforme arrière train
Inapte, il faut le dire, à allécher les mains.
Quant aux seins, ils étaient, certes très consistants
Mais hélas ils pendaient bien lamentablement
Et nul ne se risqua à vouloir dévoiler
Ces glorieux fleurons, de la féminité.
Certes, elle ne louchait pas ; ceci étant acquis,
Elle était en beauté loin d’être un premier prix,
Car sa peau n’avait point la douceur satinée,
Attirant les caresses ainsi que les baisers.
On avait bien compris, et cela dès l’enfance,
Qu’elle serait repoussoir de la concupiscence
Et que nul prétendant ne viendrait demander
Cet affreux laideron afin de convoler.
Elle resta vieille fille, car même les couvents
Ne voulaient s’encombrer d’un pareil élément.
Ses neveux la fuyaient, ne pouvant supporter
Son haleine fétide et l’odeur de ses pieds,
Ainsi que ses atours qui n’étaient qu’oripeaux,
Datant d’un autre temps, passablement vieillots.
Tante Emma quelquefois s’en venait la trouver,
Tentait par ses propos de bien la conseiller,
Afin qu’elle ne soit pas en cette dynastie
Objet de répulsion et de la moquerie ;
Mais Tante Pétronille resta au fil du temps
Toujours la même femme à l’aspect repoussant.
Un jour, elle disparut, elle quitta le pays
Et l’on ne sut jamais où elle était partie.
Seuls s’inquiétèrent alors certains des héritiers
Soucieux de récolter quelques liquidités.
Car ainsi va la vie, l’humain est ainsi fait,
Qui ne refuse point la venue d’un bienfait
Même quand celui-ci provient d’un réprouvé,
Dont on ne s’est jamais beaucoup préoccupé.
Raimondo – 2017

Sylvain I
Tante Emma ce jour là et son neveu Sylvain
Devisaient sur un banc tout au fond du jardin.
L’air était embaumé, c’était la floraison
Et les fleurs diffusaient d’exquises exhalaisons.
Dans un si beau décor au milieu des fragrances
Leur vint soudain l’envie d’entamer la romance,
Et leurs mains s’égarèrent avec curiosité
Vers d’intimes recoins qu’on aime à caresser.
Emma n’hésita pas à ouvrir son bustier
Pour offrir au neveu ses seins à mignoter ;
A ce jeu là Sylvain était un virtuose
Il savait avec art mener à bien les choses,
Et Tante Emma savait que ses jolis tétons
Jouiraient sous l’effet d’un bienheureux frisson.
Elle offrit donc sa gorge à ce fier conquérant
Sachant se comporter avec tant de talent.
Cette caresse là, disait-elle parfois
Est celle des héros, des princes et des rois,
Des seigneurs de l’amour, preux de la volupté,
Qui sèment le plaisir et la félicité.
Et pour remercier le fervent bienfaiteur
Tante Emma lui offrit sa bouche avec ferveur
Pendant qu’une menotte effleurait tendrement
Un sexe qui s’enflait sous l’heureux traitement.
On s’adonna ensuite aux polissonneries :
La culbute effrénée du joyeux ouistiti,
Le glouglou du dindon, l’envol de l’alouette
Ainsi que le galop du fantassin helvète,
Et l’on se retrouva comme des bienheureux
En cette position prisée des amoureux,
Ou l’on s’accouple enfin de façon guillerette
En la sublime pose appelée la levrette.
Alors, les va et vient, les galops empressés
Firent bientôt merveille et les amants comblés
Laissèrent s’exprimer par des halètements,
Le plaisir éprouvé en cet heureux moment.

Le souffle du zéphyr les combla tous les deux
En caressant les fleurs qui croissaient en ce lieu,
Car il se répandit, alors sous la tonnelle
Comme autrefois à Ur, un parfum d’asphodèle.
Raimondo – 2017

Quinquagénaire
Tante Emma, on le sait, faisait feu de tout bois ;
Ses cousin, ses neveux, ses oncles quelquefois
Avaient meublé sa vie et son intimité
Et l’on ne comptait plus ses folles équipées.
Ayant allègrement franchi la cinquantaine
Elle conservait toujours une beauté certaine
Et les femmes parfois jalousaient son allant
Qui attirait encor de nombreux prétendants.
Les plus jeunes appréciaient sa très grande expérience,
Pour les vieux elle était un vrai bain de jouvence,
Et tout comme autrefois, quand elle était jeunette,
On se pressait toujours pour lui faire la fête.
Certes elle avait acquis un soupçon d’embonpoint
Mais ce petit travers ne la dérangeait point,
Car son joli fessier attirait plus encor
De caressantes mains tapotant ce trésor.
Quand aux seins, qu’elle offrait toujours sans hésiter,
S’ils étaient un peu gros ils restaient bien plantés,
Et les adolescents trouvaient en leur sillon
Le charme bienfaisant menant à l’explosion.
Pour ses nièces elle était la précieuse égérie,
Vers laquelle on venait quémander un avis,
Chercher quelques conseils et quelques précisions
Pour créer chez l’amant le délicieux frisson.
Elle eût pu devenir une accorte tribade,
Des femmes lui lançant parfois quelques œillades,
Mais Emma préférait le brandon bien brûlant
Qu’avec fougue et ardeur apportait un amant.
Et si avec Gertrude elle eut quelques passions
Ce fut une amitié plus qu’une inclination,
Une belle expérience, que des femmes parfois,
Aimeraient dans leur vie essayer une fois.
Tante Emma parcourait sa vie en  libertine,
Elle faisait le bonheur de très nombreuses pines,
Toujours prête à offrir sa très tendre affection,
Ses splendides rondeurs, son gracieux petit con,
Sa bouche ensorcelante, sa langue besogneuse,
Qui savait réveiller les bites paresseuses,
Ses fertiles idées, son imagination,
Habiles à innover de folles positions
Capables de briser les plates habitudes
Qui sont les coupe-feu de la béatitude.

On peut le dire ici, bien que quinquagénaire
Tante Emma poursuivrait sa route avunculaire,
Quelques neveux encor étaient, restés puceaux
Et dès lors, elle lorgnait ces jeunes damoiseaux.
Raimondo – 2017

Germain
Emma suçait Germain, et sa paume douillette
Caressait tendrement d’avenantes roupettes ;
Il s’était quant à lui d’une main caressante
Glissé dans le sillon d’une croupe charmante
Et de ses doigts coquins s’en allait musarder
Vers tous ces coins secrets qui étaient à portée.
On était au printemps et ces adolescents
Sentaient monter en eux un flux envahissant
Qui les poussait alors à toutes ces folies
En ce lieu forestier à l’ombre d’un taillis.
Ils avaient découvert ce refuge secret
Où pouvoir à l’abri des regards indiscrets,
Echanger des baisers et des cajoleries,
Ces insignes plaisirs de la galanterie.
Entre les deux cousins tout avait commencé
Par des jeux anodins, quelques petits baisers,
Des serrements de mains, de légers frôlements
Que l’on fait sur la joue de son doigt caressant.
Puis vinrent les baisers de leurs bouches gourmandes
Quand les langues soudain dansent la sarabande
En faisant naitre alors l’impérieux désir
D’aller chercher ailleurs des sources de plaisir.
Et les mains s’égarèrent pour aller titiller
Un téton ravissant, un vit énamouré,
Une soyeuse peau, des recoins pubescents
Qui ravissent les mains curieuses des amants,
Prélude à une union qui va les emporter
Au sommet de l’extase et de la volupté.
Emma cria sa joie et Germain a son tour
Fit raisonner aussi un feulement d’amour.
Et les arbres, témoins de ces cris de bonheur,
Firent entendre bientôt un bruissement charmeur,
Qu’Eole avait créé pour fêter cette union
De deux adolescents livrés à leur passion.
Raimondo – 2018

Contrepèterie
(En hommage à Rabelais inventeur de ce jeu de mot)
C’est l’oncle Casimir, un hôte de passage
Qui ravit à Emma son précieux pucelage.
Emma avait seize ans. Elle avait jusqu’ici,
Avec tous ses cousins, et avec des amis
Partagé les doux jeux de la touche quéquette
Et du guili-guili sur la douce minette.
Elle aimait ressentir une main baladeuse
S’en venant tripoter sa croupe généreuse
Ou palper des tétons qu’elle offrait gentiment
A des admirateurs lorgnant ces ornements.
Emma en ce temps là, en fille très aimable
Avait pour les garçons des gestes charitables,
En comblant leurs envies et leurs moindres désirs
De la bouche ou des mains les menant au plaisir ;
Elle-même d’ailleurs aimait ces jeux coquins
Qu’elle offrait sans compter avec beaucoup d’entrain.
Bien sûr on ne franchissait pas encor le Rubicon
Mais ces cajoleries apportaient du frisson
Et l’on se contentait des simples cabrioles
Avant que de monter un jour au capitole
Cela se produisit quand l’oncle Casimir
Dévoila à Emma le sublime plaisir ;
Faisant d’elle une femme et c’est de ce jour-là
Que ses petits amis connurent d’autres joies
Quand la gentille Emma enfin leur fit connaitre
Ces nouvelles façons d’atteindre le bien être.
Chacun avait ses goûts, c’est ainsi que Fernand
Appréciait le galop du hussard flamboyant,
Siméon la levrette, Léon plus débonnaire
Se contentait du jeu de l’humble missionnaire,
Et Albin, en esthète, aimant le merveilleux
Préférait de très loin un ardent tête-à-queue ;
Quant au jeune Nathan, qui n’était pas pubère
Emma le caressait de ses globes mammaires.

Mais Parmi ces lurons il faut citer Rémy
Un joyeux partisan des contrepèteries,
Qui initia Emma un soir du mois de mai
A un tout nouveau jeu nommé la rue du quai
Raimondo – 2018

Actu-m’en diras tant Décembre 2018

Posted in Actualités & hors-série on décembre 10th, 2018 by gerard – 2 Comments

Quand le prix de l’essence flambe, la situation devient explosive.

Le problème de l’agitation actuelle n’est pas que l’essence ou les taxes. Des réformes, il en faut, et pas qu’un peu ! C’est essentiellement une question de dosage et de répartition. Un calendrier plus étendu dans le temps n’aurait pas donné ce sentiment d’accumulation (essence, gaz, électricité, etc…), les gens de condition modeste ont eu l’impression de se noyer dans ces nouvelles taxes. Au-dessus de tout, ils ont mal vécu que ce soit toujours aux mêmes à qui on demande de se serrer la ceinture, les possédants n’ont jamais été inquiétés… Hélas, maintenant c’est devenu une contestation attrape-tout, et tous les peigne-cul s’y mettent (ambulanciers de mauvaise foi qui te facturent des trajets fictifs, routiers qui n’ont pas grand-chose à perdre puisque, de toute façon, ils ne peuvent actuellement plus faire leur travail, et…).
Comme une bande de minables de tous bords politiques (de Mélanchon à Le Pen, en passant par ces clowns de Dupont-Aignan et Lassalle, ou ce vieux cheval de retour de Hollande), de nos élites intellectuelles à la mords-moi-le-zgaï (BHL, Finkielkraut, Michéa, Onfray*…), ou du showbiz (cet has-been de Pierre Perret, cette enflure de Dieudonné, cette vieille cagole de BB…), Gigaproduction, victime comme tout un chacun, de MANIPULATION, se doit également de faire de la RECUPERATION, à l’image de la CGT, des syndicats de ploucs  ou des 95% de petits merdeux de lycéens qui ne voient là que l’occasion d’ajouter au bordel ambiant. Que chacun se rappelle « l’après-Mai-68 » et les désillusions qui en ont suivies… Voici donc quelques vaticinations sur les « gilets jaunes » (NB: La 1ère rafale est de temps en temps retouchée par votre serviteur).
= « Cette jacquerie me plaît ! » (Michel Onfray, peut-on faire plus méprisant en si peu de mots ?)

La 2ème rafale est 100% l’oeuvre d’internautes humoristes:

…Mais, en creusant à peine, vous en trouverez beaucoup d’autres sur le web… Il y a aussi des plaisanteries du genre:

Monsieur & Madame Fontunbouchon ont deux fils : Gilles et John.

Epouvantable ! La tombe de six membres de la même famille repérée au cimetière : « Ci-git les Jones ». Etc, etc…

Cinéprovence 10

Posted in Actualités & hors-série on décembre 10th, 2018 by gerard – 2 Comments

Depuis Juillet dernier, je parie que cet hors-série manquait à ceusses qui habitent en-dessous de Montélimar !

Blagues Décembre 2018

Posted in Non classé on décembre 1st, 2018 by gerard – 2 Comments

 

Hors-série Islam 05

Posted in Actualités & hors-série on décembre 1st, 2018 by gerard – 3 Comments

Raimondorama 35

Posted in Oulibouf on novembre 20th, 2018 by gerard – 2 Comments

Eole
Tante Emma avait mis en ce beau jour d’été
Un très court vêtement en satin damassé,
Et comme il faisait chaud, elle s’était abstenue
De mettre les dessous parant son petit cul ;
Elle aimait être ainsi quand le temps était doux
Pour sentir les effets du vent sur son minou,
Et elle était ravie lorsqu’un souffle léger
S’en venait parcourir sa douce intimité.
Elle allait et venait dessous les frondaisons
Lorsque soudain Eole, ce petit polisson,
Soufflant un peu plus fort, souleva ses atours,
Dénudant un fessier aux délicieux contours.
Ce spectacle charmant n’avait pu échapper
Au timide Gontran marchant à ses cotés,
Qui fut émerveillé alors, en découvrant
Ces charmantes rondeurs dénudées par le vent,
Et qui sentit bientôt que dans son pantalon
Son vit était soumis à des transformations.
Ma tante, lui dit-il, il me faut l’avouer,
La vue de votre cul m’a fait soudain bander.
Des fessiers j’en ai vu, et à plusieurs reprises,
Le gros de Mélanie, le petit de Louise,
Mes aimables cousines aux gestes impudents
Qui, sans faire de manières, exhibent leur séant ;
Mais je le dis ici, ma très chère tantine,
Le vôtre seulement peut exciter ma pine,
Et dans ce coin désert, nous pourrions à loisir,
Fêter l’événement en nous faisant plaisir.
L’invite était directe et plut à Tante Emma
Qui, des cérémonies, ne faisait jamais cas ;
Et l’on trouva alors un bel endroit herbeux
Où l’on put s’adonner à divers petits jeux :
Ces passe-temps d’amour, ces chatouillis troublants
Qu’avec avidité s’échangent les amants.
Et puis l’on s’essaya à d’autres amusettes :
Le petit doigt coquin, la friponne levrette
Et ce doux va et vient qui marqua pour tout deux
L’éclosion espérée du plaisir amoureux.
Voilà comment vêtue d’une robe légère
Et grâce au vent coquin soufflant dans les bruyères
La belle Tante Emma et son neveu Gontran
Voguèrent tous les deux au pays des amants.

On rendit grâce au vent, Eole fut remercié
Pour avoir présidé à ces frivolités.
Raimondo – 2017

Siméon ou Hector
Derrière la porte close on entendait des bruits,
Quelques ahanements et soudain un grand cri :
Tante Emma jouissait et sa nièce Isabelle
Soudain se demanda qui était avec elle.
Siméon ou Hector ? Ces deux petits coquins
Etaient assurément de fieffés libertins
Et Tante Emma avait, pour ces dévergondés
Un regain d’attirance et de lubricité.
Cela était connu dans toute la famille,
Ces deux là aguichaient ainsi toutes les filles,
Et il faut l’avouer, chacune très souvent
Acceptait volontiers leurs hommages fervents.
Siméon, quelquefois, de façon caressante
Avait porté ses mains sur sa gorge naissante,
Mais Isabelle alors, étant bien éduquée
Repoussa les assauts de ce vil dévoyé.
Et Hector, quant à lui, relevait son jupon
Pour aller mignoter son gracieux petit con,
Geste qu’elle abhorrait, et que son confesseur
Lui avait interdit avec force et vigueur.
Isabelle acceptait qu’on lui baisât la main
Mais elle ne souhaitait pas que l’on aille plus loin,
Réservant les trésors de son intimité
A l’homme de sa vie, lors de son hyménée.
Qui donc, en ce jour d’hui, avec la Tante Emma
Partageait au salon ses délicieux ébats ?
Isabelle, a vrai dire, se demandait encor :
Etait-ce Siméon ou ce fripon d’Hector ?

Ce jour là, Tante Emma, seule dans sa maison
N’eut pas besoin d’Hector ou bien de Siméon,
Car elle savait aussi se donner du bon temps
Par l’exquise douceur de ses doigts caressants.
Raimondo – 2017

Albin II
Tante Emma, j’ai envie de votre beau minou ;
J’aimerais, une fois encor, caresser ce bijou,
Ce petit coin secret dont la pilosité
Est si douce à mes mains que j’en viens à bander.
Souventes fois, Albin, s’adressant à Emma
Quémandait le plaisir d’un toucher délicat,
Et la Tantine émue, à ces propos fleuris
S’offrait sans hésiter à toutes ses envies.
Tous deux se retrouvaient dans un petit salon
Où ils se mignotaient avec délectation ;
Ils se mettaient à nu afin de mieux goûter
A leur peau, à leur chair, avides de baisers,
De caresses friponnes et de touchers coquins
Qu’ils dispensaient alors avec beaucoup d’entrain.
Longuement ils jouaient sans jamais éviter
La moindre position qu’ils pouvaient inventer,
Et c’est ainsi qu’Albain imagina alors
Le délirant galop du grand conquistador,
L’exquise randonnée du félibre amoureux,
La gavotte bretonne du fier cornemuseux.
Tante Emma répondait à ces amusements
Par d’autres griseries et d’autres agréments,
Par des gestes choisis, par ces tendres caresses
Qui font vibrer les corps et apportent de l’ivresse.
Ce jour là elle offrit sa bouche libertine
Et les frétillements d’une langue mutine,
Joignant à la douceur, une coquinerie
Qui bientôt fit merveille et éveilla le vit ;
Et le membre explosa livrant avec vigueur
Le flot discontinu d’une chaude liqueur.

Et pendant ce temps là, d’une main chaleureuse
Le neveu caressait cette région pileuse
Ou un gentil minou se cache en attendant
Le tendre chatouillis du chevalier servant.
Raimondo – 2017

Fernand
C’était un tête-à-queue, magnifique et brûlant
Que vivaient Tante Emma et son neveu Fernand.
Heureuse position, charmant avant propos
Qui devait les conduire vers d’autres scénarios.
Pour l’heure ils ressentaient en la façon de faire
La montée du plaisir, le bien-être incendiaire,
Mais ils ne voulaient point céder rapidement
Avant que de goûter divers amusements.
Ils essayèrent donc d’autres dispositions,
Telle la dive levrette et le vol du bourdon
Le va et vient fripon du sapeur ibérique
Le frou-frou du lancier, la panthère lubrique,
Sans omettre bien sûr le galop du hussard
L’essor de l’épervier et du grand balbuzard.
Ils usaient de caresses, et de touchers coquins,
Et les doigts s’égaraient dans de sombres recoins,
Partant à l’aventure afin de découvrir
De nouveaux horizons où donner du plaisir.
Tante Emma appréciait sur ses seins généreux
Tous les titillements de son charmant neveu,
Ses fervents chatouillis, ses caresses mammaires,
Qui la faisaient frémir de façon singulière.
Et même elle accepta qu’une bouche vorace
Laisse sur son fessier une amoureuse trace ;
Elle qui détestait ces marques incongrues
Accepta ce jour-là que l’on suçât le cul.
Tante Emma ressentit bientôt à tous ces jeux
L’envie de s’adonner au joyeux tête-à-queue,
On y mit de l’ardeur, une folle passion,
Soucieux de provoquer une belle explosion
Et lorsque celle-ci s’est enfin se produisit
Tous les deux exultèrent en poussant de grands cris.
Et c’est précisément, ces cris hors du commun
Qu’entendit Florimond qui passait dans le coin ;
Il comprit aussitôt que dans la chambre close
Il devait se passer de bien coquines choses
Et cela le rendit pour le moins désireux,
De vivre lui aussi quelques instants heureux.
Comme elle passait par là, ce fut la chambrière
Qui lors bénéficia de la fougue guerrière
Du fringant jouvenceau dont les mains empressées
Sur toutes ses rondeurs allèrent s’égarer.
Alors rapidement elle ôta sa culotte
Offrant à Florimond sa quémandeuse motte ;
Et lorsque le plaisir enfin est arrivé,
C’est avec discrétion qu’ils surent exulter.
Raimondo – 2017

Le vieil Eugène
Que veux-tu chère Emma, lui disait l’oncle Eugène
Je n’ai pas fait l’amour depuis plusieurs semaines ;
Celle qui me comblait, ta tante Rosalie,
M’a quitté, tu le sais, pour l’un de mes amis
Elle m’a honteusement trompé et sans pudeur
S’est jetée dans les bras de ce vil séducteur.
Tous deux ont disparu et seul je reste ici
Avec tous mes tourments et toutes mes envies.
Certes, j’ai essayé, avec la belle Anna
De calmer mes désirs et trouver dans ses bras
Un peu de réconfort, un brin de compassion
Une once de pitié, de commisération,
Mais quand j’ai mis ma main sur son charmant fessier,
Se servant de la sienne alors, elle m’a giflé.
Ma voisine Amélie, une fort belle femme
Aux seins volumineux a avivé ma flamme,
Mais son mari jaloux surveille étroitement
Toutes ses promenades et ses déplacements.
Bien sûr, pour apaiser mon trop plein de vigueur,
Il m’arrive parfois de calmer mes ardeurs
Par quelques griseries qu’on fait en solitaire
Mais qui n’égalent pas d’autres façons de faire :
Celles de ressentir sous ses mains empressées
Les formes d’une femme, une peau satinée,
Cette pilosité qui recèle un trésor
Où l’on va se couler pour la petite mort.
Alors, très chère Emma, je suis venu vers toi
Car j’ai en mon esprit nos doux jeux d’autrefois,
Lorsque tu me laissais, en des coins retirés,
Toucher ton jeune corps aux sublimes beautés.

Emma, se rappelait qu’autrefois l’oncle Eugène,
Quand elle était jeunette, ayant douze ans à peine,
S’amusait à glisser ses petits doigts fouineurs,
Sur un buste attirant qui prenait de l’ampleur
Et très souventes fois, soulevant son jupon
Il avait titillé son gentil petit con.
Eugène était connu car dans cette famille
Il avait tripoté un grand nombre de filles
Nièces et belle sœur et l’on a même dit
Qu’une aïeule avec lui avait passé la nuit.

Mais Emma, ce jour-là, n’était pas décidée
A calmer les ardeurs de ce vieil obsédé ;
Elle laissa le vieillard à son triste destin
Obligé désormais d’utiliser ses mains.
Raimondo – 2017

Actu-m’en diras tant Novembre 2018

Posted in Actualités & hors-série on novembre 10th, 2018 by gerard – 1 Comment

Les titres de l’Actualité auxquels vous avez échappé (« Personne n’obligera le pot de terre à taire ce que se permet le pot de fer de faire » Jean Brasier 1910-2003):

1/ Retour sur les funérailles d’Aznavour : Charles avait 20 ans en 1944, ni avant, ni après, il a porté un uniforme. Son talent de musicien, parolier et interprète est immense et non contestable. Mais il y a une marge considérable à se voir offrir un hommage national dans la cour des Invalides avec détachements de Spahis, de marins, d’aviateurs, du drapeau de la Garde Nationale et discours du Chef de l’Etat. La famille n’est que très peu complice : se voir offrir une telle cérémonie avec retransmission en direct sur plusieurs chaînes de télé, qui aurait dit non ? Alors, à qui tout cela profite ? Mais au pouvoir en place bien sûr (1 ou 2 points de plus dans la cote de popularité, c’est toujours bon à prendre)!… Et si ce n’était pas Macron et consorts, cela aurait été d’autres m’as-tu-vu du grand cloaque politicien…

2/ Marionnette: Dans la série « Les immortels », on apprend de source officielle algérienne qu’Abdelaziz Bouteflika, à 82 ans en 2019, sera candidat à un 5ème mandat de Président de la République en Avril prochain. C’est plus qu’un fantoche qu’on mettrait alors sur le devant de la scène, ce serait plutôt un pantin vide, les corrompus du régime tirant les ficelles… La mort du bonhomme n’est cependant pas souhaitable car elle aménerait un chaos qui n’affectera pas que l’Algérie, mais très fortement la France (cf à lire absolument http://resistancerepublicaine.eu/2018/10/03/boualem-sansal-une-nouvelle-guerre-civile-est-en-route-en-algerie-la-france-sera-durement-touchee/ et https://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/boualem-sansal-le-systeme-bouteflika-a-tout-detruit_2045766.html )

3/ Taxes en tout genre : Je ne sais pas pour vous, mais pour ce qui me concerne et pour toutes les personnes à qui j’en ai parlé, la taxe d’habitation a augmenté en 2018 ! Curieux, non ? Elle devait pourtant baisser en moyenne de 30% cette année sur tout le territoire, en vue de disparaître totalement dans un an ou deux… On nous prend vraiment pour des c… ! Allez vaï, ne vous en faites pas, ils ne seront jamais à court pour inventer de nouveaux impôts : l’essence, le droit de circuler dans les centres urbains, les vieux au volant (visite médicale obligatoire + taxe spécifique pour rouler), les automobilistes en général (alors qu’un super porte-containers ou un paquebot de croisière pollue plus sur 2000kms que 100 000 autos en un an), etc…

Les Contes de la semaine 02

Posted in Oulibouf on novembre 10th, 2018 by gerard – 2 Comments

Entamons aujourd’hui le deuxième volet de la saga des Contes de la semaine par Raimondo. Nous allons donc nous délecter du

Mardi

  Ce mardi là, Philippe, comme tous les mardis, quitta le Lycée à 16 heures, après avoir subi un fastidieux  cours de Philosophie sur les spéculations  existentielles de Kierkegaard.  D’ordinaire, il regagnait son logis, une coquette copropriété bourgeoise où sa mère lui préparait une substantielle collation ; pour elle le quatre-heure faisait partie de ces rites immuables, indispensable  à la bonne croissance  physique et intellectuelle des adolescents. Mais ce mardi là il décida de profiter du chaud soleil  de fin mai avant de regagner ses pénates et fit une halte dans le square qui jouxtait le lycée.

Dans ce parc, des bancs de pierres  étaient mis à la disposition des visiteurs qui venaient prendre l’air sous les ombrages  de marronniers séculaires.

Ce mardi là, Philippe remarqua une jeune femme seule sur un banc et décida de s’assoir près d’elle. Poli et bien élevé, il sollicita par un : « je peux », la permission de prendre place à ses cotés. Un « je vous en prie », assorti d’un sourire scella son accord. Ce jour-là, ce furent les seules paroles qu’ils échangèrent, hormis,  un timide « au revoir » discret lorsqu’ils se séparèrent.

Philippe n’avait pas choisi ce banc par hasard ; de loin déjà, il avait remarqué cette  femme aux longs cheveux bruns retombant de part et d’autre de son visage. Elle était élégamment vêtue d’une robe légère à manches courtes, chaussée de nu-pieds qui laissaient entrevoir des ongles vernis d’un rose discret.

Il aurait aimé la voir de face pour mieux distinguer son minois, mais elle resta imperturbablement rivée sur le roman qu’elle lisait. Pour se donner une contenance Philippe ouvrit son classeur et se plongea dans les notes qu’il avait prises durant le cours de philo.  En fait il ne lisait point,  il pensait à cette femme et faute de mieux se grisait du léger parfum qu’elle dégageait.

Les choses se prolongèrent durant un moment puis elle rangea son livre dans un grand sac beige assorti à la teinte de ses chaussures. L’au revoir fut  discret, certes, mais assorti d’un sourire qui laissa Philippe décontenancé. Resté seul, il se reprochait de n’avoir pas engagé la conversation et d’avoir partagé avec elle quelques mots.

Rentré chez lui, il dut affronter les reproches d’une mère acariâtre, qui lui fit toucher du doigt les conséquences de son retard sur l’inquiétude d’une mère. Philippe argua  un cours un peu plus long à l’approche du baccalauréat. Il eut droit à l’habituelle  collation, dont il se serait volontiers dispensée, tant il avait hâte de regagner la solitude de sa chambre pour songer à cette femme qui hantait son esprit. La nuit, elle vint le visiter en songe et au réveil, il constata que son corps n’était pas resté indifférent à cette visite nocturne.

***

Dès le lendemain, il guetta la venue de cette femme qu’il ne revit, à son grand regret, que le mardi suivant. Ce jour-là, les choses allèrent autrement. On parla, on fit connaissance : Myriam préparait un doctorat à la Sorbonne et assurait quelques travaux pratiques ; libre le mardi, elle  profitait du temps ensoleillé pour  prendre l’air sous les ombrages. Philippe évoqua l’approche des examens, les révisions, les ultimes mises au point. On se quitta en se serrant chaleureusement la main, et le mardi suivant on se fit la bise en se retrouvant. Pour comble de bonheur, il advint qu’une petite ondée leur donne l’occasion de se serrer l’un contre l’autre sous un unique parapluie.

La veille du baccalauréat, elle l’invita dans son modeste studio d’étudiant, lui donna quelques conseils et lui souhaita, suivant la coutume, un « merde » assorti d’un baiser appuyé sur la commissure des lèvres, qui amplifia singulièrement le rythme cardiaque de Philippe.

Pour sa réussite à l’écrit Myriam lui offrit un vrai baiser d’amour, celui qui soude les lèvres et, découverte pour Philippe, celui qui anime les langues. L’étreinte dura ; Philippe s’enhardit, laissa errer ses mains sur la robe d’intérieur dont le tissu fin tissu lui laissa entrevoir qu’elle ne portait rien en dessous. Il osa, au risque d’une irrémédiable rebuffade, caresser le buste magnifique qui le fascinait depuis quelques semaines.

Il n’y eut pas de rebuffade mais un  « viens »  qui se termina sur le cosy. Philippe découvrit alors le monde, nouveau pour lui, du plaisir charnel auquel, avec maestria, la sensuelle Myriam l’initia. Et les jours suivants on se retrouva à maintes reprises pour vivre à nouveau d’inoubliables moments.

***

Cette belle aventure prit fin de façon inattendue.  Un jour, Philippe trouva porte close et il apprit que Myriam avait quitté les lieux sans donner plus de précisions sur ses projets à venir.

Philippe fut très affecté par cette fuite inexpliquée. Avec le temps, la peine s’estompa, certes, mais le souvenir de ce premier amour resta ancré en lui. Il poursuit sa vie, fit de brillantes études supérieures et exerça dans divers pays étrangers son savoir d’ingénieur des Arts et Métiers.

 

Quelques 20 ans plus tard, lors d’un passage en France, il tint à revoir le lycée de sa jeunesse et le square qui le jouxtait. Les marronniers séculaires avaient pris de l’extension, les bancs avaient été changés pour faire place à des éléments plus modernes et plus confortables.

Il aperçut une magnifique jeune fille, seule,  qui lisait sur l’un d’eux. Cela engendra chez lui, un moment de nostalgie : il fut envahit par les souvenirs vieux de deux décennies.  Triste, il s’empressa de quitter le lieu, frappé par une indicible mélancolie.

Philippe ne sut jamais que cette jeune lectrice était sa fille. 

Raimondo – 2018

Blagues Novembre 2018

Posted in Actualités & hors-série on novembre 1st, 2018 by gerard – 2 Comments