Raimondorama 48

Le jardinier poète
Seule dans sa maison, depuis trois jours déjà,
Aucun n’était venu visiter Tante Emma ;
Ni neveu, ni tonton, ni quelques vieux amis
N’avaient pour la trouver visité son logis.
Emma était donc seule, en manque évidemment,
Et son petit minou éprouvait du tourment.
Certes, le soir venu, sur sa couche de lin
Elle s’était caressée d’un petit doigt coquin,
Mais, il faut l’avouer, cette façon de faire,
N’ayant au demeurant rien qui puisse déplaire,
Manquait, à dire vrai, de ce petit frisson,
Que procure le corps ardent d’un beau garçon.
Un vit bien érigé, une amoureuse main
Qui viennent musarder dans les moindres recoins,
Une bouche goulue, une langue fouineuse
Apportant au minou une onde bienheureuse,
Tout cela lui manquait. On était en été,
Tout portait à l’amour et à la volupté ;
Tante Emma revêtue de tissu vaporeux
Qui laissait deviner son buste généreux,
Prenait l’air au jardin parmi toutes les fleurs
Qui répandait alors de suaves senteurs ;
Là, elle rencontra le fils du jardinier
Cultivant avec art ces florales beautés
Qui présenta alors une rose en bouton.
Dont il avait ôté les traitres aiguillons.
Madame, permettez qu’entre vos jolis seins
Je glisse cette fleur que je tiens en la main ;
Elle est certes jolie mais jamais n’atteindra
La sublime beauté de vos gracieux appâts,
Et c’est lui faire honneur, qu’en ce charmant sillon
Elle découvre enfin un vase d’exception.
Cette attention charmante, ce sublime phrasé
Troublèrent Tante Emma, qui d’un tendre baiser
Remercia le poète, tandis que sa menotte
Du barde radieux effleura la culotte.
On devine la suite, en un endroit discret,
Ils en vinrent tous deux à des jeux plus concrets ;
Ce furent des touchers, des intimes baisers,
Diverses positions qui les firent exulter,
Allant de la levrette à l’essor du fleuriste,
Et au coquin sursaut du nain antipodiste
Et tout se termina par ce cri de bonheur
Qui marqua le plaisir des valeureux jouteurs.
Enfin, songea Emma, cette bite vaillante
Dissipe les effets d’une trop longue attente ;
Diantre que ce fut bon ! Combien j’ai apprécié
Les élans vigoureux de ce beau jardinier.
Ils allaient se quitter quand Emma tout à coup
Ranima de sa bouche un vit encor trop mou
Et par l’exquis labeur d’une langue gourmande
Assura la venue d’une sève brûlante,
Ce joyau de l’amour ce nectar délicieux
Qu’en l’Olympe déjà appréciait tous les dieux.
Raimondo – 2019

Ode à Emma II
Auprès de l’âtre en flamme, ce soir là Tante Emma
Afin de s’égayer faisait du canevas ;
C’était en ce temps là, façon de se distraire,
Et les femmes souvent dans les soirées d’hiver,
S’adonnait au plaisir de la tapisserie
Composant des tableaux en fine broderie.
Comme ses mains tissaient, son esprit vagabond
Songea, en souriant, à l’oncle Siméon,
Ce fripon, bien connu dans toute la famille,
Pour ses mains qui trainaient sur les fesses des filles.
Toutes n’appréciaient pas, de ce fieffé coquin,
Les gestes délurés de ses fouineuses mains,
Et bien souventes fois un soufflet vigoureux
Venait morigéner ce faquin licencieux.
Tante Emma souriait lorsque son joli cul
Avait les attentions de ce vieillard chenu :
Elle était charitable, et aimait satisfaire
Les puériles envies de cet octogénaire,
Ne lui refusant pas, les petits agréments
Qu’il pouvait ressentir en palpant son séant,
Et même quelquefois elle ouvrait son pourpoint
Pour qu’il puisse à loisir lui caresser les seins.
Emma le savait bien, que ses rotondités
Faisaient l’admiration de tous ses affidés,
Que ce soit les neveux, les oncles ou les amis
Elle laissait libre cours à toutes leurs envies.
Les femmes évidemment la traitaient de catin
Mais elle s’en moquait car elle savait bien
Que ses amants trouvaient dans ses bras accueillants
Et de la jouissance et du contentement ;
Elle y prenait plaisir et aimait moduler
Les figures d’amour créant la volupté :
Que ce soit la levrette, le tête-à-queue brûlant
Le galop d’Andromaque, l’amble de l’alezan
Toutes les galipettes et les agaceries
Qu’elle dispensait alors avec afféterie.

C’est pourquoi le poète aime à vous raconter
Les exploits fabuleux de cette haquenée.

Raimondo – 2019

La Tante Eugénie

Tante Emma ce jour là s’ennuyait quelque peu.
Seule dans son logis, aucun de ses neveu
N’étant venu la voir pour faire la causette
Ou se détendre un peu avec des galipettes,
Elle décida alors pour tromper son ennui
D’aller rendre visite à la tante Eugénie,
Une quinquagénaire qui avait en son temps
Mené joyeuse vie avec bien des amants.
Très tôt on la maria, mais le bel épousé
Ne lui apportant pas les plaisirs espérés
Elle se donna bien vite à un beau damoiseau
Qui la fit frissonner et grimper aux rideaux.
Pour la première fois, elle connut ainsi
Le plaisir délicieux qu’apporte le déduit.
Et la belle Eugénie que l’on croyait bien sage
Devint rapidement une femme volage ;
La nuit elle se montrait une épouse parfaite
Mais le jour très souvent elle faisait la fête
Avec tous les époux avide de trouver,
Dans leur vie amoureuse un peu de nouveauté.
Eugénie découvrit les belles positions
Qui apportent aux sens un délicieux frisson,
Depuis le tête-à-queue ou la dive levrette
Jusqu’au saut débridé du hussard en goguette,
La roulade du prince, l’étreinte crapuleuse
Et les doux stimuli de la dextre fouineuse,
Toutes ces griseries et ces embrasements
Qu’en toute intimité partagent les amants.

Il arriva qu’un jour, une langue vilaine
Avisa le cocu de toutes les fredaines
De celle qui avait promis fidélité
Mais qui se comportait comme une dévoyée.
L’affaire fit grand bruit, on cassa cette union
Et Eugénie reçut lourde condamnation.

En ce jour Tante Emma alla la visiter
Dans le couvent voisin où on l’avait cloitrée.
Raimondo – 2019

  1. segura dit :

    Je préfère largement les jolies nenettes à belles poitrines
    aux gros mecs ventrus et obèses

  1. There are no trackbacks for this post yet.

Laisser un commentaire