Actu-m’en diras tant Février 2017

actu1702

Les titres de l’Actualité auxquels vous avez échappé (« Personne n’obligera le pot de terre à taire ce que se permet le pot de fer de faire » (Jean Brasier 1910-2003):

« En Arabie, les voleurs sont amputés,
En France, les voleurs sont députés. »
(Aphorisme connu)

La coupe continue de déborder

par Gérard

 Avec l’affaire Fillon, l’écoeurement et la défiance à l’égard des politiciens, de quelque sensibilité qu’ils soient, gagne une majorité d’électeurs. Il m’est revenu en mémoire une expression que les nationalistes espagnols utilisaient par dérision pour se moquer des Républicains avec leur « Frente Popular », ils avaient ridiculisé la chose par un à-peu-près qui colle parfaitement à l’ensemble de nos élus, de droite ou de gauche : « El Frente Crapular » ! Vous allez me dire : Mais qui est-ce qui leur a donné autant d’argent, autant de privilèges, autant de passe-droit ? La réponse est simple : C’est eux-mêmes qui fixent leurs indemnités parlementaires et tous les à-côtés de confort (voyages gratuits par exemple) qui vont avec. Il faut dire qu’il y a un bel enfant de garce qui les a grandement aidé en son temps, il a pour nom Jean-Louis Debré ! Avant de quitter la Présidence de l’Assemblée Nationale pour les juteuses présidences du Conseil Constitutionnel puis du Conseil Supérieur des Archives _ à 72 ans il a toujours d’intéressantes indemnités _, il fera voter quasiment à l’unanimité de considérables avantages aux députés et aux sénateurs. Quand il s’agit de leur portefeuille, les Socialistes se trouvent miraculeusement d’accord avec la droite. Seuls les députés communistes voteront hypocritement « contre », sachant très bien que ces dispositions généreuses « passeraient » sans problème. Pour l’anecdote, il fut un temps _ j’ignore si c’est toujours le cas aujourd’hui _ où tous les élus communistes reversaient leurs gratifications au PCF, à charge pour ce dernier d’en faire une ventilation équitable. Bravo monsieur Debré, le ver était dans le fruit depuis longtemps, mais vous, vous avez fait en sorte qu’il y reste et prospère à demeure. Et ce jean-foutre se pavane aujourd’hui avec sa gueule hilare dans les médias où il a le culot d’être chroniqueur à la radio et à la télé, il lui arrive même de faire de l’esprit et quelques bons mots se cherchant sans doute un angle d’approche plus sympathique auprès des gogos et des neuneux … Lamentable ! Mais revenons aux crapules qui émergent du lot…

François Fillon habite un château dans la Sarthe. Grâce à un tas d’astuces tout à fait légales mais que la plus minimaliste des Morales réprouve, il peut maintenir son rang et se comporter comme un seigneur médiéval avec ces hommes-liges que sont ses fermiers (ex : Paris-Match s’est déconsidéré la semaine passée en lui léchant le cul ostensiblement dans un reportage inique. Il a droit, entre autres, à 128 kg par an de bonne bidoche… On croit rêver!). Il s’est présenté au bon peuple comme un fervent catholique et un défenseur des vertus morales. A croire que ce proverbe, qui circule dans sa bonne mairie de Sablé-sur-Sarthe et des environs est vérifié tous les jours : « Si tu as besoin d’argent, sarthois dans la caisse ! » On reproche le plus à Fillon le fait d’avoir pris les électeurs pour des truffes en les engluant dans un mensonge. Oui, Pénélope se tenait au courant de l’actualité grâce aux chaînes d’informations, elle en parlait sans doute à son mari entre la poire et le fromage. Oui, elle a écrit deux notes de lectures (actuellement non retrouvées) à la « Revue des Deux Mondes ». Ce qui vaudrait à un pigiste lambda, une poignée de quelques billes de 100€ s’est alors transformé en un véritable salaire à plus de 5 000€ par mois. Va expliquer çà à celui qui se lève tous les matins aux aurores pour aller gagner difficilement de quoi faire vivre une famille… François Fillon est bête, le jour même de la parution du premier article du Canard Enchaîné, il aurait dû faire profil bas, reconnaître la « fictivité » des services et s’engager à les rembourser sur l’heure. Il aurait ainsi désamorcé tout ce qui va encore paraître à propos de sa vertu et de sa bonne foi. Au lieu de ça, cruelle erreur, il embraye sur « Tout est faux et j’aime ma femme! » et également dans la coulisse à ceux, plus surs, à qui l’on peut le faire entendre: « Et je ne suis pas le seul. Regardez comme les politiciens de tous bords ne se mouillent pas en ce moment, c’est qu’ils font tous pareils ! » Merci m’sieur, on n’est pas cons, on avait compris, mais les autres ne se présentent pas à l’investiture suprême en se faisant le chantre des traditions cathos de chez cathos et en s’érigeant en Père La Morale pour les temps à venir: « Il faudra travailler dur et se serrer la ceinture ! » Eh pignouf, pourquoi n’as-tu pas commencé avec tes propres attachés parlementaires ?…Bref, un mauvais point pour les conseillers de son entourage: S’il finit par gicler, il ne pourra s’en prendre qu’à eux. Et ce n’est pas sa conférence de presse du 6 Février qui a pu arranger les choses: Les excuses sont venues trop tard, du bout des lèvres avec refus de remboursement. Seuls, les lèche-bottes Républicains ont fait semblant de croire à une pseudo-embellie qui va les mener droit à une élimination au premier tour si Fillon ne s’engage pas plus avant…

François Hollande fait payer par le contribuable une escorte de 4 personnes 365 jours/an pour Julie Gayet qui n’a aucun statut particulier. D’autre part, ses fils font la fête de façon quasi-permanente à la Lanterne, le tout payé par nous, naturellement.

Balkany se fout pas mal des règles de la République et arrondit son magot tous les jours. Cette feignasse de Jack Lang, qui n’a jamais rien foutu de ses dix doigts, continue à percevoir de mirifiques enveloppes alors qu’il n’est plus Directeur de l’Institut du Monde Arabe depuis des années, ne vous inquiétez pas pour lui, c’est pas demain la veille qu’il manquera de flouze pour ses belles chemises immaculées. Benoît Hamon, Mélanchon, Marine Le Pen et bien d’autres sont aussi dans ce cas de figure. On demande toujours plus de sacrifices au lampiste alors qu’on se goberge à ses frais. Où est le temps où De Gaulle demandait à payer de ses deniers l’électricité de l’Elysée ? Avec toutes les casseroles qu’ils ont au cul, ce n’est plus une Présidentielle, c’est Top Chef !

Nauséeux, déboussolé, l’électeur croit alors bon de se tourner vers des têtes nouvelles (…pour lui): Macron, Hamon. En réalité, ce sont tous déjà de vieux chevaux de retour, y compris ce pitre lamentable qui ne sait toujours pas qu’il est mort: François Bayrou. En fait, je n’ai relevé qu’une seule bonne idée dans tous ces programmes de demeurés mongoloïdes, elle vient de Mélanchon (Eh oui, j’en suis moi-même le premier étonné que Monsieur Lehaîneux ait eu cette illumination) : Comme à la fin de l’Assemblée Constituante (1789/91), l’Assemblée Législative qui lui succéda (1791/92) n’avait que de nouveaux élus, une disposition ayant rendu inéligibles les députés de la Constituante. Mélenchon propose de faire pareil, et j’ajouterais qu’il devrait en être de même pour les suppléants. Ah mes amis ! Imaginez le tableau ! Disparue cette mouche du coche de Raffarin qui court de la croupe de l’un à l’entrejambe de l’autre en croyant que ses conseils de merde ont du poids ! Les vieux caciques du PS (Aubry, Emmanuelli, Royal, Fabius, etc,,,) et les vieux croûtons de la droite (Gaudin, Juppé, Sarko, Morano, Larcher,,,) au placard ! Avec pas un sou d’indemnité, ils se sont déjà trop servi en prébendes de tous genres. Et, pendant qu’on y est à copier nos aînés des débuts de la République, pourquoi ne pas revenir à une chambre unique. La suppression du Sénat, qui ne sert quasiment à rien et qui coûte un pognon fou à la Nation, serait un geste sensible pour commencer à éponger notre colossale dette !

Ce qui serait souhaitable aujourd’hui, c’est quelqu’un qui fasse abstraction de carriérisme et de rapacité pour ne servir que son pays. Quelqu’un qui renonce à enrichir ses petits intérêts en les drapant faussement de tricolore. Quelqu’un qui aime suffisamment la France et les français !

Marine Le Pen embraye évidemment sur ces genres de trémolos: « Moi, si je suis élue, il y aura la préférence française ! » » Oh joli ! » Font les couillons frontistes qui se voient déjà débarrassés des bicots, des bamboulas et des juifs, peut-être même des Samoyèdes et des Séminoles. Mirage que tout cela, mes enfants, car il faut écouter la demie-folle jusqu’au bout. A savoir sortir de l’Union Européenne et retourner dare-dare au franc. Autrement dit un repli sur soi pour le pays qui le ramènerait à un niveau de vie, dans le meilleur des cas, du XIXème siècle. La notion de Patrie se réduisant ainsi à l’ombilic même de la Présidente FN.

Alors ? Qui reste-t-il en lice ? Mélanchon, mieux conseillé depuis quelques mois, cache son venin et enguirlande de circumlocutions emberlificotées son programme qui fera fuir tous les capitaux dans les 48 heures-chrono s’il « passait ». A dégager ! Les Verts ? Aussi bêtes que les premiers jours où ils sont apparus dans le jeu politique. Ils sont les magnifiques exemples des sangsues du système qui n’ont jamais rien foutu de leur vie, mais qui empochent avec le sourire les 15 000€ mensuels de députés européens (Eva Joly, Daniel Cohn-Bendit, José Bové, etc…). A dégager ! La faillite de Hollande oblitère de facto le petit Hamon au charisme de bradype amazonien. A dégager ! Fillon, hautain et fascisant,  doit revoir toute sa stratégie pour se rapprocher du peuple. A dégager ! Alors, évidemment, il reste Macron ! Oh, ce n’est pas une affaire ! Il a, lui aussi, un ego surdimensionné, mais réfléchissons un peu, il peut avoir pour lui le bénéfice du doute: Il est jeune, il présente plutôt bien, il a des aptitudes dans le domaine économique (Attention, ça ne voudra pas dire qu’il est intelligent dans tous les domaines !), il joue subtilement de son non-positionnement sur l’échiquier politique de l’heure.  Pourquoi pas ? Les autres nous ont tellement déçu; s’il ne fait pas mieux, il ne fera pas pire… Rappelez-vous que pour ne pas avoir à nouveau l’agité du bocal Sarko, on avait voté par obligation morale pour Pépère Ier sans se douter de son insondable incapacité dans tous les domaines. Je vous le dis, les amis, on est mal barré ! Mais comme l’homme providentiel n’existe pas, il faudra faire avec ce qu’on aura sous la main…

Ce n’est pas une conclusion, mais un clin d’oeil comme on les aime à Gigaproduction (Tiens ! Qui finit en « on » aussi !):

actu1702_on

  1. Romera dit :

    Belle analyse. Eh bien oui, nous sommes foutus. Pauvres moutons caressés par des bergers qui agissent tels des loups affamés.

  2. oswaldo dit :

    Je te suis pas à pas dans ton analyse de la misérable situation politique dans laquelle se trouve notre pauvre pays.
    Sauf que je n’ai pas plus confiance dans Macronmégas que dans les autres.

    Alors, que faire ? Ne pas voter ?
    Non je ne peux pas fermer (volontairement) ma g…..
    Voter blanc ? Ce ne sera pas comptabilisé . Alors …………….?
    Ne pas perdre de vue qu’il ne faut pas laisser passer le FN.
    Il faudra peut-être se résigner a voter utile…. Quelle m……

  1. There are no trackbacks for this post yet.

Laisser un commentaire