Oulibouf

Raimondorama 30

Posted in Oulibouf on mai 20th, 2018 by gerard – 2 Comments

Gertrude
Tante Emma, quelquefois, changeant ses habitudes
Acceptait les amours de la jolie Gertrude
Elles jouaient toutes deux à la lèche minette
Et au doigt sulfureux au fond des oubliettes.

Elles avaient pris ce pli, une nuit de juillet :
La pluie tombait à seau et l’orage tonnait ;
Après de très longs jours de chaleur étouffante
Se déclara soudain une nuit d’épouvante.
Jupiter courroucé avait en un instant
Fait jaillir dans le ciel des éclairs flamboyants.
Gertrude épouvantée s’en vint vers Tante Emma
Et tremblant de frayeur se jeta dans ses bras,
Cherchant le réconfort et un apaisement
Auprès d’une tantine au cœur compatissant.
Tante Emma réussit à la tranquilliser
Par des mots rassurants, des gestes d’amitié,
Telle une tendre main caressant ses cheveux
Ou la peau satinée d’un visage gracieux.
Et sans savoir pourquoi, elles sentirent bientôt
Une onde inattendue qui parcourait leur dos
Un frisson délicieux qui éveilla soudain
L’irrésistible envie de faire aller leurs mains
Sur les plus chauds recoins de leur intimité,
Sur leurs seins, leur minou ou leur gracieux fessier
Qui souhaitaient la venue d’une main caressante
Pour calmer les ardeurs de leur chair frémissante.
Lors, se mettant à nu, rejetant leurs atours,
Elles furent emportées par les feux de l’amour,
Et durant un long temps s’offrirent avec tendresse
Toutes les privautés de leurs folles caresses.

Et depuis ce soir là, variant ses habitudes,
Tante Emma, quelquefois, et la belle Gertrude,
S’amusent toutes deux à la lèche minette
Et au doigt sulfureux au fond des oubliettes.
Raimondo – 2016

Gertrude II
Tante Emma quelquefois, et sa nièce Gertrude,
Pour varier les plaisirs avaient pris l’habitude
De s’amuser un peu, se donner du bon temps,
Se faire frotti frotta avec beaucoup d’allant.
Certes, ces gâteries les privaient de quéquettes
Mais ces joyeusetés, toutes ces galipettes
Leur apportaient toujours des instants de délice
Qui ravissaient alors ces gentilles complices.
Elles avaient inventé pour ces moments choisis
Quelques jeux ravissants, de tendes griseries,
Apportant à leurs corps et la relaxation
Et le soulagement d’un sexe en éruption.
Elles aimaient les transports de la suce minette,
Le charme distrayant du téton en goguette,
Le plaisir savoureux d’un joli tête-à-queue
Accompagné alors du doigt aventureux,
Allant de ci de là dans les moindres recoins,
Se comportant toujours comme un joyeux lutin.
Et quand soudainement arrivait le plaisir
Lorsque s’accomplissaient enfin tous leurs désirs,
Très amoureusement serrées avec tendresse
Elles feulaient, emportées dans une folle ivresse.
Comblées, elles reposaient attendant la venue
Du feu envahissant leur intime vertu
Pour reprendre leurs jeux et ces joutes entre femmes
Capables d’allumer de délicieuses flammes.
Or, il advint qu’un jour, durant ces apartés,
Leurs cris un peu bruyants vinrent à alerter
Le petit Siméon trainant dans les parages
Qui s’étonna alors de ces clameurs sauvages ;
Il était innocent ce petit chérubin
Et ne connaissait pas tous ces bonheurs coquins,
Ne sachant même pas que pouvaient exister
De telles fantaisies et semblables équipées.

Il faut, même en amour, laisser le temps au temps,
Attendre que surviennent un savoureux moment
Ou Siméon, sans doute avec sa Tante Emma,
Connaitra à son tour ces succulents ébats.
Raimondo – 2016

Solitude 1

Tante Emma ce soir là, seule dans sa chambrette
Se trouvait déprimée et quelque peu seulette ;
Depuis quelques semaines elle n’avait point baisé
Et cette continence semblait fort lui peser.
Alors elle eut recours à des moyens factices
Afin de soulager ses ardeurs d’entrecuisse
Et d’une agile main sur son petit bouton
Commencèrent les jeux des circonvolutions.
Elle fantasma bientôt, songea spontanément
Aux tendres gâteries que firent ses amants.
Elle se remémora la langue caressante
De son cousin Albert et celle aussi pressante
De son neveu Gaston dont le doigt curieux
Ajoutait au suçon un parcours sinueux
Qui la faisait frémir et crier d’allégresse
Quand l’index furieux s’immisçait dans ses fesses.
Elle vécut en pensée les moments d’émotions
Que procura Hector titillant ses tétons
Et ceux que Mélanie apportait quelquefois
En flattant son minou qui sursautait de joie.
A la longue bientôt ces très belles pensées
Eurent sur Tante Emma le succès escompté
Et elle sentit venir une onde bienfaisante
Qui soulagea son corps de sa tension pesante.

Quand elle reprit son souffle, elle se dit que demain
Allant se promener, au détour d’un chemin,
Elle trouverait sans doute un très joli garçon
Auquel elle offrirait la moiteur de son con,
Afin de s’éviter les moyens frelatés
Et par trop contrefaits, pour pouvoir exulter.
Oui, elle se donnerait, quémandant des caresses
Sur ses seins, sur son sexe et sur ses rondes fesses ;
Elle prendrait en sa bouche un membre turgescent
Charmé de recevoir ce cadeau ravissant,
Bref, elle songeait alors que dès ce lendemain,
Elle allait retrouver un tout autre destin.

Mais hélas au matin quand elle fut éveillée
La jolie Tante Emma était indisposée…
Raimondo – 2016

Solitude 2
Quelquefois Tante Emma se trouvant trop seulette
Sacrifiait à l’attrait d’une bonne branlette.
Certes elle eut préféré une bite guerrière
Se lovant dans les plis de ses rondeurs fessières,
Ou la langue goulue titillant à loisir
Sur son petit minou, le bouton du plaisir.
Mais comme elle était seule, il lui fallait palier
Les pénibles moments de son corps esseulé,
Aussi ses petits doigts se firent fureteurs
Et allant ça et là, se montrèrent charmeurs
Afin de provoquer par ces touchers ardents
Un brin de volupté et de ravissement.
Elle ne rechignait point à ces jeux solitaires :
Elle y trouvait toujours un bonheur salutaire
Qui calmait les ardeurs de ses sens enfiévrés
Par l’orgasme furieux qui venait la calmer.
Quand elle avait vécu ce moment d’euphorie,
Que son corps en repos se trouvait assouvi,
Calme, enfin détendue et le sexe apaisé
Elle vivait en esprit des images passées
Que sa vie amoureuse avait gravées en elle,
Souvenirs délicieux de sa vie sexuelle.
Elle revoyait alors tous les gestes charmants
Prodigués autrefois par ses nombreux amants
Et elle se rappelait des instants de folie
Qui s’étaient déroulés tout au long de sa vie.
Elle songeait qu’aujourd’hui le beau Timoléon
N’était pas auprès d’elle pour lutiner son con
Comme il savait le faire avec tant de chaleur
Pour provoquer en elle un frisson de bonheur.
Et elle se souvenait que pour le remercier
Elle aimait caresser son sexe redressé
Puis le prendre en sa bouche ou soudain jaillissait
La sève de l’amour qu’alors il lui offrait.
L’esprit de Tante Emma bouillait de souvenir
Sa vie ayant été émaillée des plaisirs,
Et si, en ce jour d’hui elle se trouvait seulette
Elle savait que demain naitrait une autre fête,
Avec d’autres amants et d’autres corps frustrés
Quémandant un instant de bonheur partagé.
Raimondo – 2016

Albin
Tante Emma ce soir là, et Albin son neveu
Dans le jardin en fleurs se promenaient tous deux
Au ciel la lune pleine éclairait les sentiers
Dans lesquels tous les deux ils allaient musarder.
Soudain ils virent au ciel comme un trait lumineux
Qu’une filante étoile, dessinait dans les cieux,
Et chacun en esprit vint à imaginer
Un vœu, qu’il sied de faire en ces moments rêvés.
Ma Tante, dit Albin, oserais-je vous dire
Ce que vient de songer mon esprit en délire ?
Je ne veux surtout pas être présomptueux
En avouant ici la teneur de mon vœu,
Mais j’aimerais poser durant un court instant
Ma main sur la peau nue de votre beau séant.
Tante Emma répondit au souhait inattendu :
Vous aimeriez, mon cher, me peloter le cul !
Et sans perdre un instant Tante Emma souleva
Sa robe de satin et montra ses appâts.
Albin très longuement posa ses chaudes mains
Sur les belles rondeurs du gracieux popotin
Et il s’enhardit même jusqu’à y déposer
Ses deux lèvres goulues  pour un fervent baiser.

Albin était aux anges, pour la première fois,
Il avait les honneurs du beau fessier d’Emma.
Et c’est en ce moment de tendre privauté
Qu’il osa à la Tante, alors lui demander :

Ma chère Tante Emma quel vœu vint à l’esprit
Au vu du météore qui traversa la nuit ?

Tante Emma ne dit rien, mais une main coquine
Alla de son neveu lui dénuder la pine
Et d’une avide bouche avec célérité
Très amoureusement se mit à la sucer.
Raimondo – 2016

Jérémie
Tante Emma était bien connue dans la famille
Pour avoir initié les garçons et les filles
Aux doux jeux de l’amour, à la façon d’aimer
Et à tous les plaisirs qu’on en peut retirer.
Par un beau jour d’été, Jérémie son neveu
Baisa avec Emma dans un sentier herbeux.
Le temps était superbe, on était peu vêtu
Tant le soleil brûlait, tout là-haut dans la nue.
Tous deux se promenait dedans un vert bocage
En un coin isolé, à l’abri des feuillages
Et Jérémie soudain eut les yeux attirés
Par le bustier d’Emma largement échancré
Ma tante, lui dit-il, avec cette vêture
De vos très jolis seins on peut voir la courbure
Qui enchante mes yeux, et je le crois aussi
Provoque entre mes cuisses un effet inouï.
Que me dites-vous là, laissez-moi regarder ;
Je crois mon cher neveu qu’en ce jour vous bandez,
Et je pense qu’il faut, à cette occasion
Faire cesser aussitôt la folle  bandaison.
Jérémie n’était pas expert en la matière ;
Emma l’ayant compris fut très hospitalière
Et usant de finesse et de sagacité
Lui prit le sexe en main afin de le branler.
Il faut en convenir, un tel  geste charmant
Apporta, on s’en doute un émerveillement
A ce jeune puceau qui soudain  découvrit
L’effet qu’une branlette provoque sur un vit.
C’était un bon début, mais ces préliminaires
N’étaient en vérité que gestes secondaires
Et Tante Emma offrit après cet aparté
La très chaude moiteur de son intimité.
Raimondo – 2016

Raimondorama 29

Posted in Oulibouf on avril 20th, 2018 by gerard – 2 Comments

Souvent femme varie
Elle disait souvent oui, quelquefois c’était non.
Tante Emma refusait parfois la séduction
D’un amant empressé, d’un neveu de passage
Dont les curieuses mains n’étaient pas toujours sages :
Celles qui s’égaraient sur son fessier pulpeux
Ou celles qui tâtaient ses deux seins plantureux.
Il arrivait ainsi, sans trop savoir pourquoi,
Qu’elle refuse ces jeux apportant de l’émoi.
Il se trouva qu’un soir, le charmant Honoré
Se heurta au refus de sa tante adoré ;
Il avait pourtant mis dans ses gestes affables
Toute la courtoisie dont il était capable,
La douceur et la grâce, et cette distinction,
Marque d’un être emplit de bonne éducation.
Tante Emma cependant n’était pas, ce jour là,
Prompte au batifolage ni à tous les ébats
Qu’elle aimait d’ordinaire et qu’elle recherchait
Pour la félicité que cela apportait.
Honoré fut navré d’essuyer un refus :
Cette attitude là le rendit tout confus
Et il se demanda pourquoi soudainement
Sa tante refusait quelques très chauds instants.
Pourtant, souventes fois, ils avaient tous les deux
Joué au va et vient du forban belliqueux,
Laissé errer leurs doigts dans les recoins secrets
Déclinant les accords d’un ardent menuet.
Ils avaient tout tenté : le vol du chat huant,
L’inversion du sujet, celui du complément,
L’air de la Traviata, et des trois mousquetaires
Et le grand lamento de la jolie bergère.
Ils avaient forniqué partout dans la maison :
A la cave, au grenier, dans le petit salon,
Et même quelquefois sur la mousse douillette.
Les chênes centenaires, les bouleaux frémissants
Avaient été témoins de leurs cris déchirants,
Et le joli ruisseau à l’onde susurrante
Apaisait les suées de leurs joutes galantes.

Honoré ne sut point le pourquoi du comment
Qui poussa Tante Emma à ce renoncement.
Peut-être faut-il dire comme le roi François
Cette phrase connue prononcée autrefois :

Souvent femme varie
Bien fol est qui s’y fie.
Raimondo – 2017

Première gâterie
Bien souvent Tante Emma, contait à ses neveux
Quelques beaux souvenirs d’un passé graveleux.
Toute jeunette encor, avec tous ses cousins,
Ils avaient découvert ces petits jeux coquins,
Recherchant les secrets de leur intimité
Que leurs curieuses mains aimaient à peloter.
Déjà, elle n’était pas avare de caresses,
Acceptant volontiers qu’on tripote ses fesses,
Et sa bouche goulue qui partait en goguette
Sur les vits un peu mous se faisait guillerette.
Tout cela était bon, et l’on se complaisait
A ces amusements qui lors les ravissaient.
Avec le temps qui passe, vinrent des changements,
Une pilosité parut soudainement
Et le buste d’Emma fut bientôt convoité
Par des doigts indiscrets venus le titiller.
On trouvait le bonheur dans ces récréations
Qui apportaient toujours grande satisfaction.
Plus tard se révélèrent d’autres façons d’agir
Pour pouvoir exulter et donner du plaisir ;
Et l’imagination qui n’était pas en reste
Permit de découvrir quelques belles caresses,
Des postures sublimes, des gestes singuliers,
Tel, le brame du cerf sous les micocouliers
Ou le turlututu du petit doigt frondeur
S’égarant ça et là en quelque profondeur.
Mais surtout Tante Emma conta avec passion
Ce merveilleux moment, au cours d’une succion,
Ou elle connut enfin l’ineffable bonheur
De sentir dans sa bouche une chaude liqueur.

Ce geste délicat fut bien sûr apprécié,
Par elle, évidemment, et un cousin gâté,
Dont elle ne révéla jamais l’identité…
Raimondo – 2017

L’inconnu 1
Tante Emma revêtue d’une robe légère
S’en allait promener au bord de la rivière.
On était en été, le temps était fort chaud,
Et elle se réfugiait souvent au bord de l’eau
Pour pouvoir échapper à la grande touffeur
Et trouver sous les saules un semblant de fraicheur.
L’endroit était désert, et Emma profitait
Du calme reposant qu’en ces lieux il régnait.
Ce jour là cependant, venu d’on ne sait où,
Un charmant damoiseau courant le guilledou,
Se trouva sur ses pas et fort élégamment
Fit d’une douce voix quelques beaux compliments :
Madame en vous voyant, il me plait d’admirer
Tous vos charmants appâts et toutes vos beautés,
La splendeur de vos traits, le lustre d’une peau,
Qui ce jour à mes yeux sont un réel cadeau.
Vous contemplant, madame, il me vient à l’esprit,
De coquines pensées attisant mes envies ;
S’il ne tenait qu’à moi j’irai poser mes mains
Sur les douces rondeurs de vos très jolis seins
Que j’aperçois ici dans un décolleté,
Avivant mes désirs et mes folles pensées.
Ne me repoussez pas, ne soyez point rebelle
A ce jeune amoureux qui vous trouve si belle
Et qui n’a qu’un désir, celui de caresser
Ces superbes joyaux qui me font tant rêver.

Tante Emma, il est vrai, fut soudain très émue
Entendant le babil de ce jeune inconnu ;
Elle n’osait dire oui, mais ne disait pas non,
Emue et envoûtée par la proposition.
Le bel adolescent était beau comme un dieu
C’était un Apollon aux très jolis yeux bleus
Et tous ses compliments créèrent chez Emma
Une folle passion qui lors la submergea ;
Elle ouvrit son bustier montra sans hésiter
Le spectacle charmeur de ses rotondités,
Laissant le séducteur les couvrir de caresses
Et de baisers mouillés donnés avec tendresse.
Longuement il goûta l’exquise friandise
Offertes à ses envies et sa convoitise.
A ce petit jeu là, Emma sentit monter
L’irrépressible envie d’être enfin pénétrée,
Et sur le vert gazon, sous un cornouiller nain,
On entama alors un délicieux festin.
En hors d’œuvre on goûta la branlette espagnole
Puis vinrent les entrés, les sucettes créoles,
Relevées d’un soupçon de la paume en goguette
Afin de rassasier les tendres coucougnettes,
Puis, pour varier les mets on souffla un moment
Dégustant les saveurs d’un petit trou normand.
Le plat fut merveilleux avec le missionnaire
Précédant l’arrivée d’un fabuleux dessert :
Une bonne levrette, succulent va et vient
Amenant les convives au plaisir vénérien.

Emma en frissonnant cria sa volupté
Et l’inconnu enfin était dépucelé.
Raimondo – 2017

L’inconnu 2
Légère et court vêtue en ce torride été
Emma se promenait sous des micocouliers
Recherchant la fraicheur et le moindre zéphyr
Qui, si léger soit-il, puisse la rafraichir.
Alors qu’elle approchait d’un gazouillant ruisseau
Elle eut soudain l’idée de pénétrer dans l’eau.
L’endroit était désert et sans hésitation
Elle ôta ses atours et ainsi que son jupon ;
Toute nue elle entra dans l’onde frémissante
Goûtant avec plaisir la fraicheur bienfaisante
Qu’apportait à son corps le flot mélodieux
Se frayant un chemin sur des rochers schisteux.
Elle ne se doutait point que parmi les roseaux
Un œil concupiscent contemplait le tableau :
Les jolis seins dressés, les fesses sculpturales,
Apportant du piment à cette pastorale.
Un homme jeune encor, tout rempli de vigueur,
Contemplait ces beautés faisant battre son cœur
Et chavirait son vit qui très soudainement
S’était mis à bander voyant ces agréments.
Il demeurait muet n’osant manifester
Sa présence en ce lieu qui eut pu effrayer
Cette femme admirable aux appâts plantureux,
Incapable qu’il fut de la quitter des yeux.

Mais la femme toujours, il faut bien l’avouer,
Possède un sens aigu qui lui fait deviner
La moindre anomalie, le plus petit écart
Et sentir la venue d’un bienheureux hasard ;
Elle sut qu’on la voyait et qu’on la contemplait,
Qu’un rodeur était là et très fort désirait

Son corps nu, ses appâts, toute sa blanche peau,
Et sa chair généreuse, très insigne joyau.
Elle se laissa toucher par cet adorateur,
Lui offrant de son corps une intime moiteur,
Ses splendides rondeurs, sa bouche entreprenante,
Ses généreuses mains qui se faisaient bandantes.
Ils s’aimèrent longtemps sur un tertre moussu
A l’ombre des troènes et d’un aulne feuillu.

Emma ne revit pas cet amant de passage
Qui laissa cependant quelques belles images
Dont son esprit longtemps ne pu se dessaisir
Tant elle avait goûté ces moments de plaisir.

Et en se revêtant, Tante Emma s’aperçut
Qu’un intime dessous alors n’y était plus ;
L’Inconnu avait pris, souvenir bienheureux,
Une blanche culotte, faite d’un lin soyeux.
Raimondo – 2017

Gertrude et Benjamin
Benjamin avait pris la fâcheuse habitude
De pincer le fessier de la belle Gertrude ;
Celle-ci acceptait quelques douces caresses
Mais elle détestait qu’on moleste ses fesses,
Au risque d’y laisser par ce geste incongru
Des bleus inélégants sur son beau petit cul.
Elle lui avait souvent fait quelques réflexions
Qu’il n’avait jamais prises en considération
Et lorsqu’il se trouvait derrière sa cousine
Sa main soudainement un peu trop libertine
Se montrait agressive envers le beau séant
Le tapotant d’abord, ensuite le pinçant.
Gertrude décida d’aller vers Tante Emma
Pour qu’elle raisonne un peu, ce faiseur de tracas ;
La belle Tante Emma était dans la famille
Arbitre des conflits entre garçons et filles
Et très souventes fois elle avait apaisé
Les heurts, les désaccords qu’elle pouvait constater.
Le calme revenait, et alors comme avant,
Cousines et cousins vivaient sereinement.
Benjamin, par Emma fut bien morigéné,
Il promit désormais de se bien comporter,
Mais il reprit bientôt ses gestes indélicats
Réclamant aussitôt un écho immédiat.
Tante Emma conseilla alors à ses parents
De punir vertement le jeune délinquant :
On le mit au collège, celui dit, de Clermont,
Ou il trouva d’ailleurs quelques bons compagnons,
Dont le grand Poquelin, qui deviendra Molière,
Et qui fit au théâtre une belle carrière.
Oui, mais dans ce collège, quelques hurluberlus
Avaient une tendance à tapoter les culs
Et même à les pincer, ce qui pour Benjamin
Ne constituait pas un attrait souverain.

Et les années passèrent ; et par un soir d’été,
Gertrude et son cousin tous deux se sont trouvés.
Ils avaient bien changés et très spontanément
Dans un coin retiré ils devinrent amants.
Benjamin mit à nu les douces et rondes fesses
Les couvrit de baisers et de maintes caresses :
Il voulait aujourd’hui abolir le passé,
Quand il était plus jeune et bien mal élevé ;
Il se montra très tendre et ses mains doucereuses
Furent toujours osées mais jamais belliqueuses.

Mais la femme varie, et Gertrude en ce jour
Avait d’autres envies, certes bien moins glamour,
Et aurait préféré être un peu molestée
Ne dédaignant jamais, une bonne fessée.
Raimondo – 2017

Damien
Tante Emma était nue et sur son canapé
Par son gentil neveu se laissait lutiner.
Il était jeune encor quand Emma lui apprit
Les premiers rudiments qui conviennent au déduit
Et Damien fort doué devint en peu de temps
On peut le dire ici, un merveilleux amant.
Tante Emma, très souvent, se faisant séductrice
Avec son œil coquin tout rempli de malice,
Attirait son neveu sur le moelleux sofa
Pour vivre des moments de luxurieux ébats.
Damien doucettement dégrafait un corsage
Afin de libérer des seins encor trop sages
Qu’il voulait éveiller par de tendres caresses
Afin de les mener vers une folle ivresse,
Titillant les tétons de ses doigts amoureux,
Les palpant doucement d’un geste affectueux.
Bientôt retentissait un faible halètement
Affirmant le succès de l’heureux traitement.
Tante Emma à son tour, de ses mains polissonnes
Usait de va et vient sur la bite mignonne
Qui prenait de l’ampleur et s’enflait fièrement
Prête à se faufiler dans le minou bouillant.
Mais ce jour-là Emma avait d’autres envies
Elle voulait aborder d’autres friponneries
Et l’heureux tête-à-queue qu’elle souhaitait accomplir
Fut, on se doute bien, admis avec plaisir,
Chacun trouvant ainsi en cette position
L’échange bienfaisant de douces sensations.
Tante Emma frissonna et Damien à son tour
Se libéra alors de sa sève d’amour.
Raimondo – 2017

Viviane 25

Posted in Oulibouf on avril 10th, 2018 by gerard – 2 Comments

25e épisode

Chapitre 5 : Florence

Ce matin là, à Florence en Toscane, dans l’atelier du maître Matteo Rosselli, l’un de ses plus talentueux élèves, Lorenzo, s’exerçait au pastel, à reproduire un visage de femme. Son modèle était une jeune adolescente de quelques 16 années, magnifique tanagra aux cheveux blonds, qu’il avait croisé dans les rues de la ville. Certes sa beauté l’avait incité à la choisir pour modèle, mais il avait en tête quelques idées polissonnes qui n’ayant rien à voir avec la peinture. C’est la raison pour laquelle il profita de cette heure matinale où l’atelier était désert pour y attirer la jolie Carolina.

En fait, ce matin là, il ne fut pas tellement question d’art pictural ; Lorenzo se montra très vite entreprenant et son modèle, après avoir montré une certaine réserve, ne dédaigna pas les chaudes caresses qu’il lui prodiguait avec douceur et se laissa entrainer dans la magie du batifolage. Ce fut d’abord un flirt, fait de baisers et de timides frôlements ; puis la réserve s’estompant, Lorenzo dénuda un magnifique buste que la jeune fille offrit sans retenue, sans la moindre pudeur, comme si elle souhaitait cette caresse qui ne lui était pas inconnue et qui, de toute évidence, semblait la satisfaire.

Bientôt ils furent nus et sur une ottomane qui trônait dans un coin de l’atelier, ils s’apprêtaient à une plus intime étreinte, lorsque surgit soudain, le maître de séant que l’on n’attendait pas aussi tôt,  Matteo Rosselli lui-même.

En cette année 1623, Matteo a atteint en matière de peinture baroque, la maturité de son art. Ses voyages auprès des peintres flamands ou romains, en a fait un artiste de notoriété, aux œuvres renommées par les florentin en général,  les Médicis en particulier, ainsi que diverses ville de Toscane. Il a d’ailleurs en commande une série de tableaux de femmes célèbres et justement a demandé à Lorenzo de lui présenter une ébauche de la légendaire reine Sémiramis.

Au vu de son élève préféré dans une tenue sans équivoque avec cette jeune fille, le maitre entra dans une violente fureur ; il n’admettait pas qu’on se conduise de la sorte en un lieu réservé à l’Art. Certes, il avait été dans sa jeunesse un chaud lapin et un  joyeux luron avec les modèles que l’on recrutait dans les ateliers ; aujourd’hui, à la  quarantaine, il ne dédaignait pas de courtiser quelques accortes  florentines, mais avait édicté pour son atelier quelques règles de bonne conduite, dont on ne devait pas déroger. Sans même lui laisser le temps de se rhabiller, il  chassa la jeune Carolina qui dut retrouver une tenue correcte, à l’extérieur, sous les quolibets de quelques passants, fort heureusement rares en ce lieu un peu à l’écart de la cité.

On oublia l’incident pour se remettre  au travail.  Tous les élèves s’attelèrent à la tâche afin de présenter au maitre le visage de la belle Sémiramis. Lorenzo, qui tenait à faire oublier son incartade, s’ingénia à trouver le modèle idéal qui puisse satisfaire l’œil expert du maitre.

Quelques jours plus tard, alors qu’il se promenait aux abords du Palazzo Vecchio, il fut abordé par une femme élégamment vêtue, et ce qui ne gâtait rien,  fort jolie. Elle s’adressa à lui dans la langue de Dante, impeccablement,  mais avec un soupçon d’accent qui laissait supposer qu’elle pouvait être étrangère.

  • Je crois savoir que vous travaillez dans l’atelier du peintre Matteo Rosselli.
  • J’ai effectivement l’honneur d’être l’un de ses élèves.
  • Alors je pense avoir trouvé l’homme providentiel capable de  m’introduire auprès du maitre que je connais de  réputation mais que je n’ai jamais eu le loisir de rencontrer.
  • C’est avec grand plaisir que je vous conduirai auprès de lui quand vous le souhaiterez.

Rendez-vous fut pris. La femme s’éloigna. Lorenzo la suivi des yeux durant un long moment. Lorsqu’elle eut disparu dans les venelles attenantes, il  regretta de n’avoir pas eu l’idée de l’accompagner. Après réflexion, il pensa que les choses étaient mieux ainsi ; elle n’aurait peut-être pas apprécié qu’il apprenne son lieu de résidence. Elle restait donc pour lui, la belle inconnue.

***

Quelques treize années auparavant, le 14 mai 1610,  le bon roi Henri IV succombait sous le couteau de Ravaillac. La Reine Marie de Médicis, native de Florence ayant entendu dire grand bien de Matteo Rosselli, commanda la réalisation de  quelques tableaux illustrant des scènes de la vie du feu roi son époux.  Cette nouvelle se répandit, ainsi que le nom de ce peintre jusqu’ici inconnu en France.

C’est cette époque que l’Abbesse de Montmartre Marie-Catherine de Beauvilliers eut l’occasion d’entendre le nom de Matteo Rosselli. C’est à cette époque donc, qu’elle songea à ce petit cadre de bois où figurait ce nom. Elle se rendit alors au palais du Louvre où résidait la Reine veuve, devenue régente du royaume durant la minorité du jeune Louis XIII, fils ainé du roi défunt.

Les deux femmes conversèrent longuement en privé, et l’Abbesse montra  à la Reine le petit cartel de bois dont elle était dépositaire. Elle narra les circonstances qui l’avaient mise en possession de cet objet et bien sûr de l’existence de la petite Viviane.

  • Et cette Viviane qu’est-elle devenue ? demanda la Reine
  • Ayant appris la mort de sa mère, peu après sa naissance, nous l’avons  élevée dans notre couvent, depuis huit ans déjà, dans l’espoir d’en faire peut-être, une nonne.
  • Pourquoi être venue me voir aujourd’hui  et qu’attendez-vous de moi désormais ?
  • Vous êtes la seule à connaitre ce Matteo dont j’ignorais jusqu’ici l’existence ; il serait bon de lui faire connaitre sa fille.

La Reine éclata d’un rire sonore.

  • Chère Abbesse vous êtes d’une incroyable naïveté. Croyez-vous que les hommes se soucient des bâtards qu’ils ont pu engendrer ça et là ? Croyez-moi, je suis bien placée pour connaitre leur façon d’agir dans ces circonstances.

Mais devant l’air déçu de Marie-Catherine, elle fit cependant  appeler l’une de ses dames d’honneur, Giovanna, native comme elle, de Florence.

***

Lorenzo retrouva   la belle inconnue sur le Ponte Vecchio, ce pont de pierre qui enjambe l’Arno, la rivière florentine, où des bijoutiers et des orfèvres ont installé leurs échoppes. Lorenzo voulant en savoir plus sur cette femme s’adressa à elle dès son arrivée.

  • Je suis très heureux de vous revoir, mais je ne sais, ni votre nom ni les raisons qui vous poussent à rencontrer mon maitre.
  • Cela aurait-il pour vous une importance ?

Lorenzo demeura coi devant cette réflexion, laconique mais somme toute très logique. La femme se rendant compte que sa réponse abrupte  avait pu le choquer, se montra plus avenante et déclara d’une voix douce, un tantinet charmeuse.

  • Sachez que je me nomme Giovanna, que je viens du royaume de France, où je vis. Quant aux raisons qui me poussent à voir Matteo Rosselli, c’est une longue histoire, que je vous raconterai peut-être un jour….

Si vous êtes sage, ajouta-t-elle en éclatant de rire.

Giovanna rencontra donc le Maitre et d’emblée, c’était pour la visiteuse la façon de se faire connaitre, lui montra la fameuse plaquette de bois, sur laquelle figurait son nom, et l’année 1602. Une vingtaine d’années déjà… Un temps suffisant pour que certains souvenirs s’estompent mais que d’autres  demeurent et Matteo se souvint soudain de cet amourette de jeunesse qu’il avait vécu à Paris à cette époque. Aujourd’hui, ce qu’il s’était ingénié à oublier, lui revenait par la présence de cette Giovanna, porteuse de ce petit cartel en bois marqué de faits qu’il avait voulu chasser de son esprit mais qui éclataient soudain.

  • Mais enfin qui êtes-vous ? Et que signifie cette plaquette où figure mon nom ?
  • Si vous acceptez de me suivre, vous connaitrez la suite d’une histoire ancienne qui débuta à Paris dans les débuts du siècle.

Ils quittèrent l’atelier et en chemin, Giovanna dévoila peu à peu des évènements auxquels il avait été mêlé.

  • Je me nomme Giovanna et je suis née à Florence, fille adultérine du Grand Duc François Marie de Toscane et d’une jolie chambrière œuvrant au Palais Pitti. Je suis donc la demi-sœur de Marie, la fille légitime qui est devenue Elle était mon aînée d’une dizaine d’années mais une certaine amitié s’étant  créée entre nous,  lorsqu’il fut question de la marier au roi Henri IV, je fis partie de la suite qui vint avec elle en France. »
  • J’entends bien, mais en quoi cela me concerne-t-il ?
  • J’y arrive. Au début du siècle, vous êtes venu à Paris où vous avez succombé au charme d’une certaine Viviane, et, peut-être ne le saviez-vous pas, une fille appelée Viviane comme sa maman est le fruit de cette belle aventure. Cette jeune fille, votre fille, a été élevée par ma mère, au Palais Pitti, à la demande de la Reine de France. De ce fait, elle a eu l’occasion de vous croiser dans la ville et aujourd’hui, elle désire avoir un entretien avec vous. »
  • ……..

Matteo demeura muet.

Certes il se souvenait de cette jolie Viviane ; il revoyait cette femme au corps splendide avec laquelle il avait vécu de savoureux moments. Il la savait   enceinte mais s’était malgré tout éloigné d’elle sans chercher à endosser une quelconque responsabilité. Aujourd’hui, le passé le rattrapait, venant lui demander des comptes ; pour une fois, il ne s’esquiva pas et accepta de voir cette jeune femme, fruit de ses amours de jeunesse.

***

Giovanna, comme promis, revit Lorenzo ; elle lui narrer la longue histoire de Matteo Rosselli, son maitre en peinture.  Elle lui apprit également, qu’après avoir longuement conversé avec ce père tombé du ciel, Viviane, pour s’éviter la  même mésaventure que sa pauvre maman, avait décidé d’entrer dans les ordres et qu’elle était sur le point de regagner le couvent des clarisses d’Assises.

Dans la modeste chambre de Lorenzo, où tous deux s’étaient retrouvés,  un lourd silence s’instaura  à la suite de cet émouvant récit ;  pour mettre un terme à ce calme pesant, voire  lancinant, Giovanna  entreprit de lui conter sa propre vie à la cour de France auprès de la reine Marie, sa demi-sœur, du roi Henri, le Vert galant qui n’hésitait pas à lutiner les jeunes filles  qu’il croisait dans les longs corridors du Palais du Louvre.  Elle fit allusion à quelques bonnes fortunes qui meublèrent sa vie amoureuse avec de sémillants mousquetaires, ces joyeux bretteurs qui  n’attiraient pas seulement les dames avec  la beauté de leur rutilant costume…

Cette femme ravissante fascinait Lorenzo ; timide, il n’osait se montrer audacieux malgré l’envie folle qui le tenaillait de la prendre dans ses bras, de goûter à ses lèvres purpurines et de sentir dans ses paumes les généreux seins qu’un élégant décolleté mettait en valeur.  Fort heureusement les femmes savent toujours se montrer conquérantes face à un amoureux effarouché, par  trop pusillanime ; Giovanna sans rien dire entreprit un lent déshabillage, prélude aux  moments d’intense volupté que Lorenzo apprécia. Jeune encore, manquant en vérité  d’expérience,  il fut émerveillé par les caresses que cette femme lui faisait découvrir. Ils s’aimèrent à plusieurs reprises et terminèrent leur nuit, amoureusement enlacés.

Au petit matin, Lorenzo admirant Giovanna, se dit qu’il avait enfin trouvé le modèle idéal pour représenter la Reine Sémiramis.

Fin de la quatrième partie.

Raimondo – A suivre

Raimondorama 28

Posted in Oulibouf on mars 20th, 2018 by gerard – 3 Comments

Casimir
Avant de devenir l’accorte Tante Emma,
Etant petit fille, elle aguichait déjà
Ses cousins qui alors se trouvaient auprès d’elle,
Faisant minauderies, jouant de la prunelle.
Elle ne refusait pas qu’une main indiscrète
Tâte son petit cul, soulevant sa jupette,
Et même quelquefois la petite effrontée
Allait chercher des vits, afin de les sucer ;
Ces gâteries, d’ailleurs, ravissaient les filous
Qui répondaient parfois lui léchant son minou.
Puis arriva le temps où l’enfant devient femme,
Où le corps prend des formes et avive les flammes
Des adultes coquins aux idées polissonnes,
Soucieux de posséder cette jolie mignonne.
Mais Emma prit son temps avant de succomber
Et garda sa vertu durant quelques années
N’acceptant de la part de tous ses courtisans
Que le geste furtif d’un bref effleurement.
Et ce fut Casimir, un oncle de passage
Qui, un jour de printemps lui prit son pucelage.
Beau comme un Adonis, semblable à Cupidon,
Il décocha sur elle sa flèche et son brandon ;
Il lui conta fleurette, usa de bienveillance
Et Emma succomba à tant de prévenance.
Elle offrit ses rondeurs aux doux attouchements,
S’ouvrit pour accueillir un sexe triomphant,
Se laissa emporter par d’exquis va et vient
Qui vinrent engendrer un plaisir souverain,
Ce bien-être nouveau qui fit d’elle une femme
Grace à la majesté d’une biroute en flamme.
Et c’est de ce jour là que l’espiègle friponne
Mena joyeuse vie de façon polissonne,
Elle eut nombreux amants et devint au déduit
Très grande connaisseuse et experte accomplie ;
Elle sut imaginer divers gestes plaisants
Tel le charivari du vizir ottoman
Ou l’essor effréné de la jolie quéquette
Qui frétille à loisir au cours d’une levrette,
Ainsi que le glouglou du joyeux bourguignon
Ou les vagissements du tendre moussaillon.

Elle ne revit jamais cet amant chaleureux
Qui l’avait initiée à des jeux merveilleux,
Mais au long de sa vie, quand venait le plaisir,
Nostalgique, elle songeait à l’oncle Casimir.
Raimondo – 2016

Casimir II
Tante Emma frissonna et cria le plaisir
Que lui avait donné son neveu Casimir.

Ce garçon avait mis toute son énergie
Pour montrer sa vigueur à sa tante chérie.
Il avait commencé par le vol du héron
Puis les coquineries du joyeux marmiton ;
Il savait que sa tante appréciait ces jeux là
Et pour cette raison il ne l’en privait pas.
Ce n’était qu’un début, simples préliminaires,
Qui appelaient, bien sûr d’autres façons de faire,
Et Casimir ayant de l’imagination
Il trouva, on s’en doute, bien d’autres positions.
C’est ainsi qu’il lui fit le youyou de la chouette
Suivit du grand écart et de la pirouette,
Et c’est précisément dans le roulé-boulé
Que Tante Emma soudain cria sa volupté.
Mon neveu vous avez, j’en conviens aisément,
Toutes les qualités d’un merveilleux amant
Et je viens d’éprouver avec délectation
Les très heureux effets de votre prestation.
Laissez-moi à mon tour, user de mes largesse
Pour répondre aux effets de vos tendres caresses :
Elles m’ont tourneboulée, mis le corps en émoi,
Je veux donc à mon tour vous mettre dans la joie.
Tante Emma, commença par la joute bretonne
Suivit du griseli de la fière nipponne ;
Sa bouche sans repos caressant tout le corps
De l’heureux Casimir frissonnant de transport.
Tous ces titillements, ces frôlements légers,
Ces lèvres allant venant sur un vit érigé,
Toutes ces gentillesses, tous ces soins délectables
Eurent finalement un succès ineffable :
Une sève d’amour jaillissant sur les seins
De Tante Emma ravie de ce cadeau divin.
Raimondo – 2016

Gontran
Le coquin de Gontran caressa en passant
De sa tante chérie le délicieux séant ;
Ce geste que d’aucuns trouverait incongru
Etait pour Tante Emma toujours le bienvenu ;
Elle ne refusait point qu’une main baladeuse
Vienne se promener sur ses fesses pulpeuses,
Et même quelquefois, soulevant ses atours,
Elle montrait simplement et sans faire de détours
Le charmant aperçu d’un joli cul râblé
Qu’en baissant sa culotte elle avait dénudé.
Lorsqu’il vit ces beautés Gontran n’hésita point,
Avec délicatesse il y posa les mains
Et il les caressa durant un long moment
A la très grande joie d’Emma, assurément.

Elle n’offrait pas toujours à ses adulateurs
La possibilité de flatter ses rondeurs,
Il arrivait souvent qu’elle vienne à fustiger
Un faquin qui manquait parfois d’aménité,
Un maraud, un fripon sans aucune tendresse
Manquant de prévenance et de délicatesse.
Mais ce jour, pour Gontran, elle se laissa flatter
Par cet adolescent affable et policé.
Prenant les choses mains, c’est bien façon de dire,
Elle branla doucement une bite en délire
Qui réagit bien vite à ce doux traitement
Et s’enfla aussitôt et démesurément.
Tante Emma constatant l’ampleur de ce joujou
Le glissa aussitôt dans son gentil minou
Et de longs va-et-vient apportèrent bientôt
Pour les deux combattant un fabuleux cadeau :
Le plaisir souverain qu’éprouvent les amants
Faisant guili-guili et du rentre dedans.
On n’en resta pas là, et l’on recommença
Avec plus de vigueur, le savoureux combat ;
Tante Emma se montra comme à l’accoutumée
Une femme intrépide au savoir affirmé
Et Gontran ne fut pas malgré son tout jeune âge
Compagnon maladroit dans ce batifolage ;
Il sut être vaillant, se montrer audacieux
Apportant à Emma un effet prodigieux
Cette kermesse là fut vraiment héroïque
Chacun en retirant une onde frénétique
Laissant les combattants quelque peu essoufflés
Par toutes les ardeurs qu’ils avaient endurées.
On marqua une pose remettant à plus tard
Le gentil tête-à-queue du conquérant paillard
Ainsi que les transports de l’émir en goguette
Ou le charivari du sybarite en fête.

Bref, ce fut ce jour-là pour Emma et Gontran
Il faut bien l’avouer un très heureux moment.
Raimondo – 2017

Chloé
Avec joie, Tante Emma se faisait masturber
Par les soins diligents de la belle Chloé,
Amie de longue date, connue durant l’enfance,
Séduisante lesbienne emplie de pétulance.
Tante Emma, on le sait, ne se refusait point
A goûter quelquefois aux plaisirs féminins :
Les caresses d’amour sur son petit minou
Que Chloé dispensait lui faisant un bien fou ;
Il n’y avait pas lieu de vouloir s’en passer
Et faute d’un amant aux appâts redressés
Ces petits à-côtés apportaient cependant
Un frisson de bonheur et de ravissement.
Ainsi donc ces amies, sur des draps de satin
Se donnaient du plaisir avec beaucoup d’entrain,
Variant les positions, tentant de nouveaux gestes
Capable de produire un plaisir manifeste.
Et c’est ainsi qu’après, l’étreinte du panda
Elles tentèrent l’envol du verdier de Cuba
Ainsi que le froufrou de la mouette rieuse
Et le turlutement de la buse joyeuse,
Toutes ces distractions diverses et variées
Qui vous mettent en joie et vous font exulter.
Parfois on s’arrêtait et l’imagination
Recherchait les chemins de nouveaux horizons
Pour que leurs jeux d’amour apportent plus de joie
A leurs corps désireux de varier leurs ébats.

Durant toute sa vie, Chloé resta fidèle
Aux élans de son corps pour les gentes gazelles.
Une fois cependant, se montrant généreuse,
Elle eut un simple geste et sa main besogneuse
Apporta le bonheur à ce soldat blessé
Près de fermer les yeux pour son éternité.
Raimondo – 2017

Célestin
Elle avait pris en main le vit de son neveu
Le branlant fermement d’un geste vigoureux
Et sous l’heureux effet de l’ardente caresse
Le gland rapidement montra sa hardiesse,
S’enflant soudainement et prêt à exploser
Grace aux soins d’une main qui l’avait excité.

Tante Emma je vous prie, modérez vos élans,
Agréables, il est vrai, mais qui en peu d’instants
Vont vite libérer la sève jaillissante
Mettant un point final à la fête galante.
Laissez-moi préférer ma chère tante aimée
Des gestes langoureux et bien plus tempérés.
Prenons le temps d’aimer, repoussons le moment
Où nos corps trembleront sous l’orgasme brûlant.

Célestin, mon neveu, je loue votre sagesse,
Vos propos sont vraiment d’une extrême justesse,
Et nous allons dès lors avec pondération
Donner à nos élans plus de modération.

Ils se firent bientôt en des gestes câlins
Tous ces petits cadeaux générés par les mains :
Ces tendres chatouillis sur les rotondités
Et ces titillements des intimes beautés.
Célestin tendrement avec tact et adresse
S’immisça dans les plis de deux mignonnes fesses,
Et fit aux mamelons tous les effleurements
Capables d’apporter un grand contentement.
Il ne négligea point ce bouton merveilleux
Caché dans le recoin d’un minou chaleureux,
Et ses doigts curieux allèrent fureter
Dedans l’antre suintant qui s’était embrasé.
Tante Emma prit plaisir en sa paume replète
A couver tendrement les rondes coucougnettes
Et sa bouche empressée fit un joli cadeau
En suçant tendrement ces aimables joyaux.
Longuement ils s’aimèrent en variant à loisir
De tendres positions qui les faisaient frémir,
Et du turlututu de la bergeronnette
On passa à l’envol de la jolie fauvette
Au va et vient furieux du rétiaire romain,
Et au trépignement du gentil baladin.

Jusqu’au moment heureux où tous deux enlacés
Ils furent envahis par la félicité.
Raimondo – 2017

Raimondorama 27

Posted in Oulibouf on février 20th, 2018 by gerard – Be the first to comment

Un léger voile de nostalgie pour ce volet très éclectique des oeuvres du poète de Vincennes. Voici donc quatre petites pièces, deux en prose où notre ami fait sa propre introspection (toujours dans l’humour bien évidemment) et deux en vers. Comme dans l’une cette chère tante Emma n’est pas nommément désignée, je me suis permis de l’inclure ici. Par contre, je parlais de « nostalgie » car vous trouverez en premier le dernier des poèmes de Raimondo concernant « ceux de la Haute ». Ce fut une belle épopée, merci l’ami ! Place à partir du prochain mois à toutes les fredaines de tante Emma !

Les belles aventures du Baron
C’était un petit noble, il n’était que Baron
Mais il était connu dans toute la région
Pour sa belle prestance et son regard charmeur
Qui subjuguait les femmes et retournait leur cœur.
Elles appréciaient en lui son imagination
Son esprit d’entreprise et ses belles façons.

Il avait à quinze ans perdu son pucelage
Avec sa tante Olga, peut-être d’un autre âge,
Mais qui lui inculqua les premiers rudiments
De l’art du bien baiser avec tempérament
En usant de finesse ainsi que de doigté,
Un art qu’il assura avec dextérité.
Après la tante Olga, il connu la Comtesse
Une femme dodue aux opulentes fesses
Entre lesquelles, bien sûr, au cours d’une levrette
Il connu les plaisirs charmants de l’enculette ;
Il vécu des moments de folle exaltation
Caressant tendrement son tout petit bouton
Glissant un doigt curieux dans une intimité
Chaude, toujours avide et prête à s’enflammer.
Avec une Marquise, il tenta divers jeux
L’envol du balbuzard, celui du macareux,
L’intrépide parcours du hussard triomphant
Et la biche aux abois sous le chêne bruissant
Parfois, pour se changer, avec une soubrette,
Il mimait le cricri de la bergeronnette
Et il n’hésitait pas avec la chambrière
A tapoter son cul de façon familière
Ou bien à lutiner avec un tendre soin
Les contours généreux de ses opulents seins.
Mais le plus beau fleuron de toutes ses conquêtes
Celle qui le combla d’une façon parfaite
Ce fut une Duchesse, une veuve enfiévrée
Qui depuis fort longtemps se trouvait esseulée
Manquant de réconfort, dont le gentil minou
Attendait vainement qu’on titille son trou.
Son corps manquait d’amour et le Baron combla
L’absence de plaisir qui la minait parfois.
Ce fut une envolée, une joute guerrière
Que l’on renouvela en diverses manières
La duchesse cria si fort sa volupté
Qu’elle réveilla de nuit la domesticité
Et au petit matin, après quelques repos
Il se renouvela d’autres plaisirs nouveaux.

Et c’est de ce temps là que la belle Duchesse
Vint offrir au Baron son titre de noblesse.
Raimondo – 2016

La peste 

Mes recherches sur le Moyen Age, dont je suis fervent adepte m’ont permis de  retrouver cette anecdote d’antan.
En ce village la peste sévissait et chaque matin un tombereau passait de maison en maison pour emporter les corps des défunts de la nuit.
Ce matin-là, une pauvre veuve  héla l’employé pour qu’il prenne son époux qui venait de rendre l’âme. Mais cette femme habitait au bout du village et en arrivant à sa hauteur la carriole funèbre était déjà pleine à ras bord.
–         Je vous le prendrais demain, assura l’employé, aujourd’hui, la place me manque.
Malheureusement, le lendemain le nombre de morts était tel qu’il ne fut pas possible d’emporter le pauvre homme. Et cela dura plusieurs jours.
Alors, la veuve se fit pressante :
–         Il faut emmener ce corps qui commence à sentir, déclara-t-elle entre deux sanglots.
Le croque-mort manquant toujours de place, se montra accommodant.
–         C’est entendu, je prends le corps de votre mari, et à la place, je vous en laisse un, plus frais…

Sébastien
Mais enfin, Sébastien, qu’avez-vous aujourd’hui ?
Votre vit est bien mou et assez riquiqui ;
Vous, qui à l’ordinaire êtes si chaleureux
Vous êtes en ce jour d’hui pour le moins paresseux ;
Je vous fais cependant de tendres gâteries,
Mes mains ne chôment pas et ma bouche en folie
S’anime éperdument avec grande passion
Afin de provoquer une belle érection ;
Et malgré tout cela votre bite amollie
Ne prédispose pas à d’ardentes folies.
Vous recevant ce jour, j’imaginais déjà
Nos étreintes à venir, nos délirants ébats ;
Je nous voyais alors, suivant nos habitudes,
Atteignant les sommets de la béatitude,
Nous montrant belliqueux, osant d’ardents tournois,
Comme ceux des uhlans ou des bretteurs chinois.
J’imaginais bien sûr, nos trêves passagères
Afin de préparer d’autres joutes guerrières,
Et reprendre un combat toujours aussi vaillant,
Tel les preux chevaliers Olivier et Roland.
Croyez-le Sébastien, j’avais cela en tête
Et je me préparais pour une belle fête ;
Mais je ne trouve ici qu’un sexe bien flaccide
Laissant mon corps sans joie, et mon minou languide.

Sébastien ce jour là n’était guère dispos,
Il venait de quitter la coquine Margot
Une fieffée luronne, une dévergondée
Qui, durant un moment l’avait bien épuisé.
Raimondo – 2017

 

Voici les réflexions d’un psychologue au sujet de Raimondo.
Je ne sais quelle idée m’a traversé l’esprit en me substituant à un praticien et en rédigeant à sa place un rapport médical circonstancié.
En ce moment, le région subit un maussade climat qui limite mes sorties. Confiné dans mon 6e étage et comme il n’y a plus de Tour de France à la Télé, alors j’écris, des conneries certes, mais cela passe le temps.
Ciao. A plus. Raimondo _ 2017

Lettre du Dr X, psychiatre, envoyé à la rédaction de Giga Production.
Je reçois, à la demande de sa famille, un octogénaire assez fantasque qui se fait appeler RAIMONDO dans les colonnes de votre magnifique site.
Ce client que je reçois très régulièrement me parait être un cas très intéressant pour le praticien que je suis. J’ai pris connaissance de ses écrits : les aventures d’Emeline et Adalbert, celles de diverses héroïnes prénommées Viviane qui nous ont transportés dans les temps anciens avec un certain brio, faute d’un brio certain. On y conte les pittoresques aventures d’imaginaires personnages à la vie sexuelle débridée. Hommes ou femmes, rois ou reines, soubrettes, bourgeoises ou nobles dames, toutes et tous semblent destinés à se donner du bon temps, en d’autre termes à copuler allègrement. Outre ces aventures picaresques, Raimondo s’est lancé dans la poésie érotique : des vers de mirliton déroulent en alexandrins les chauds moments de la vie sexuelle des uns et des autres.
Le cas de ce client, ne me laisse aucun espoir, vu son grand âge, d’envisager une quelconque guérison, j’entends par là, le souci de faire de lui un écrivain policé, capable de narrer de belles histoires qui feraient rêver l’adolescente boutonneuse, la ménagère de cinquante ans voire la femme du troisième âge nostalgique de ses aventures passées. Impossible de lui voir rédiger en alexandrins ou en octosyllabes des poésies d’une autre envolée lyrique, rappelant les fiers poètes de notre belle littérature.
Toutefois, je ne peux m’empêcher de le faire remarquer, je dois avouer qu’il m’est souvent arrivé de sourire en prenant connaissance des folles aventures de nos lubriques comtesses ou des baronnes voluptueuses. Je ne veux pas non plus oublier la très coquine Tante Emma, dépuceleuse de neveux, consolatrice des affligés du sexe, rénovatrice du kamasoutra, qui devrait faire date dans l’évolution de la sexologie. Cela me permet de reconnaitre que ce Raimondo, apporte, et à la science et à la littérature, le souffle nouveau qui leur faisait encore défaut dans ce 21e siècle dont la rénovation ne semble pas inutile.
Monsieur le rédacteur en chef de Gigaproduction, je soumets à votre diligente attention l’avis que je porte sur cet écrivain. Raimondo nous abreuve de quelques drôleries qui ne sont pas inutiles en cette morose période que traverse notre pays ; aussi, vous conseillé-je de ne point vous départir de ce fantasque mais génial écrivaillon. Je pense même qu’il ne faut pas hésiter à divulguer intensément ses écrits afin, comme on le dit parfois, que nul n’ignore.
Docteur X
Psychiatre.

Je suis absolument d’accord ! Et je conclurais finement (Gérard):

Viviane 24

Posted in Oulibouf on février 10th, 2018 by gerard – Be the first to comment

Chapitre 4 : Paris 

Quelques années ont passé.

Viviane a atteint  la trentaine. La maturité a effacé ses traits juvéniles pour faire place à une  jolie femme que le temps a façonnée et embellie. Semblable à ces femmes de la Bible, la Salomé d’autrefois, s’est transformée en une Judith remplie   d’expérience et ce qui ne gâte rien, pleine d’attraits. Elle ne manque  pas de courtisans et répond très volontiers aux avances que sa beauté suscite.

Précisément, ce soir, dans les bras de Mattéo, son actuel amant, elle vit une passion  délicieuse  au cours de laquelle elle n’hésite pas à user d’une nouvelle caresse qui s’est répandue depuis la venue  en France de mercenaires espagnols. Viviane offre sa splendide poitrine et accueille en son sillon mammaire un sexe qui sollicite sa dose de caresse. Mattéo est jeune, plein de vie, plein d’envies. Faire l’amour avec lui, apporte à Viviane le savoureux frisson que son corps réclame sans cesse. C’est un artiste peintre en devenir ; ce florentin est  de passage à Paris avant  de rejoindre, pour parfaire son apprentissage, les ateliers flamands, dont la renommée est parvenue jusqu’en Toscane où il est né.

Viviane l’a  rencontré à Paris au cours des fêtes somptueuses données lors de la naissance du dauphin Louis, en ce mois de septembre 1601. Après l’époque troublée des luttes religieuses, Henri IV à ramené la paix et la concorde dans le royaume. Il s’est converti au catholicisme, il a octroyé l’Edit de Nantes aux protestants, on peut donc désormais songer en toute quiétude à « la poule au pot », excellente gâterie dominicale instituée par le Roi.

Marie d’Elbeuf ayant quitté son château d’Anet, Viviane ne se trouvant  plus utile en ces lieux,  décida de poursuivre sa vie dans la capitale. Après des débuts difficiles, au cours desquels elle vécut de petits métiers tout justes suffisants pour lui permettre de vivre chichement, le destin l’a conduite vers le quartier de l’Arsenal où réside le grand argentier du royaume, Sully, croisé a Anet après la bataille d’Ivry. Elle songe donc à solliciter son aide pour obtenir une audience auprès du roi. Sully l’a reconnue ; par principe, il se méfie toujours des anciennes maitresses de son maitre qui sollicitent quelques faveurs, en souvenir, voire en paiement des moments intimes qu’elles ont offerts à leur souverain. Mais aujourd’hui il  se laisse toucher par Viviane, encore plus belle qu’autrefois, du temps où elle  soigna  avec succès le brave Rambures, sauveur du roi à la bataille d’Ivry.

Sully a fait part au souverain de cette visite. Henri, se souvenant de cette gentille femme, docile, à laquelle il avait appris quelques jolies figures de l’Arétin et qui, se souvenait-il savait utiliser sa bouche avec maestria, demanda à son ami Sully de bien vouloir octroyer à Viviane une petit pension, en récompense de services rendus au royaume. L’expression fit rire le roi, mais Sully soucieux des deniers dont il avait la garde, ne partagea pas cette hilarité. Il s’exécuta néanmoins rendant la vie de Viviane plus sereine.

Ce soir, avec Mattéo, après de nombreux intermèdes amoureux, dans un moment de quiétude, elle réfléchit à la proposition que ce dernier lui a faite : l’accompagner dans son périple auprès des peintres flamands. Elle est assez favorable à ce genre de suggestion, encore que… La nuit portant conseil, et suivant son habitude elle se retourne pour dormir sur le ventre ; cette position laissant apercevoir la troublante courbure de ses reins et deux voluptueuses fesses rondes qui donnent  à Mattéo quelques libidineuses pensées.

  • — Cara mia, ton joli pétit cul, il est magnifico !… Jé peux ?
  • — Non
  • — Uné fois, jé t’en prie.
  • — Non et non, profère Viviane d’une voix ferme.

En amour, aucune caresse ne lui déplait, aucun geste  ne la rebute, sauf, celle que Mattéo désire en cet instant et qui reste l’apanage des professionnelles ou des bourgeoises qui veulent éviter une maternité lorsqu’elles s’offrent à un amant.

  • — Tou sais, cara mia, à Firenze, la signora Rénata….
  • — Tu me l’a déjà, mais ici, on est à Paris et je ne suis pas  » la signora Rénata ». Je suis ravie que mes fesses te plaisent ; j’aime quand tu les caresses, lorsque tu les couvres de tes baisers empressés, mais ne m’en demande pas plus et ne t’avise surtout pas à laisser trainer, ne serait-ce qu’un doigt, vers cet antre que « la signora Rénata » offre à tout venant.

Devant cette fin de non recevoir, Mattéo devra se contenter de lover contre ces douces et attirantes rondeurs, un sexe quémandeur. Par de doux mouvements de son corps, Viviane l’aidera à faire naitre l’exaltation qu’il recherche avant de sombrer dans un sommeil réparateur, après ces longues heures de jeux amoureux.

Quelques jours plus tard, alors que nos deux tourtereaux se préparaient à gagner la  Flandre, Viviane se rendit compte qu’elle était enceinte. Lorsqu’elle vivait auprès de Jacquotte, celle-ci lui fournissait des plantes pouvant mettre fin à une grossesse non désirée ; mais aujourd’hui elle est seule, son amie ayant quitté depuis quelques années déjà le monde des vivants.

A n’en pas douter, Mattéo est le père de cet enfant.

Tous deux s’étaient rencontrés, par hasard, sur le chantier qui faisait alors la curiosité des parisiens : l’édification d’un pont de pierre, qu’on appelait déjà le Pont Neuf, à l’extrémité de l’ile de la cité. Mis en œuvre à l’initiative du roi Henri III, les travaux avaient cessés durant la période des guerres de religion mais dès son entrée dans la capitale, Henri IV avait remis ce projet à l’ordre du jour.

Viviane avait remarqué ce beau garçon, venu se rendre compte de l’avancée des travaux et qui lui avait fait compliments sur sa beauté, sur l’éclat de son sourire, sur la blondeur de ses cheveux, sur son élégance ;  bref, il la dragua avec le savoir faire de ces éternels conquérants d’au-delà les Alpes. Les jours suivants, ils se retrouvèrent à plusieurs reprises, Mattéo se faisant de plus en plus empressé ; comme tous ces florentins il parlait avec ses mains qui, de policées devinrent entreprenantes, et une nuit ils firent plus ample connaissance sur un lit douillet. Ils échangèrent les caresses les plus tendres, les plus folles ; ils ne se quittèrent plus, évoquant même un avenir commun.

L’honnêteté de Viviane, lui faisait obligation d’annoncer à Mattéo, sa paternité, ne serait-ce que pour l’en informer. Il ne chercha à se disculper, comme auraient tendance  à le faire certains jolis-cœur, mais quelques jours plus tard, il disparut. Un gamin apporta à Viviane une missive succincte :

 » Tu aurais dû faire comme la Signora Renata… »

Cette boutade provoqua chez Viviane, un léger sourire, tout aussitôt suivi d’un rictus de tristesse. Elle avait perdu un compagnon avec lequel elle aurait aimé parcourir un bout de chemin. Sa maternité devait la rendre plus sage : elle s’abstint désormais  de tout contact avec les hommes  et lorsque ses sens la tracassaient par trop, elle s’en arrangeait comme savent si bien le faire en pareille situation tous les êtres humains quel que soit leur sexe.

Mattéo resta quelques années à Anvers dans l’atelier florissant de Brueghel le Jeune, dont les thèmes picturaux étaient à l’époque très demandés par une riche bourgeoisie commerçante. Il batifola quelque peu avec Maria, la sœur du peintre, une grassouillette flamande ayant sans doute des idées plus larges que Viviane en matière de caresses amoureuses. Cependant, Florence venant à lui manquer il déserta après quelques années les brumes du nord pour retrouver la douceur du climat toscan. L’Histoire n’a point retenu s’il y retrouva la Signora Renata…

***

Au printemps de l’année 1602, devant la porte du couvent de l’abbaye St Pierre de Montmartre, on  découvrit un couffin d’osier dans lequel sommeillait un joli poupon de quelques semaines, sous les langes duquel on trouva une lettre, qui devait sans doute donner quelques explications sur la provenance de cet enfançon. La sœur tourière prévint l’abbesse Marie-Catherine de Beauvilliers qui, dans l’immédiat mit à l’abri cet enfançon, le confiant au soin des religieuses du couvent.

L’Abbesse prit connaissance de la lettre, et dès les première lignes fut frappée par la teneur du message qu’elle contenait :

« Madame, tout comme vous, j’ai été la maitresse de notre Roi Henri, du temps où il guerroyait pour conquérir Paris… »

Ce début évoqua chez la nonne, quelques souvenirs intimes, que son esprit ne parvenait pas à oublier. A l’époque, elle n’avait pas 20 ans, et assurait son noviciat, ayant dû suivre l’injonction familiale qui la destinait à l’état monacal, alors que son jeune corps réclamait assurément d’autres conditions de vie. Le fringant Henri, qui avait établi son quartier général en l’abbaye de Montmartre, n’eut aucune difficulté à prendre dans ses filets cette jolie religieuse, qui découvrait soudain, d’autres joies de l’existence.

Malheureusement pour elle, le volage amant pris par d’autres projets s’éloigna. En remerciement cependant,  c’est là une des ses remarquables façon de se comporter avec une certaine élégance, il souhaita et obtint que cette religieuse, née de noble famille prenne, malgré son jeune âge, la direction de ce couvent et en devint donc l’Abbesse.

 » Je confie à vos soins cet enfant de l’amour, qui n’est pas l’œuvre de notre Roi, mais celui d’un peintre qui a fait vibrer mon cœur et mes sens, durant de merveilleuses semaines. Je vais me fondre désormais dans quelque couvent hospitalier de ma province natale, où je veux me rendre utile aux malades, afin d’expier mes fautes.

Madame, nous avons vécu des circonstances semblables auprès d’un grand monarque, perpétuel amoureux des femmes, de toutes les femmes. Ces imprévus de la vie ne peuvent que nous rapprocher et je reste persuadée  que cela vous incitera à prendre soin de celle qui porte mon prénom : VIVIANE ».

Marie-Catherine de Beauvilliers fut touchée par le contenu de cette lettre et durant de longues minutes resta immobile, l’esprit embrumé de souvenirs. Elle songeait à l’avenir de cet enfant que le destin lui avait confié, sans trop savoir quelle initiative prendre. Dans l’immédiat cependant, elle désira voir ce bébé tombé du ciel, en un lieu où d’ordinaire la présence des enfants n’est pas envisagée.

Sœur Marie-Christine, qui avait autrefois été maman avant de d’endosser la bure monacale  s’était occupée de la petite Viviane.  L’Abbesse découvrit une gracieuse fillette repue par le  biberon qui lui avait été donné, entourée de langes propres, souriant aux anges.

  • — Elle est belle, n’est-ce pas ma Mère, constatèrent quelques nonnes que la curiosité appelait pour découvrir cette nouvelle pensionnaire.

L’Abbesse se contenta de sourire, sans laisser paraitre sur son visage le moindre objet de ses intimes pensées. Peut-être regrettait-elle à cet instant  de n’avoir jamais à connaitre les joies de la maternité. Sœur Marie-Christine profita de sa présence, pour lui  remettre un petit cadre en bois de conception très rudimentaire qu’on avait trouvé dans le fond du berceau.

L’Abbesse, put lire, gravé dans le bois :

« VIVIANE 1602 »

Et en dessous :

« Mattéo ROSSELLI ».

Raimondo – 2018 (à suivre)

 

Raimondorama 26

Posted in Oulibouf on janvier 20th, 2018 by gerard – Be the first to comment

Retrouvez une fois de plus, pour votre plus grand plaisir, les frasques de notre vaillante Tante Emma. Merci Raimondo !

Anniversaire

Tante Emma ce jour-là était toute pimpante,
Elle avait revêtu une robe amarante
Dont le décolleté laissait apercevoir
Les rondeurs potelées de ses deux seins en poire.
Comme elle était jolie, malgré ses cinquante ans
Qu’on fêtait ce jour d’hui, en buvant et chantant ;
Elle ne vieillissait pas, malgré le temps qui passe,
Les années sur sa peau n’avaient pas laissé trace,
Son beau corps ravissant, qui restait élancé
Et ne se fanait point en dépit des années,
Excitait les envies de toutes les femelles
Crevant de jalousie tant elle restait belle.
Mais les mâles présents ouvraient très grands les yeux
Constant la beauté qu’ils avaient devant eux.
D’aucuns se souvenaient de ces heureux moments
Où dans l’intimité, elle offrait galamment
Les splendides appâts de son corps délectable
Aux baisers passionnés des bouches insatiables,
Des cousins, des neveux des amis chavirés
A la vue des rondeurs d’un séduisant fessier.
Elle aussi, Tante Emma revit en souvenir
Les gestes délicieux qui l’avaient fait frémir :
Le vol du cormoran de l’obligent Léon
Titillant à loisir son intime bouton
Et le turlututu du tendre Saturnin
Qui parcourait son corps des ses très douces mains.
Elle se remémora ce soir de frénésie
Où l’on imagina d’autres douces folies :
On était à plusieurs et chacun s’efforça
D’apporter de l’allure à ce troublant sabbat,
Sans plus de retenue, sans y mettre de frein,
Et cela perdura jusqu’au petit matin.

Pendant qu’Emma pensait au glorieux passé
Elle aperçut alors parmi les invités
Un vieil oncle impotent avec qui autrefois
Elle avait copulé de très nombreuses fois ;
Assis dans un recoin, il était solitaire,
Il rêvait lui aussi aux ébats de naguère
Avec la belle Emma, jeune fille empressée
Qui lui avait offert sa chaude intimité.
Et c’est en se penchant vers cet octogénaire
Qu’elle laissa entrevoir ses deux globes mammaires ;
L’homme les regarda, un instant fasciné,
Et de sa main tremblante, il put les caresser,
Car Emma en ce jour, permit à ce vieillard,
Une dernière fois, de se montrer paillard.
Raimondo – 2016

Triplette

Ils étaient tous les trois ; il y avait Léon
Que Tante Emma suçait avec application,
Et pour finir Gertrude, cette nièce aux yeux bleus
Qui donc avait pris place en ce jeu délicieux.
Cela s’était produit, de façon spontanée,
Sans trop y réfléchir, sans y avoir pensé,
Tout naturellement, sans chercher de raison.
Réunis ce jour là dans le petit salon
Tous les trois devisaient, de la pluie, du beau temps,
Sirotant calmement des rafraichissements.
Tante Emma tout à coup, allez savoir pourquoi,
Dégrafa le bustier de sa robe de soie
Qui la serrait sans doute un peu trop fortement,
Et laissa entrevoir assez discrètement
Les très belles rondeurs de ses seins généreux.
Léon, il faut le dire, n’en croyait pas ses yeux
Jamais il n’avait vu ces splendides beautés
Dont on apercevait ici les contours peu cachés.
Il ne put résister à déposer sa main
Sur cette blanche chair qu’il entrevit soudain ;
Longuement il palpa l’agréable prestance
De ces rondeurs offertes à sa concupiscence
Et lorsqu’il rencontra un téton érigé
De ses doigts chaleureux il vint le titiller.
Lors, ce fut le début d’un sensuel assaut
Ou chacun à l’amour apporta son écot,
Et c’est ainsi qu’Emma avait de son neveu
Engloutit en sa bouche son sexe impétueux ;
Gertrude en profita, et de sa main replète
Caressa galamment les pendantes roupettes,
Et quant au beau Léon, ses doigts aventureux
Glissaient dans la moiteur de très intimes creux.

Bien sûr on rechercha d’autres jolies façons
D’apporter à autrui de belles sensations,
Et chacun à ces jeux découvrit le bonheur
De donner du plaisir en étant à plusieurs.
On profita bien sûr de l’opportunité
Pour s’adonner au jeu de la flûte enchanté
Ainsi qu’aux facéties du triangle magique,
Position que l’on sait assez acrobatique.
Cela était nouveau pour le jeune Léon,
Mais il en retira maintes satisfactions.
Et sut se comporter en pugnace héros
En tenant bien sa place au sein de ce trio.
Gertrude la première cria sa volupté
Suivie de Tante Emma toute tourneboulée
Quand elle sentit jaillir en sa bouche accueillante
Les jets voluptueux d’une sève brûlante.
Ce fut beau, ce fut bon, cela fut merveilleux
Et l’on recommença par la suite ce jeu
Que Tante Emma apprit à toute la lignée
De ses gentils neveux heureux et enchantés
De découvrir alors un divertissement
Qu’ils léguèrent, bien sûr, à tous leurs descendants.
Raimondo – 2016

Armand

Elle avait pris en bouche le sexe turgescent,
Fièrement redressé de son neveu Armand.
Les effets d’une main au branle savoureux
Avait fait des merveilles sur une bite en feu,
Que Tante Emma ravie suçait avec ardeur
Attendant la venue d’une exquise liqueur.
Alors que Tante Emma suçait le jeune Armand
Celui-ci de ses doigts caressait tendrement
Des seins majestueux aux tétons érigés
Frémissant sous l’effet d’une main passionnée.
Tante Emma appréciait ces doux effleurements
Qui généraient chez elle un frisson bienfaisant,
Et Armand passionné flattait avec chaleur
Ces joyaux de l’amour objets de sa ferveur.
Il arriva enfin ce moment merveilleux
Ou la bouche reçut un philtre liquoreux,
Prélude à des ébats et bien d’autres folies
Que l’on multiplia longuement à l’envi.
On se fit les plaisirs de la bouche en fureur
Le magique galop du petit ramoneur
Et les doigts baladeurs s’en allant rechercher
Un intime recoin qu’on puisse bichonner.
Tante Emma murmura les mots que toute femme
Exprime quand son corps soudainement s’enflamme,
Quand l’amant lui apporte et la sérénité
Et le calme qui nait après la volupté.

Tante Emma reposait tous ses sens assouvis
Mais elle songeait déjà à d’autres griseries
Que l’un de ses neveux lui offrirait demain
Et qu’elle accueillerait avec beaucoup d’entrain.
Raimondo – 2016

La fellation

Elle suçait. Elle avait en bouche une quéquette
Et ses doigts tripotaient de splendides roupettes.
Heureux jour ! Tante Emma se donnait du bon temps
Avec un sien neveu encor adolescent.
Elle suçait. Elle faisait aussi virevolter
Une langue gourmande autour du gland dressé ;
Elle voulait apporter au sexe jeune encor
Un plaisir tout nouveau pour éveiller son corps
Et lui faire découvrir un spasme méconnu.
Elle suçait. Et sa langue autour du vit en rut
Produisait chez l’amant d’étranges sensations
Qui faisaient naitre en lui comme une convulsion.
Alors ses douces mains se mirent à caresser
Les voluptueux seins qui étaient à portée
Afin de les combler par des attouchements,
Source de jouissance et de ravissement.
Elle suçait. Elle suçait toujours. Et tout à coup
Se produisit alors un effet des plus fous :
Le pénis enflammé éjecta une offrande
Que Tante Emma reçut dans sa bouche gourmande
Ravie de recevoir le cadeau merveilleux
Offert par les transports de son jeune neveu.
Et quant à celui-ci, il avait découvert
Le charme inattendu d’un geste similaire.

Un jour il apprendra, qu’à son tour il pourrait
Sur un petit bouton plein de charme et d’attrait
Agir pareillement pour donner du bonheur
En s’aidant au besoin d’un petit doigt frondeur.
Et comme le poète alors on écrira :
Il suçait. Sa langue folâtrait sur Emma…
Raimondo – 2016
P.S. A tout lecteur qui trouverait dans cet écrit une quelconque ressemblance avec« l’Expiation » de Victor Hugo, Raimondo admet qu’on peut faire certains rapprochements dans la métrique, mais on n’égale pas, et de loin, le talent hugolien.

Nicolas

Tante Emma adorait souvent varier les jeux
Et faisait aujourd’hui un joyeux tête-à-queue.
Nicolas ne rechignait pas à la pratique
Offrant avec plaisir une splendide trique
Qu’une bouche suçait avec avidité.
Le neveu détendu se laissait caresser
Tout en faisant aller une langue mutine
Sur le bel abricot de sa jolie tantine.
Les choses allaient ainsi depuis de longs moments
Et chacun appréciait ces délicieux instants,
Que l’on faisait durer afin de mieux goûter
Les effets bienheureux d’une pose appréciée.
On variait le tempo, et du modérato on passait au largo,
Puis du rinforzando au legatissimo.
Et soudain Nicolas, allez savoir pourquoi,
Mordit avec vigueur le cul de Tante Emma ;
Il faut bien l’avouer cette façon de faire
N’était à ce moment pas du tout exemplaire.
Tante Emma étonnée par cette impertinence
Qui n’avait pas lieu d’être en pareille occurrence,
Cessa ses gâteries, tança le délinquant,
Pour l’incongruité du geste malséant :
Nicolas, mon neveu, dit-elle courroucée
On ne mord pas un cul lorsqu’on se fait sucer
Il vous faut en amour respecter les usages,
Et non vous comporter d’une façon sauvage
Ainsi que vous le fîtes en mordant un fessier
Qu’il conviendrait plutôt de devoir caresser.
Cher neveu, vous avez par ce comportement
Rompu le charme exquis de notre jeu galant
Qui devait nous mener à la béatitude
D’une belle façon, variant nos habitudes.
Nicolas tout penaud ne sut que répliquer

Pour calmer la fureur d’une amante offusquée.
Alors, sans hésiter il se montra câlin
Caressant le minou d’une lascive main ;
Puis sa bouche trouva le bouton du plaisir
Qu’elle suça longuement pour le faire frémir
Et Tante Emma bientôt cria sa volupté
Tressaillant de délice et de félicité.
Raimondo – 2016

Olivier

Très chère Tante Emma, s’exclama Olivier
Votre cul généreux très fort me fait bander ;
S’il ne tenait qu’à moi, levant votre jupon,
J’aimerais caresser ce merveilleux fleuron,
Poser sur ces rondeurs une bouche brûlante
Et même le flatter de gâteries ardentes.
*
Voyons mon cher neveu vous avez des propos
Qui ne sont pas de mise, vous êtes encor jeunot
Pour pouvoir accéder à ces jeux libertins,
Attendez quelque peu, vous êtes trop gamin.
*
Je suis jeune, il est vrai mais plein de hardiesse
Et je suis prêt à tout pour montrer mes prouesses ;
J’ai déjà quelquefois laissé trainer mes mains
Sur la belle Sophie au gracieux popotin
Et mes doigts très souvent se sont aventurés
Vers les sombres recoins de la grosse Daphné.
*
Alors mon cher neveu, allez vers ces drôlesses
Dont le cul en son temps attira vos caresses
Mais attendez un peu pour cajoler le mien
Que passent les années, et les choses iront bien.
*
Mais enfin Tante Emma pourquoi agir ainsi,
Me reprocher d’avoir lutiné la Sophie,
Cela est bien patent, votre cul et le sien
N’ont rien de comparables, et vous le savez bien :
Le vôtre est magnifique, aux gracieuses rondeurs,
Il attire les yeux, il fait battre les cœurs,
Il est beau, généreux, il a tout pour séduire,

Il fait parti des culs qui vous puissent éblouir ;
Aucun autre il est vrai ne lui est ressemblant
Et il reste pour moi le seul enthousiasmant.
Permettez, je vous prie, à votre adorateur
De vivre auprès de vous un instant de bonheur
Et soyez favorable aux sollicitations
D’un amoureux transi quêtant votre caution.
*
Vous me voyez flattée, votre fougue me plait
Vous avez et le mot et le verbe parfait
Qui plaisent à toute femme lorsque l’on s’ébaubit
Sur les charmes secrets de son anatomie ;
J’ai, mon très cher neveu, rarement entendu
D’aussi jolies paroles au sujet de mon cul.
*
Et c’est ainsi qu’Emma, tantine au cœur troublé,
Par son jeune neveu se fit sodomiser.
Raimondo – 2016

*

Raimondorama 28

Posted in Oulibouf on décembre 20th, 2017 by gerard – Be the first to comment

Renouons pour trois poèmes avec ceux de la « Haute », grâce à Raimondo !Histoire du Baron frivole
Il y a bien longtemps, se plaignait la Baronne,
Que vous ne m’avez point chatouillé la friponne ;
Vous le savez pourtant j’adore vos façons
De faire trique minette et titiller mon con.
Serait-il cher époux, par trop vous demander
D’user de votre bite avec assiduité,
Combler tous les désirs d’un corps impétueux
Qui manque trop souvent de vos soins amoureux.
Ainsi, cette Baronne, s’adressant à l’époux,
Souhaitait qu’il envahisse enfin son petit trou
Car depuis de longs jours, cet homme indifférant
Ne lui avait montré le moindre empressement.
Lui qui auparavant, de façon incessante
Promenait sur sa peau une main caressante,
Lui, dont les doigts curieux savaient batifoler
Dans les tendres recoins de son intimité,
Il était devenu, hélas bien négligent
Et sa femme en souffrait alors énormément.

Aux récriminations d’épouse délaissée
Le mari se montra plutôt embarrassé :
Il argua les soucis, osa des arguments
Qui n’étaient pas en fait cause de ses tourments.

Il faut le dire ici, ce frivole Baron
Cocufiait sa Baronne avec une Suzon
Une jolie bergère, au beau cul bien râblé,
Aux seins volumineux, qui l’avait subjugué,
Et depuis quelques temps avec cette coquine
Il jouait fréquemment à branle-moi la pine.
Sous un orme feuillu, à l’abri des regards
Le Baron s’y faisait souvent sucer le dard,
Caresser les roustons, balloter la zézette,
Chevaucher au galop au cours d’une levrette.
Et comme la Suzon en réclamait toujours
A faire des folies on passait tout le jour.
C’est pourquoi le Baron étant exténué
Négligeait son épouse à l’heure du coucher.

Alors elle décida en ces temps de disette
De calmer ses chaleurs avec une branlette,
Mais vite rejeta ce moyen trop factice
Lui préférant plutôt la bite bienfaitrice
Dont le lent va et vient dans son petit minou
Savait la contenter et lui faire un bien fou.
Comme son jardinier était joli garçon
Elle se donna à lui sans faire de façon ;
Il n’était certes pas de souche nobiliaire
Mais avait en amour un joli savoir faire
Qu’admira sans détours madame la Baronne
Devenue avec lui une fieffée luronne.
Ils tentèrent tous deux moult jeux enchanteurs
Comme la mise en bouche, le cricri ravageur,
Le doigt impétueux, l’envol de l’étourneau
Et le franchissement du col de Roncevaux.
Par la suite elle trouva auprès du majordome
Avec lequel parfois elle croquait la pomme
De belles nouveautés pratiquées en souplesse
Sur les rondeurs dodues de ses mignonnes fesses.

Les choses allèrent ainsi, chacun mena sa vie,
Chacun put se complaire au gré de ses envies,
Mais lorsque la Suzon disparut un matin,
Que le pauvre Baron se trouva seul soudain,
La Baronne à son tour se détourna de lui,
Se refusant alors à le prendre en son lit.

Aux récriminations d’un époux délaissé
La femme répliqua de façon éhontée,
Elle argua des soucis, osa des arguments
Qui n’étaient pas en fait cause de ses tourments.
Raimondo – 2016

Le cul de la Grande DuchesseLe Comte était ainsi, il raffolait des culs
Et sa douce Comtesse en était bien pourvue
Avec un gros cul rond dont les fesses exquises
Constituaient pour lui objet de convoitise.
Au cours de la journée, il arrivait souvent
Qu’il tapote des mains ce délicieux séant
Et même quelquefois, soulevant les atours
Ses doigts sur sa peau nue faisaient quelques détours.
La Comtesse appréciait ces tendres privautés
Qui déclenchaient parfois un brin de volupté
Lorsqu’un doigt insistant s’immisçait tout à coup
Dans l’intime chaleur de quelque petit trou.
Oui, mais au fil des temps, le Comte s’aperçut
Qu’autour de lui, des femmes avaient aussi un cul
Dont il souhaitait pouvoir éprouver la souplesse
Par des attouchements ainsi que des caresses
Un soir de carnaval il osa affronter
D’une Grande Duchesse le généreux fessier
Mais le geste déplut et dès le lendemain
Le Grand Duc courroucé envoya ses témoins
Les armes s’exprimèrent et au bois de Meudon
On ferrailla alors pour laver cet affront.

Au cours de ce combat, le Grand Duc fut blessé ;
Il s’avoua vaincu, il en fut mortifié,
Et son épouse alors offrit à son vainqueur
De son généreux cul la sublime douceur.
Raimondo – 2016

La chevauchée du ChevalierOn était en été et la jolie Toinon
Dans les prés du château surveillait ses moutons
Cette accorte bergère avait de grands yeux bleus
Et en divers endroits des appâts plantureux
Faisant la grande joie des petits galopins
Qui subrepticement la regardaient de loin.

Vint à passer par là un pimpant Chevalier
Le fils du Comte Hector Adalbert de Villiers.
Le fringant gentilhomme en voyant la Toinon
Sentit monter en lui un étrange frisson
Et sous sa cote en lin son sexe se raidit
Découvrant les trésors qu’alors il entrevit.
Ma douce lui dit-il, je voudrais un instant
Poser ma bouche en feu sur ces beaux agréments
Et laisser divaguer mes fureteuses mains
Sur les belles rondeurs de vos merveilleux seins.
Monsieur dit la bergère je suis honnête fille
Et vous me dites là des paroles gentilles
Qu’il me faut repousser car pucelle très sage
Je tiens à le rester jusqu’à mon mariage.

Déçu, le Chevalier poursuivit son chemin,
Car en homme d’honneur, ne voulait surtout point,
Se montrer un soudard, un rustre malveillant
Violant une donzelle, comme un vil chenapan.

A quelque temps de là, repassant en ces lieux
Il revit de nouveau la bergère aux yeux bleus
Cette jolie Toinon qui avait bien changé
Puisqu’au jour d’aujourd’hui, elle était mariée.
Il n’était plus question d’être fille très sage
D’avoir à préserver un précieux pucelage,
Et se donna alors avec très grande joie
A ce beau Chevalier aperçu autrefois.
Elle offrit son corps nu, son buste plantureux
Son fessier rebondi au charme sulfureux
Ainsi que son minou à la toison velue.
Ils vécurent tous deux à l’ombre des feuillus
Des galops licencieux, des courses endiablées
Qui les menèrent ainsi à la félicité.
Et quand le Chevalier modérait la cadence
D’une bouche goulue, Toinon faisait bombance
Et redonnait au vit la vigueur nécessaire
Pour prolonger encor, une très tendre guerre.

Ces amours défendues ne durèrent qu’un temps,
Toinon se trouva grosse au cours des mois suivants
Et le fier Chevalier s’éloigna pour chercher
D’autres jolies bergères, d’autres sublimes fées
Des Mahaut, Isabelle, Sidonie ou Iseut
Aux appâts opulents et aux jolis yeux bleus.
Raimondo – 2016

 

Viviane 23

Posted in Oulibouf on décembre 10th, 2017 by gerard – Be the first to comment

Chapitre 3 : Anet

 Charles de Rambures repose, après la délicieuse galanterie que Viviane lui a offerte. Comme tous les amants, il somnole, les sens apaisés. A la porte de la chambre Albin, le majordome,  frappe toujours, discrètement et Viviane se décide  à l’introduire afin de se renseigner sur le mystérieux cavalier qui demande à être reçu par le maitre de séant.  C’est à ce moment qu’elle se rend compte de sa nudité. A peine couvre-t-elle ses seins avec ses bras croisés sur son buste ; il est vrai qu’à l’époque, la pudeur n’avait rien d’aussi rigoureux que dans les siècles suivants. Quand au majordome, en serviteur stylé, il fait celui qui n’a rien remarqué, même s’il a tout vu.

  • Dites-moi, cet inconnu serait-il un militaire chargé d’apporter quelque message du Roi ?
  • Que nenni, Madame Viviane, c’est un manant, un grand homme aux cheveux roux qui monte un gros percheron au pelage clair.

Cette sommaire description alerte aussitôt Viviane. Elle subodore la venue inopinée de son mari et cela ne lui dit rien qui vaille.

  • Laissez attendre ce visiteur et ne faites surtout pas baisser le pont levis avant d’en recevoir l’ordre du Comte.

Viviane s’en revient auprès de Charles et avec douceur, le tire de son sommeil. Il lui sourit, prêt à reprendre le délicieux combat amoureux ; ses mains déjà s’égarent sur les délicieux tétons qu’il titille avec ferveur. Mais Viviane met vite fin à ces caresses pour l’entretenir du visiteur, qu’il avait d’ailleurs complètement banni de son esprit pour ne retenir que les belles images des délicieux moments qu’il vient de vivre.

  • Charles, je t’en prie, sois sérieux ; je crains que le visiteur qui demande à te voir ne soit mon mari.
  • Comment cela se pourrait-il, puisque tu ne l’as pas averti de ta venue ici.
  • Bien sûr, mais Jacquotte était au courant.
  • Donc elle le lui a dit.
  • C’est impossible ; je connais ma Jacquotte, elle sait garder un secret. Je crains cependant qu’il n’ait usé de la force pour la faire parler.
  • Et bien je vais recevoir cet individu et si, comme tu le crains il s’agit de ton mari, je me charge de lui faire dire ce qui s’est réellement passé.

Charles de Rambures donne ordre de relever le pont levis et laisse entrer le visiteur qu’il va recevoir dans la salle des gardes, où se tiennent quelques écuyers  chargés de la sécurité du manoir.  Abel Lerouge, car c’est bien lui, usant d’un ton arrogant, annonce sans ambages l’objet de sa venue.

  • Je suis venu chercher mon épouse qui d’après mes renseignements se trouve ici.
  • Et qui tenez-vous ces renseignements ?
  • D’une folle sorcière qui a cru me berner, mais que j’ai réussi à faire parler, pour tout vous dire.
  • Je vois, répond laconiquement Rambures, je vois…

C’est bien ce que craignait Viviane, Lerouge a fait usage de la force pour faire parler Jacquotte. Dans l’immédiat, en entendant de prendre une décision, Charles de Rambures offre à Lerouge asile dans les oubliettes du sous sol, emmené manu militari par les gardes,  malgré ses hurlements de colère.

  • Tu vois Lerouge, moi aussi je sais user de la force !

Apprenant cette nouvelle et craignant qu’il ne soit arrivé quelque chose de grave à son amie Jacquotte, Viviane décide de partir sur le champ pour Anet, malgré l’heure tardive.  Charles tente de l’en dissuader ; en cette période de guerre, les chemins ne sont pas sûrs et il craint qu’elle ne  fasse en cours de route quelque mauvaise rencontre. Il éprouve pour cette femme, et c’est bien la première fois qu’un tel sentiment s’éveille en lui,  un intérêt certain qui le pousse à veiller à son bien-être. Jusqu’ici les femmes n’ont été pour lui qu’un heureux moyen de libérer ses pulsions, mais il doit reconnaitre qu’avec Viviane, outre le plaisir procuré par une brûlante intimité, s’ajoute quelque chose de plus profond. Finalement, il décide de l’accompagner jusqu’à Anet, avec une escorte de cavaliers, avant que de rejoindre l’armée royale qui doit pour l’heure cantonner autour de  la capitale.

Quelques jours plus tard, la petite troupe se retrouve à Anet. Viviane s’est révélé durant le voyage une excellente cavalière ; très tôt son père l’a initié à l’équitation et la longue chevauchée de Rambures à Anet n’a rien pour la rebuter, d’autant qu’elle a hâte de retrouver son amie pour laquelle elle se fait du souci. Il a cependant fallu faire quelques étapes, au cours desquelles, Charles et Viviane ont vécu quelques intimes moments dans les diverses auberges croisées en chemin.

Ils ne savent pas qu’à l’ avenir, ils n’auront plus jamais l’occasion de se revoir et que leur belle amourette n’était pas destinée à durer.

***

  • Viviane, ma belle, tu es revenue.
  • Tu ne crois tout de même pas que j’allais te laisser seule après avoir appris que Lerouge avait usé de violence envers toi.
  • Surtout envers mon chien, mon fidèle compagnon.

Et devant l’air étonné de Viviane, Jacquotte conte les pénibles évènements qui se sont déroulés.

Dès qu’il s’est aperçu de ta disparition, Lerouge après t’avoir vainement recherché ici, s’est dirigé sur Paris où se trouvaient les troupes du roi Henri. Bien sûr il ne t’y trouva pas. Il pensa alors, connaissant nos liens d’amitié, que je devais en savoir plus sur ton absence soudaine. Durant des jours il me harcela, usa même de violence, pour me faire parler et savoir ce que tu étais devenue. Fort heureusement, mon chien Pataud se trouvait à portée chaque fois que Lerouge devenait trop menaçant.

C’est les yeux en larmes que Jacquotte poursuivit son récit.

Un matin il se présenta. Pataud n’était pas là ; j’ai pensé qu’il était parti faire son petit tour matinal. En fait, Lerouge avait réussi à le capturer à l’aide d’un piège à loup et il me mit le marché  en main : me dire où tu étais ou ne plus revoir mon chien.

J’ai bêtement cédé.

Je dis bien  » bêtement », car ton infâme mari, satisfait de savoir où tu te trouvais, est reparti sans me faire savoir ou se trouvait mon chien, que je n’ai d’ailleurs jamais retrouvé malgré mes longues recherches.

Jacquotte était inconsolable d’avoir, selon elle, trahie son amie, en dévoilant l’endroit où elle se cachait. Viviane, la  serra tendrement dans ses bras afin de la consoler et pour bien lui montrer qu’elle n’avait pour elle aucun ressentiment.

– Tu n’a rien à te reprocher, ma petite Jacquotte. Je connais les façons d’agir de  Lerouge ; il est capable de toutes les ruses, de toutes les vilénies et tous les actes les plus malveillants. Actuellement, dans un cul de basse fosse, il est en train d’expier ses méfaits.

– Ne crains-tu qu’il revienne un jour et qu’il se venge ?

– Son sort m’importe peu et je ne crains ni sa colère ni ses représailles ; je  suis ici  de passage, je voulais avant tout avoir de tes nouvelles, et d’ici quelques jours, je partirai vers d’autres lieux, là où le destin me guidera…

***

Au château d’Anet, la vie a repris. Marie d’Elbeuf, est revenue s’y réfugier. Son époux,  Charles de Lorraine, duc d’Aumale,  héritier  des lieux faisait partie des ligueur ; il a  été fait prisonnier à la bataille d’Ivry et  elle attend son retour, alors qu’il  moisit actuellement dans une forteresse de flandrienne. Marie, est désemparée. Issue d’une branche cadette de la prestigieuse maison de Lorraine, elle n’est guère fortunée et son mari guerroyant depuis des années a dilapidé une grande partie de ses biens. Le château d’Anet est actuellement son refuge, où elle vit chichement, avec quelques serviteurs.

Abel Lerouge, régisseur des lieux qui en  assurait l’intendance ayant disparu, Marie est bien désemparée. Viviane, tenue par Jacquotte au courant de cette situation, prend alors l’initiative de proposer ses services à cette noble dame qui l’accueille avec grand plaisir, assurée de trouver en elle une femme pleine d’initiative qui lui sera d’une aide précieuse, voire indispensable.

  • Il est temps que cessent ces guerres de religion n’apportant que le malheur dans le royaume et que nous reprenions une vie heureuse comme autrefois.
  • Madame, je pense qu’il faut faire confiance à notre Roi Henri pour ramener la paix.
  • Je vous en prie, ne me parlez pas de ce huguenot de malheur. Il est grand temps que nos ligueurs mettent fin à sa chevauchée.

Cette réflexion, bien sûr, n’est pas du goût de Viviane. Le roi Henri reste pour elle un intime souvenir, qu’elle n’est pas prête d’oublier. Il lui importe peu qu’il soit catholique ou protestant, il reste pour elle le merveilleux amant qui lui a fait découvrir les délices de l’amour et les voies du plaisir.  Elle se demande durant quelques instants, si elle a eu raison de proposer ses services à cette femme aux idées différente des siennes ; mais, et c’est là l’un des atouts de son caractère, elle sait, quand il le faut,  prendre le temps de forger la bonne décision. Pour l’heure, oubliant les querelles de religion, elle décide de rester auprès de Marie d’Elbeuf, remettant au moment venu, la poursuite de son destin.

Cette sage décision fut pour tous la meilleure qui soit. La vie au château se fit plus radieuse ; le personnel reconnut en Viviane une maitresse femme et la duchesse d’Aumale, titre conféré par son mariage se fit plus  amicale avec elle, malgré leurs opinions différentes en matière de religion.

La vie coulait allègrement quand un soir, se présenta au domaine, Albin le majordome de Charles de Rambures. Son maitre, avait rejoint les troupes royales et l’avait chargé d’apporter à Viviane quelques nouvelles de son mari. La longue détention dans les oubliettes avait quelque peu troublé l’esprit de Lerouge frappé de folie  douce, la danse de saint Guy comme on disait alors.  On décida de le libérer et le pauvre hère poursuivit sa misérable existence, mendiant sa pitance ça et là, auprès des paysans qui l’avaient pris en pitié.

La nouvelle ne toucha pas spécialement Viviane mais elle  n’eut   pas  le cœur de s’en réjouir. On lui avait imposé cet homme qui n’avait pas sut lui apporter sinon le bonheur, du moins la quiétude ; une page de sa vie était tournée et quant à l’avenir, elle s’en remettait au destin.

La présence d’Albin, lui rappela quelques souvenirs et en particulier, ce jour où il vint annoncer à son maitre, l’arrivée d’un visiteur. Elle revit le moment où, toute nue, elle l’introduisit dans la chambre royale où avec Charles elle venait de vivre quelques savoureux  instants. Des évocations coquines surgirent dans son esprit. Elle remarqua alors que ce majordome, qui pouvait avoir une petite quarantaine d’année, n’était pas vilain garçon et sentit s’éveiller en elle un petit frisson délicieux. Depuis longtemps elle n’avait pas fait l’amour, aucune main d’homme n’avait effleuré son corps, caressé sa peau et cajolé son intimité. Elle se rendit compte soudainement de ce manque.

La nuit suivante Viviane n’hésita pas à gagner la couche d’Albin qui la reçut quelque peu étonné, certes, mais sans rechigner à ce bonheur soudain qu’il apprécia à sa juste valeur, avec un remarquable savoir-faire.

Il faut avouer qu’ils dormirent peu cette nuit là…

Raimondo – 2017 – À suivre

Raimondorama 27

Posted in Oulibouf on novembre 20th, 2017 by gerard – Be the first to comment

Iseut et le Marquis

Le Marquis ce soir là, d’un doigt aventureux
Trouva le trou du cul de la très belle Iseut
La petite lingère qui œuvrait au manoir,
Magnifique  brunette aux très jolis yeux noirs.
Depuis longtemps déjà il se disait qu’un jour
Il lui ferait, c’est sûr, un petit brin de cour,
Quelques câlineries et de tendres caresses,
Un toucher généreux sur ses pulpeuses fesses,
Bref, monsieur le Marquis, d’un œil concupiscent
Avait les yeux rivés sur cette belle enfant.
Tout le monde au château connaissait ses manières
Qui ne déplaisaient pas toujours aux ouvrières.
En d’autres temps déjà, l’adorable Aglaé
Reçu l’insigne l’honneur de le dépuceler
Sidonie le branla et la jolie Suzon
Lui fit connaitre enfin l’art de la fellation.
Et depuis ce jour-là sur la gent féminine
Il avait promenée sa fureteuse pine.
Madame la Marquise connaissait ses  travers
Et surveillait alors cet époux trop pervers ;
Mais ce soir, quelque mal la retenant au lit
Fut la bonne occasion pour le coquin mari.
Au détour d’un couloir menant à la chapelle
Le Marquis se trouva face à Iseut la belle,
Et là, en soulevant sa  robe de pilou
Il promena ses mains sur son petit minou
Caressant longuement la chaude intimité
Qui lui était enfin parvenue à portée.
Poursuivant ses envies l’aventureuse main
S’en alla divaguer vers de nouveaux chemins

Et c’est ainsi qu’un soir la belle Iseut reçu
Du Marquis extasié, le doigt au trou du cul.
Raimondo – 2016

Conte de fée
Comme il se promenait au bord de la rivière
Le Baron aperçut parmi les lavandières
Une fille jolie, superbe jouvencelle
Dont la vue provoqua chez lui des étincelles.
On était en été et son bliaud léger
Laissait apercevoir un beau décolleté
Et des seins généreux à la rondeur sublime
Qui créèrent chez lui une chaleur intime.
Le Baron décida qu’une telle splendeur,
Il devrait tôt ou tard s’en rendre possesseur.
Et dès le lendemain convoqua la jeunette
Dont il souhaitait vraiment chatouiller la minette.
La fille en fut flattée mais son éducation
Ne lui permettait pas telle abomination.
Elle avait autrefois au couvent des oiseaux
Appris à se méfier des péchés capitaux
Et parmi ces travers celui de la luxure
Etait pour la morale la pire des injures ;
Si l’on devait un jour devoir y succomber
C’était en revêtant la robe de mariée…

Les contes quelquefois sont vraiment merveilleux :
Le Baron était veuf et formulait des vœux,
Pour que finisse enfin son morne isolement
Et que son avenir soit enfin souriant.
C’est ainsi que Ninon, modeste lavandière
Epousa le Baron, sans faire de manière.
La Baronne se fit chatouiller la minette,
Et s’ouvrit au plaisir de la douce branlette
Sans oublier, bien sûr, par les soirs de grand vent
L’ardente chevauchée du paladin errant
Ou le râle extasié de la biche aux abois
Accueillant les assauts du pèlerin grivois.
Il arriva qu’un soir, se trompant de chemin,
Le Baron s’égara vers un autre destin
Et que notre Ninon à ce nouveau transport
Connut l’effet puissant de la petite mort.
Pour ces jeux délicieux, lui vinrent des envies
L’index ravageur ou la bouche en folie
Et suprême attention de son buste opulent
Le va et vient heureux de l’hidalgo brulant.

L’histoire ne dit pas si d’autres griseries,
D’autres amusements surgirent en son esprit.
A-t-elle imaginé ? Le saura-t-on jamais ?
Le délicieux plaisir du tisserand lyonnais
Ou celui savoureux et plein de réconfort :
Le merveilleux galop de la femme d’Hector.
Raimondo – 2016

La Grammaire amoureuse
Elles s’étaient mises à deux pour sucer le Baron :
Il y avait Iseut, Comtesse aux cheveux blonds,
Veuve d’un chevalier disparu à la guerre
Et la brune Elodie, la Marquise aux yeux pers,
Aux seins volumineux, au cul épanoui
Qui subjuguait les hommes et leur faisait envie.
Ces femmes étaient amies et durant leur enfance
Elles avaient échangé nombreuses confidences
Partagé des moments de très tendre amitié
Avec des damoiseaux, de jeunes écuyers,
Apprenant de l’amour les jeux de la licence
Qui conduisent à l’ivresse et à la jouissance.
En ce jour, toutes deux, d’une bouche gloutonne,
Dorlotaient le gros vit d’une manière friponne
Caressant doucement de leurs mains indiscrètes,
Avec application, les belles coucougnettes.
Le Baron appréciait ces tendres gâteries
Prélude à d’autres jeux, d’autres câlineries
Qu’il aimait partager, avec ces deux coquines
Capables de combler son exigeante pine.
Ensemble ils conjuguèrent du joli verbe aimer
Tous les modes et les temps, simples ou composés ;
On écrivit l’amour en lettres majuscules
Sans oublier jamais le moindre point-virgule,
Soucieux de rédiger avec un savoir faire
Une œuvre prodigieuse et extraordinaire ;
On varia quelques mots usant de rhétorique
Dont les fleurs jaillissaient de façon frénétique
On peaufina bien sûr la grammaire d’amour
Ajoutant ça et là, quelques beaux calambours,
Un peu de turlutaine, des contrepèteries,
Apportant au plaisir, quelques finasseries ;
Et l’on n’hésita pas parfois à préférer
Le choix très succulent des onomatopées,
Délaissant les pronoms et les prépositions
Et celui trop commun des ternes conjonctions.

Tous les trois paraphèrent le précieux parchemin
A l’encre préférée de tous les libertins.
Raimondo – 2016

Au temps des troubadours
Au château quelquefois passaient des troubadours
Qui venaient réciter poèmes et chants d’amour.
Et ce soir la Baronne fut toute chavirée
Par tant de jolis vers qui l’avait remuée.
Elle invita alors l’auteur des chansonnettes
A venir auprès d’elle en sa chambre discrète.
Longtemps il déclama de langoureux refrains
Qui contaient les amours des joyeux paladins
Des gentils écuyers, des tendres damoiselles,
Ainsi que les ébats des jolies pastourelles.
La Baronne attendrie, oyant ces mélopées
Il lui vint à l’esprit de coquines idées
Elle releva sa robe et son blanc cotillon
Afin d’offrir ses seins et son séduisant con,
A ce barde courtois qui tant l’avait touchée,
Et qu’avec obligeance elle souhaitait remercier.
S’ensuivirent alors des moments merveilleux
Où il se déclina tous les jeux amoureux,
En commençant, bien sûr, avec le trou madame
Suivi du doigt vengeur, pour ranimer les flammes
Et le lent va et vient entre des seins dodus
Avant que d’aborder le gros pétard joufflu.
On y mit de l’ardeur, à défaut de doigté,
Avec la folle envie de bien se tripoter,
De mener au plus haut le plaisir amoureux
Par toutes les actions des gestes sulfureux.
Et si l’on s’octroya quelques menus repos
C’était pour mieux reprendre avec plus d’à-propos.
Durant toute la nuit on fit maintes folies
Se laissant emporter par tant de griserie.

Quand au petit matin il fallu se quitter
Ils prirent encor le temps d’un très tendre aparté :
La Baronne aboucha le membre turgescent
Pendant qu’il suçotait un minou ravissant ;
Et dans la position ainsi entrecroisée
Ils connurent à nouveau l’exquise volupté.
Raimondo – 2016

La fin des croisades
Au temps du Roi Louis le Comte avait lutté
Contre les infidèles avec tous les croisés.
Mais au cours des combats de nombreuses blessures
Avaient marqués son corps de maintes meurtrissures,
Et quand il s’en revint enfin dans son foyer
Le Comte n’était plus le fringant chevalier
Que l’on avait connu et que l’on admirait
Pour sa belle prestance et ses nombreux attraits ;
Sa femme, la Comtesse fut donc fort dépitée
De revoir un époux aussi diminué.
Ayant été blessé au niveau des roupettes
Sa bite n’avait plus l’allure guillerette
Qu’autrefois elle prenait à la moindre occasion
A la vue d’une fesse ou d’un joli téton.
La Comtesse excédée par des mois de disette
Retrouvait un époux en défaut de quéquette,
Alors elle décida qu’il fallait sans tarder
Se trouver un amant qui puisse la combler.
Aussi elle se donna sans faire de manière
A tous ses grands amis de la gent nobiliaire.
Ce fut le Duc Albert, Marquis de Saint Simon,
Qui sut en un instant faire exulter son con,
De ses doigts empressés caressant son minou
Et les abords velus de son tout petit trou.
Puis le Comte Girard à la langue suceuse
Caressa son bouton de façon chaleureuse
Afin de lui donner, par sa douce caresse
Le bonheur d’exulter et de trouver l’ivresse.
Elle s’aperçut trop tard que le fier Enguerrand
Avait avec brio investi son séant ;
Si en un premier temps elle en fut très choquée
En quelques va-et-vient elle put apprécier
Ce geste peu courant qu’elle ne connaissait pas
Mais, il faut l’avouer, très fort la contenta.
Un Baron hidalgo lui suggéra un soir
Qu’avec ses seins pulpeux elle pouvait entrevoir
Cette façon d’aimer qu’on use en sa contrée
Pour réchauffer les bites et les faire exploser.
Et en remercîment pour ces moments exquis
La Comtesse accorda les folles gâteries
D’une bouche goulue dont les pouvoirs magiques
Savait de ses amants mettre fin à leur trique ;
Que ce soit Philémon, Évrard ou Timothée
Par la jolie Comtesse ils se sont fait sucer.

Quand au Comte éclopé, pauvre mari cocu
Aux branches d’un grand chêne un soir il s’est pendu
Et c’est de ce temps-là que les Rois ont cessé
D’aller en Palestine afin de s’y croiser
Raimondo – 2016