Archive for juillet, 2019

Concours permanent : Apport personnel 19

Posted in Actualités & hors-série on juillet 10th, 2019 by gerard – 1 Comment

Chaque été, je fais revivre cette chère Dora. Elle aurait davantage de présence si certains d’entre vous voulaient un peu se décarcasser en faisant une production personnelle, mais bon… Je prêche dans le désert depuis si longtemps… Aujourd’hui, on va se foutre de la gueule des réseaux sociaux (facebook, instagram, twitter, etc…) dont nos ados raffolent :

Les contes de la semaine 06

Posted in Oulibouf on juillet 10th, 2019 by gerard – 1 Comment

Samedi

            Dans cette banque, lorsqu’on se retrouvait le matin, on se faisait amicalement la bise. Les femmes, comme toutes les femmes, faisaient un bisou aux oiseaux, sans toucher la peau de l’embrassé, afin d’éviter toute trace de rouge à lèvres. Les hommes faisaient quant à eux, le bisou qui convient, celui qui fait honneur à la peau satinée qu’on lui offre et que l’on honore, comme il se doit.
Ce matin là, Reine, la caissière, accueillit Yvan pour le bonjour matinal et, que se passa-t-il exactement, le baiser prit un tour particulier et les lèvres se frôlèrent à leurs commissures. Ce fut un baiser léger, différent de l’habituel bonjour, qui les fit sourire sans qu’ils se posent d’autres questions, d’ailleurs.
Reine et Yvan travaillaient de concert, ce dernier étant appelé à remplacer la caissière d’ici quelques semaines, car elle allait quitter la banque pour convoler en juste noce avec un riche banquier étranger.
Le lendemain matin, on réitéra tout naturellement le baiser frôlé à la satisfaction de chacun. Quelques jours plus tard, Reine en ayant pris l’heureuse initiative, on s’embrassa à pleine bouche et Yvan, pensa, qu’on pouvait espérer mieux, immisçant une langue amoureuse dans une bouche qui s’était naturellement ouverte pour la goûter passionnément. Dans la matinée, ils allèrent prendre un café dans une salle de repos et sans attendre s’embrassèrent amoureusement. Serrés l’un contre l’autre, ils appréciaient l’indicible sensation de bien être procurée par deux corps que s’étreignent. Le baiser dura, accompagné de légers effleurements, prélude à de plus intimes caresses que chacun sentait venir, tant il en avait un désir fou. L’arrivée d’un collègue mit fin à ces effusions et la journée se déroula normalement par la suite.
Lorsqu’il quitta la banque, Yvan trouva dans la poche de sa veste, une carte de visite au nom de « Reine Gratz » ; une adresse y figurait ainsi qu’une mention écrite à la main : diner à 20h30.

            Yvan se toiletta soigneusement, choisit un costume léger de couleur claire. Pour éviter tout retard il quitta son logis assez tôt afin de se donner le temps d’acheter quelques roses, en nombre impair comme il se doit. Il n’osa pas, faute de connaitre les goûts de Reine, acheter un bon vin mais, sur les conseils de son caviste, opta finalement pour un Prosecco italien d’excellente facture. Lorsqu’ils se retrouvèrent, dans le coquet appartement d’un beau quartier de la ville, ils se firent le bisou du matin, mais cette fois, au risque d’y laisser une marque, Reine déposa ses lèvres avec ferveur sur les joues parfaitement rasées de son visiteur.
– Comme tu le sais peut-être, Gratz est une cité autrichienne, ville près de laquelle je suis née ; je suis autrichienne et ce soir, je t’ai concocté des plats de mon pays accompagnés d’un Crüner, vin issu d’un cépage blanc.
Ce soir là, Reine fut la narratrice d’une étonnante histoire qu’Yvan émerveillé écouta avec grand intérêt.
Reine Gratz n’était qu’un nom d’emprunt, plus facile à décliner que Guda der Styrie-Voitberg, son véritable patronyme. Sa famille, issue d’une branche bâtarde des ducs de Styrie, descendait de l’Empereur Ferdinand Ier. Richement dotée à l’origine, nantie de terres et châteaux, ayant reçu un titre comtal, cette famille avait de quoi vivre confortablement. Malheureusement, les descendants ne surent pas entretenir les biens familiaux et le père de Guda hérita finalement d’un castel, tombant presque en ruine aujourd’hui.
Un riche banquier autrichien lui proposa contre une promesse de mariage avec sa fille, unique héritière, de subvenir à la restauration de l’édifice.
– Alors que je parcourais le monde tout en travaillant pour assurer ma subsistance, j’ai appris par courrier que j’étais fiancée.
– Fiancée ? Comment cela est-il possible ?
– Mon père, quasiment ruiné, m’a laissé entendre que cette proposition lui semblait raisonnable car elle était le moyen de redonner quelque lustre à notre patrimoine.
– Et lui permettre de vivre confortablement grâce au dévouement de sa fille.
– Sache bien que les femmes de la noblesse portent en elles ce chromosome de l’abnégation, qu’elles se transmettent de génération en génération.
– Mais enfin nous ne sommes au XXème siècle !
– En effet et heureusement, la femme a su évoluer par certains côtés.
Et après un court silence :
– J’ai envie de toi ; viens !
Ce « viens », ce doux impératif qui réjouit les sens de celui à qui il s’adresse, troubla délicieusement Yvan. Il y répondit en prenant dans ses bras cette délicieuse femme qu’il embrassa tendrement d’une bouche fébrile, un baiser qui se prolongea comme s’il devait durer une éternité.
Dans la chambre ils donnèrent libre cours à leurs désirs et leurs ébats furent emprunts d’une particulière douceur. Il prit plaisir à dégrafer avec toute la lenteur possible une robe légère, ne se lassant pas d’admirer un magnifique corps paré uniquement de sa lingerie. Longuement, il contempla cette femme, effleurant avec délicatesse une peau duveteuse qu’il couvrait de tendres baisers passionnés.
Entièrement nus, ils prirent le temps de se goûter, de se découvrir, de faire naitre l’envie sans précipitation, d’attendre dans la passion mais sans hâte l’éclosion du plaisir. La première, Reine ressentit le bonheur procuré par l’orgasme et à son tour Yvan se donna le droit d’accéder à la jouissance.
La nuit fut merveilleuse, bercée par de douces folies et d’échanges verbaux sur les aléas de la vie. Avant que le sommeil ne les submerge, Reine voulu affirmer son amour en offrant la caresse de sa bouche au membre qui ce soir là, lui avait apporté tant de bonheur.

Quelques jours plus tard, Reine quitta la France pour suivre le destin que sa famille avait tracé pour elle.

***

            Après son départ Yvan n’eut plus aucune nouvelle. Il ne l’oublia pas pour autant et son souvenir demeura profondément ancré dans son esprit et dans son cœur, malgré quelques aventures sans importance. Dix ans plus tard il reçu une lettre provenant d’Autriche qui contenait un dépliant touristique vantant les mérites d’un magnifique castel transformé en maison d’hôtes. Sur une cartelette blanche qui était jointe on avait écrit à la main :
Reine Gratz, à 20h30 quand tu voudras.

Raimondo – 2019

Blagues Juillet 2019

Posted in Actualités & hors-série on juillet 1st, 2019 by gerard – 2 Comments

Hors-série Mariages (pays divers) 06

Posted in Actualités & hors-série on juillet 1st, 2019 by gerard – 2 Comments