Raimondorama 39

L’oncle Lucien
Le grand oncle Lucien passant derrière Emma
De sa main caressante, son fessier tapota.

Ce septuagénaire était accoutumé
A tripoter les culs passant à sa portée :
Ses nièces, ses amies ainsi que ses trois brus
Reçurent maintes fois ces caresses incongrues
Et elles réagissaient à ces impolitesses
Fustigeant l’agresseur d’une main vengeresse.
Seule dans la famille, Emma ne disait rien
Acceptant du tonton ces gestes anodins,
Qui la faisait sourire au lieu de la fâcher,
Et  qu’elle recevait avec aménité.
Donc, ce jour là Lucien, pour la énième fois
Palpa le cul charmant de la gentille Emma,
Qui se laissa toucher sans faire de façon
Et même elle montra, soulevant son jupon,
Deux jolies fesses nues que l’oncle émerveillé
D’une flatteuse main se mit à caresser.
Emma était ainsi, elle ne refusait point
De répondre aux désirs de son oncle Lucien.
Bien sûr on critiquait cette façon de faire
Mais elle se moquait bien des réflexions sévères
Et elle menait sa vie ainsi,  à sa façon,
Ignorant les on-dit et les qu’en dira-t-on.
Hélas, le temps passant, après quelques années
Ce grand oncle fripon s’en vint à trépasser ;
Emma le regretta et seule au cimetière
Déposa très souvent quelques roses trémières.
Sa veuve, ses amies et même ses trois brus
Auprès de son tombeau ne sont jamais venues,
Et elles ont oublié ce coquin débridé
Caressant tous les culs qui passaient à portée.

Emma a survécu et très souventes fois
A ses jeunes neveux elle contait les exploits
Du grand oncle Lucien et ceux-ci à leur tour
Usèrent de ce geste on ne peut plus glamour.
D’aucunes rigolèrent, d’autres plus timorées
Repoussaient les coquins d’un air effarouché,
Et la plus délurée, la coquine Elisa,
Exhiba son fessier comme la Tante Emma.

Raimondo – 2018

Jehan
Tante Emma avait prit dans sa main caressante

De son neveu Jehan la bite turgescente
Afin de libérer par un doux va et vient
Une sève d’amour qui giclerait soudain.
Puis elle changea d’avis et la bouche à son tour
S’en vint à mignoter le beau membre glamour
Alors que de sa main, de façon guillerette
Elle choyait tendrement les jolies coucougnettes,
Et le neveu charmé par ce doux traitement
Essayait à son tour de se montrer galant
En allant titiller avec délicatesse
Des tétons s’érigeant par cette gentillesse.
Tous deux en était là, lorsque soudain Toinon
La petite servante entra dans le salon
Afin d’y apporter, comme à l’accoutumé,
Car il était cinq heures, une tasse de thé.
Emma avait connu un prince londonien
Qui de cette boisson disait le plus grand bien
Et elle avait coutume à l’heure de la vêprée
De se faire apporter cette boisson ambrée.
Les choses ce jour là se passèrent autrement,
Emma faisait l’amour avec le beau Jehan,
Et devant ce tableau la soubrette effarée
Jeta sur les amants un regard étonné
Car elle ne savait pas qu’on puisse agir ainsi
Pour donner du plaisir en suçotant un vit.
Tante Emma et Jehan ne s’aperçurent pas
Que la jeune servante était passée par là
Et qu’elle avait laissé en toute discrétion
La théière d’argent contenant la boisson.
Quand le neveu enfin jouissant de plaisir
Laissa s’éjaculer son brûlant élixir
On remarqua soudain dessus un guéridon
Le plateau de faïence apporté par Toinon.

Et Tante Emma alors avec délectation
Put se rincer la bouche avec cette infusion.
Raimondo – 2018

Odilon
Tante Emma on le sait avait de très beau seins
Chavirant les esprits et attirant les mains.
Elle se parait d’atours dont le décolleté
Laissait apercevoir ces splendides beautés,
Permettant au besoin qu’un petit doigt fripon
S’en vienne musarder dans le charmant sillon.
Elle ne repoussait point cette amabilité
Qu’elle acceptait toujours avec aménité,
Et si la main parfois devenant fureteuse
Caressait tendrement ces formes généreuses,
Tante Emma confirmait par un sourire coquin
Combien elle appréciait ce gentil coup de main.
Il arrivait parfois que le tendre toucher
Trouve sur son chemin un téton érigé :
Une telle caresse avait chez Tante Emma
Le don de provoquer de furieux éclats
Et se mettant à nu, elle offrait tout son corps
Au combat qui vous mène à la petite mort,
Ce délicieux instant où les sens enflammés
Vous procurent un frisson qui vous fait exulter.

Justement ce jour là le petit Odilon
Osa glisser son doigt dans le gracieux sillon.
Il était jeune encor et n’avait point goûté
Au bonheur évident qu’on y pouvait trouver.
Tante Emma eut alors pour ce tendre puceau
La sublime réponse, l’admirable cadeau
Qu’une femme peut faire offrant sans hésiter
Les trésors savoureux de son intimité.
Odilon découvrit pour la première fois
La nudité d’un corps qui le mit en émoi
Et Tante Emma alors, sublime séductrice,
De ce jeune neveu devint l’initiatrice,
En dénudant son sexe, en le prenant en main,
Et en lui prodiguant de nombreux va et vient,
Pour qu’il s’érige alors et puisse pénétrer
Dans le minou velu et son antre mouillé.
Raimondo – 2018

Paul
Tante Emma suçait Paul, Paul suçait Tante Emma ;
Torride tête-à-queue, trépidante fiesta
Qui avait réuni ces deux petits coquins
Se donnant du plaisir sur des draps de satin.
Ils prisaient très souvent cette façon d’aimer
Y trouvant chaque fois grande félicité,
Et après quelques jeux, simples préliminaires
On abordait alors cette lascive guerre.
*
Emma, adolescente, avec l’oncle Léon,
Découvrit avec joie semblable position,
Et la renouvela avec tous ses amis
Qui goûtèrent à leur tour pareille griserie.
Et même elle constata avec quelques cousines
Qu’entre femme on pouvait jouer cette comptine.
Elle ne s’en priva point et avec Aglaé
Peaufina quelquefois ce tendre procédé
En laissant s’égarer une main indiscrète
Dans le sillon velu de deux fesses replètes.
*
Mais il faut avouer qu’à tous ces jeux lesbiens
Notre Emma préférait les vits de ses cousins,
Ces membres érigés dont la sève brûlante
Comblait de sa saveur une bouche gourmande,
Et c’est pourquoi ce jour dans la chambre douillette
On oublia un temps les joies de la levrette,
Les sauts du balbuzard ou du martin-pêcheur
Ainsi que le cricri du pigeon voyageur,
Afin de s’adonner avec délectation
A ce retournement apportant le frisson.
Durant un long moment Paul et sa Tante Emma
Echangèrent ainsi de succulents ébats
N’hésitant point parfois à jouer de la main
Sur de douces roupettes ou de délicieux seins,
Sur la peau satinée suscitant les caresses
Que l’on se gratifiait avec grande tendresse.
*
Lorsque vint le plaisir et le spasme attendu
Libérant la tension de leurs sens éperdus
Ils poussèrent le cri que les amants comblés
Laissent toujours entendre au moment d’exulter.
Raimondo – 2018

  1. Jean-Claude Romera dit :

    Du grand Art. Raimondo, sous des dessous grivois, nous livre des élans de poésie aptes à faire se tordre de jalousie certains poètes de race.

  2. oswaldo dit :

    Gégé, « le Crack » des craquages » photographiques et ludiques

    Raimondo le « crack de la craquette », comblent leurs lecteurs qui en croquent!

    Que cette fine équipe, spécialisée dans les « parties fines », n’en finisse pas d’affiner leur production.
    Bravo et merci à Gigaproduction!

  1. There are no trackbacks for this post yet.

Laisser un commentaire