Actu-m’en diras tant Décembre 2019

Les titres de l’Actualité auxquels vous avez échappé (« Personne n’obligera le pot de terre à taire ce que se permet le pot de fer de faire » (Jean Brasier 1910-2003):

1/ Hélas (parce qu’il est RN et prône des valeurs anti-démocratiques), pas que du faux chez ce sénateur marseillais : https://tvs24.ru/pub/watch/1404/st-phane-ravier/?fbclid=IwAR2VcGZ9kL54U6HQTbyR0vyiaQmTlPyPz1Yc54JPmUgZe6c8w3kJ9fkkmg

2/ On est mal patron, on est très mal : Les gauchistes, les cégétistes et les gilets à la jaunisse n’ont aucune perspective politique sur le long terme (à part « le Grand Soir », c’est peut-être beau, mais c’est très loin…) La majorité dite « silencieuse » va comptabiliser intérieurement tous les débordements et les désagréments engendrés par 1, 2, 3, etc … jours de grève. Et à qui ça va profiter tout çà ? A celle qui ne dit rien en ce moment, elle n’en a d’ailleurs pas besoin pour engranger sans peine les voix de ceux qui, en toute fin, préféreront toujours « la loi & l’ordre », j’ai nommé la Marine du RN. Bref, ça risque d’amener le résultat inverse de ce que pouvait espérer les trois bandes de rigolos cités au début. Vous verrez, vous verrez…
Un exemple simple en passant: Tous gueulent après les retraites, ils ont raison; mais depuis le premier choc pétrolier de 72/73, on savait qu’on irait dans le mur dans ce domaine. Aucune majorité depuis ce temps n’a essayé vraiment d’y remédier, de droite comme de gauche, on s’est contenté de refiler la patate de plus en plus chaude au suivant en se disant « profitons bien pour nous goinfrer et après nous le déluge » ! Le constat est sans véritable surprise pour ceux qui ont un peu de jugeote pour analyser la situation : Acculé à prendre des décisions drastiques sous peine de faillite (comme la Grèce) ou de passer pour un incapable (en creusant de façon abyssale la Dette), notre Président est OBLIGE de trancher là où ça fait mal (et notamment dans les acquis privilégiés de tel ou tel secteur). Pour le reste, le temps des vaches grasses tire à sa fin et, à moins que les familles françaises se mettent soudain à avoir 4 enfants au minimum avec le plein-emploi à la clef, la retraite par répartition (les actifs « soutenant » les non-actifs _ je simplifie, vous l’aurez compris _) n’est plus possible; alors, bien sur, c’est pas joli-joli, mais on a trouvé cette histoire de retraite par points, je suis d’accord : ce n’est pas juste ! Mais cette imitation de systèmes existant déjà un peu partout dans le monde pallie au moindre mal. Il faudra décerner les prix Nobel de l’économie et de la paix au zigue qui trouverait la recette qui ne déshabillerait ni Pierre, ni Paul.

En attendant, je conchie avec la plus grande fermeté ces politiciens et ces dirigeants syndicalistes qui, bien au fait des réalités, pratiquent la vaine surenchère… La main sur le coeur ami lecteur, quelle solution intelligente et réaliste (c’est à dire tenant compte de l’individualisme des occidentaux sans pour cela être égorgé par « l’homme au coteau entre les dents ») peut nous apporter un brave mais pauvre type du calibre de Philippe Martinez ?
Enfin, j’dis ça, j’dis rien, il y en a tellement qui refont le monde au Café du Commerce que ce serait peine perdue que de vouloir déciller les yeux de ceux qui ne veulent pas voir ! Personnellement, je n’ai pas de solution miracle à proposer (Pendre le dernier curé avec les tripes du dernier patron semble un tantinet dépassé), mais je constate que la devise de notre République devient chaque jour plus liberticide, plus fratricide (ce qui peut être considéré presque comme demi-mal tant ça entre dans les moeurs), mais surtout énormément INEGALITAIRE, et nous avons là la porte ouverte à toutes les aventures, donc à tous les dangers.

3/ La rue de la honte : Le 24 Novembre 2019, le maire de Nice, le pas-clair Estrosi évidemment candidat à sa réélection, inaugure une rue Jacques Médecin (1928-1998), il honore ainsi un de ses prédécesseurs condamné à de la prison ferme dans plusieurs affaires pour « délit d’ingérence », « détournement de fonds », « abus de bien sociaux », « abus de confiance », « corruption », et « fraude fiscale », déclaré « incapable, à jamais, d’exercer aucune fonction publique », déchu de ses droits civiques, exilé et décédé à Punta del Este en Uruguay. Les nostalgiques du clientélisme attrape-tout apprécieront…

  1. Jean-Claude Romera dit :

    Une belle analyse de la situation. Le dossier des retraites s’apparente à une grenade dégoupillée qui, forcément, fera des dégâts. Quant à la rue de la honte, nos dirigeants voyous ne sont pas à une crapulerie près. Ils ont la chance que le ridicule ne tue pas, et nous la déveine qu’il n’engage pas au suicide.

  2. oswaldo dit :

    1- A propos de Ravier, même s’il ne dit pas que des conneries, n’est qu’un facho .

    2- Ton analyse est cohérente: tous ces -« istes » ne poursuivent qu ‘un intérêt celui de Leur catégorie. Personne ne prend en considération l’intérêt commun. Quant aux politiques de droite , de gauche, du centre , en marche ou en arrêt, aucun n’envisage vraiment de changer quoi que ce soit car ,comme le disait, Tancrède: » Si nous voulons que tout continue,….Il faut que tout change ». Et tous ces politiques ne souhaitent seulement que tout continue… »Donc ce « Tout »qu’il feignent de changer n’est que gesticulations de façade.

  1. There are no trackbacks for this post yet.

Laisser un commentaire