Actu-m’en diras tant Juin 2020

Pierre nous annonce « La panse est du jour », et il précise : LA PANDEMIE EST DUE AU PAIN DE MIE, HELAS PLUS DE CROQUE MONSIEUR  ET DONC CROQUONS  MADAME, ET BAS LES MASQUES QUE DIABLE  !

Les titres de l’Actualité auxquels vous avez échappé (« Personne n’obligera le pot de terre à taire ce que se permet le pot de fer de faire » (Jean Brasier 1910-2003):

1/ L’école, un grand mensonge qui allait de soi: Le Gouvernement, relayé par les médias, nous rabat les oreilles de la réouverture des écoles, des collèges et des lycées. Ce n’est pas faux, mais il faut savoir à quoi correspond ces déconfinements. La réponse est simple et évidente : Tout ce battage sert strictement à que dalle ! Rien, nada, oualou, niente, nothing ! Oui, le plus souvent des quarts (exceptions rarissimes pour des demies) de classes sont accueillis dans le respect des mesures sanitaires, mais qu’y fait-on ? Au mieux du télé-enseignement dirigé par un enseignant qui, en général, n’est pas avec ses élèves habituels, mais le plus souvent c’est de la garderie sans une once de leçon.  Tout le monde perd son temps, les administratifs, les enseignants, les enfants. Seuls les personnels de service (et quelquefois de cantine) ont de quoi s’occuper. Les programmes sont au point mort, le Brevet des Collèges, le Bac et même les 1éres années de fac, voire des entrées en classes-préparatoires  vont être accordés très, très, très généreusement. C’est normal, on ne va pas embouteiller les sections de la prochaine Rentrée. Rentrée qui s’annonce d’ailleurs plus que problématique, on va se retrouver avec des étudiants en 1ère année de Médecine cons comme des balais qui vont faire arracher les derniers cheveux des vieux professeurs, des 1ères années de philo, de psycho ou de socio qui n’auront lu qu’UN livre l’année précédente et n’auront fait, dans le meilleur des cas, qu’UNE réelle dissertation digne de ce nom en 2019/2020. Ah j’vous le hurle mes amis, on va être sur du très lourd et du très hard.

Bon, il faut dire que nos dirigeants n’avaient vraiment pas le choix : Rendez-vous compte, en 7 semaines d’arrêt des activités, la France a perdu 11% de son PIB ! 11% les poteaux, c’est énorme, ça n’était jamais arrivé ! Il faut absolument se remettre au travail pour pouvoir encore jouer dans la cour des grands. Sinon, on va se retrouver avec une économie de pays sous-développé du quart-monde. La Chine, d’où pourtant est parti tout le mal, va encore avancer ses pions (=avantages) et se retrouver de facto la 1ère puissance économique mondiale. Imaginez que Xi Jimpy nous dise : »Votre référence-dollar n’est qu’un bout de papier tout juste bon pour se torcher ! » et TOUT s’écroulerait. Donald et ses banquiers gueuleraient après Emmanuel, Angela et les autres pour se faire rembourser leurs dettes. Ces derniers se précipiteront chez Mamadou, Ben Couscous ou Cristobal pour faire de même. Les derniers de la chaîne n’auront plus qu’à aller mendier ou à se faire sauter la cervelle. Nos dirigeants ne sont pas si sots, ils savent tout ça, c’est pour ces impératifs du marché capitaliste qu’ils insistent pour que les parents d’élèves aillent bosser, aillent créer des richesses qui nous sont absolument nécessaires, non plus pour vivre mes amis, mais uniquement pour SURVIVRE.

Cette méga-crise, on n’a pas fini d’en entendre parler ! J’ai peur pour mes enfants, j’ai peur pour mes petits-enfants !

2/ Le panier de la ménagère : Vous l’avez sans doute remarqué comme moi, on a peut-être fait des économies pendant le confinement : pas de virées en auto, pas de ciné, pas de resto, etc… Bref, les livrets A de l’écureuil débordent. Mais, bon sang de bon sang de bois, les ploucs, les grossistes, la petite et la grande distribution se sont gavés jusqu’au trognon… Chaque fois que nous allons au supermarché du coin (soit à peu près tous les 9/11 jours) mon épouse et moi prenons sensiblement les mêmes articles (les extras venant du boeuf dans le filet ou d’une bouteille d’alcool) et nous en avions à chaque fois pour une note oscillant entre 125€ et 135€: Eh bien, notre dernière visite, pourtant sans viande et sans alcool, nous a coûté 186, 49€. Le Gouvernement va quasiment augmenter les salaires de presque tout le monde; mais avant même d’avoir vu le tiers du dixième de la moitié du millième de ces picaillons, voilà les augmentations qui arrivent déjà au triple galop. On va se retrouver comme au lendemain de Mai 68, les salaires avaient été augmentés, en gros, de 30% mais, en moins de 12 mois tout cet avantage fut grignoté par l’inflation

3/ Et un petit extra Gigaproduction pour finir : Devinette : Qu’est-ce qui vous choque dans cette photo ?

1- Il y a confinement, les gens sont en infraction ! Non, nous étions le 2 Juin 2020 et c’était le 1er jour où les restaurateurs avaient le droit de rouvrir leur terrasse.

2- Patrick fait plus que sourire, il rigole à la bonne blague qu’il a faite. Peut-être, les médecins de la prison de la Santé en seront pour leur compte.

3- Isabelle pète de santé en fumant comme un sapeur. Peut-être, les médecins qui lui avaient établi des certificats de complaisance pour lui éviter la taule doivent être mal à l’aise.

4- Non, on voit pas ! Je vous aide : Levallois-Perret est encore dans la zone orange ! Bof, je donne ma langue au chat ! Eh bien, dans cette zone, le rassemblement des personnes se limite toujours à 10 unités. Or, comptez bien, il y a ONZE convives autour de la table. Ce qui prouve à l’évidence que la loi, n’importe laquelle, n’est pas faite pour les Balkany. Ils s’en foutent royalement comme de l’an 40 ! La meilleure preuve, c’est qu’Isabelle Balkany est assez conne pour avoir posté elle-même cette photo sur twitter. 

 

  1. Jean-Claude Romera dit :

    Gigaproduction se met au vert, il va nous manquer. Ah les Balkany ! quel couple. Leur cellule est mise en location sur airbnb. Une affaire.

  2. oswaldo dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec ton analyse des suite à prévoir après le dé-confinement.

    Heureuse ment qu’il nous reste N’dyaye……

  1. There are no trackbacks for this post yet.

Laisser un commentaire