Raimondorama 37

L’entremetteuse
Il se disait souvent au sein de la famille,
Que Tante Emma, vraiment, était drôle de fille
On entendait par drôle, une dévergondée
Menant joyeuse vie trop souvent débridée.
Ses cousins, ses neveux, ses oncles quelquefois,
Avaient bénéficié de ses troublants appâts,
Ils avaient dégusté la saveur veloutée
De son superbe corps à la peau satinée,
Aux splendides rondeurs et au sexe accueillant
Qu’elle offrait sans compter et généreusement.
Les femmes disaient d’elle, d’un ton très méprisant,
Que cette Emma était un suppôt de Satan
Qui, le moment venu, durant l’éternité
Brûlerait aux Enfers pour purger ses péchés.
Mais il est vrai aussi, que des femmes moins sages,
Un peu trop réservées, mais manquant de courage,
Eussent très apprécié quelques câlineries
Qu’elles ne recevaient plus d’un impotent mari.
Emma organisait pour ces dames esseulées
Quelque réjouissance qui puisse les combler.
C’est ainsi que Léa et son oncle Fernand
Firent maintes folies un beau soir de printemps ;
Anna, Elisabeth et la jolie Iseut
Trouvèrent de la joie dans les bras chaleureux
Des amis, des cousins, des oncles bienveillants,
Apportant du bonheur à leur minou ardent.
Mais le plus beau fleuron de cette entremetteuse
Fut celui qui rendit Mathilde très heureuse,
Quand avec Siméon son cousin bien aimé,
Avec délicatesse elle fut dépucelée.
Par la suite elle apprit avec l’oncle Gaston
Diverses fantaisies et d’autres positions :
Et elle devint ainsi dans l’art de la levrette,
Femme très accomplie et véritable esthète.
Le vieil oncle Elysée très coquin et paillard
Lui montra la façon de bien sucer les dards ;
Alors que Jérémie un ami malicieux
Sut lui faire apprécier les joies du tête-à-queue.
C’est avec grand plaisir que son voisin Victor
L’initia au galop de la femme d’Hector,
Sans oublier bien sûr un doux geste coquin :
Le doigt au trou du cul du chaleureux bédouin.
Mathilde imagina, un soir de carnaval
Les joyeuses folies du baron médiéval
Suivi du saut carpé du petit ménestrel
Qui sidéra alors le cousin Gabriel.

Et l’on a même dit, est-ce bien avéré ?
Qu’elle passa du bon temps dans le lit de Chloé…
Raimondo – 2018

L’oncle Firmin
Tante Emma rabrouait son vieil oncle Firmin :
Cessez je vous en prie de tripoter mes seins,
De palper mon fessier, de pincer mes rondeurs
En laissant s’égarer vos doigts inquisiteurs ;
Cela n’est point sérieux ; désormais à votre âge
Il convient d’adopter une attitude sage,
Ne pas vous comporter comme ces galopins
Aux gestes déplacés de leurs perfides mains.
Et cachez s’il vous plait cette bite pendante
Qui ne m’inspire plus et qui n’est plus fringante.
Certes, il y a bien longtemps, vous étiez mon idole
Et nous fîmes tous deux d’exquises cabrioles ;
Je vous dois le plaisir de quelques positions
Qui nous ravissaient tant et que nous adorions,
Tel le vol du gerfaut hors du charnier natal
Ou la course effrénée du brillant amiral,
Toutes ces fantaisies, ces élans débridés
Que nous réitérions sans jamais nous lasser.
Nous étions fous alors, nous moquant des propos
Qui se disaient, bien sûr, derrière notre dos ;
Nous allions jusqu’au bout de toutes nos envies
Vivant avec passion des moments de folie.
Mais c’était autrefois, les années ont passé,
Il vous faut désormais être plus réservé,
Ne point vous comporter de façon incongrue
En pelotant mes seins ou en tâtant mon cul.

Le vieil oncle Firmin, avait toujours gardé
Le souvenir heureux de ces moments passés
Qu’autrefois il vécut avec la belle Emma
Quand elle n’hésitait point à offrir ses appâts.
La voyant en ce jour quelques trente ans plus tard,
Il avait oublié que devenu vieillard
Les attraits d’autrefois, sont œuvre du passé
Et qu’il faut désormais savoir les oublier.
Raimondo – 2018

Anicet
Elle avait dégrafé sa robe de satin
Offrant à Anicet ses magnifiques seins.
Pour la première fois, le neveu découvrait
Les joyaux délicieux que la Tante exhibait.
En voyant ces rondeurs et ces tétons dorés
Anicet aussitôt s’était mis à bander ;
Comment se pourrait-il qu’il en soit autrement
Quand on a sous les yeux semblables ornements.
Il resta médusé, quelque peu ébaubi
Et même stupéfié tant il était surpris.
Il ne savait point trop comment se comporter
Quand on a devant soi ces splendides beautés ;
Mais fort heureusement la bonne Tante Emma
Sut délicatement le tirer d’embarras
Et Anicet apprit le plaisir souverain
De pouvoir titiller de magnifiques seins,
D’exciter des tétins de les faire exulter
Par les doigts caressants ou la bouche empressée.
Ce n’était qu’un prélude, on sentait le besoin
D’aller vers d’autres lieux, d’aller encor plus loin :
Le neveu ressentit l’indicible chaleur
De l’antre merveilleux offert pour son bonheur ;
Après les aléas de ses ternes branlettes
Et les rêves impurs qu’il avait en la tête
Il éprouva soudain la montée d’un plaisir
Que jamais il n’imaginait dans ses désirs,
Un fulgurant frisson, le sursaut bienfaisant
Qui libère la sève en un flot jaillissant.
Emma accompagna ce délicieux moment,
Criant sa volupté par un long feulement.

Ils restèrent ainsi, étroitement serrés
Prolongeant le plaisir par un très long baiser,
Et chacun apprécia ce savoureux moment
Initiant à l’amour un jeune adolescent.
Raimondo – 2018

Sylvain II
Tante Emma haletait car elle sentait venir
Le délicieux moment où naitrait le plaisir ;
Sylvain la mignotait de si tendre façon
Qu’elle allait très bientôt éprouver le frisson
Qui la ferait gémir et calmer ses envies
Apportant dans le jeu une brève accalmie.
Elle aimait ces moments où après un orgasme
Il vous vient à l’esprit quelques nouveaux fantasmes
De très folles idées qui viennent provoquer
D’autres friponneries et d’autres privautés.
Et Tante Emma songeait alors en cet instant
Aux gestes délicieux qui vous ravissent tant :
A l’heureuse levrette, au galop d’Andromaque
A ces minauderies qu’on faisait à Ithaque,
Aux doigts qui vont et viennent, à la bouche gourmande,
Toutes ces fantaisies, dont elle était friande,
Et qu’elle voulait alors offrir à son neveu
Pour qu’il éprouve aussi le plaisir amoureux.
Tante Emma régala de sa très douce main
Le vit émerveillé que lui offrait Sylvain,
Chatouilla d’une paume œuvrant avec tendresse
Une housse friponne avide de caresse.
Et baisa tendrement ces fruits de la passion,
D’une langue goulue, avec vénération.
Tous ces longs va-et-vient ces torrides caresses
Firent naitre bientôt une folle allégresse
Et Sylvain déversa la très chaude liqueur
D’un sexe énamouré par ces gestes flatteurs.

Ils restèrent tous deux silencieux, détendus,
Rêvant à un après, à d’autres attendus :
De nouvelles douceurs, des gestes plus osés
De doux effleurements et des frivolités
Qui viendraient éveiller les sexes désireux
D’éprouver à nouveaux un spasme savoureux.

Après le grand galop de l’onagre hennissant
Le saut de l’esturgeon, le vol du cormoran,
Ils firent demi-tour et optèrent joyeux
Pour les douces folies d’un brûlant tête-à-queue.
Raimondo – 2018

 

  1. Romera dit :

    Toujours aussi agréablement coquin. De surcroit nous apprenons l’existence de positions acrobatiques qu’il est périlleux de tenter à un certain âge. Encore que…

  2. Tous mes encouragement pour ces  » paillardises  » qui ne manquent pas de poésie
    Avec mon meilleur souvenir
    RS

  3. oswaldo Long dit :

    Quelle imagination fertile!

    Ou quelle somme d »‘expériences !

  1. There are no trackbacks for this post yet.

Laisser un commentaire