Bis repetita placent pour les à-peu-près !

Depuis Mai dernier, j’ai eu le temps de vous mitonner la vingtaine habituelle à laquelle s’ajoutent la paire d’à-peu-près de gens célèbres!

20161120alimentsboissons_01

« D’vant un monceau d’radis, Adam v’nait de s’installer,
Quand, avec sa chèr’femme, on l’pria d’s’en aller :
Adam et Eve chassés du tas d’radis. »
Eugène Rimbault (1880-1952)

Rappel: Si « l’astuce » n’est pas évidente, vous avez l’explication en gras. Si ce n’est pas de moi, je précise « connu ».

Nouveauté: Sur la même astuce, vous trouverez deux fois des « Variantes ».

On a perdu le compte de nos excursions,
Jadis tu t’esclaffais des oublis des saisons…
Olé ! Avant, tu riais de marches perdues.
(Les aventuriers de l’arche perdue)

A quoi Wonderwoman doit son air débrouillard ?
A siffler la demi-douzaine de pinard !
L’habile Wonder ne suce que six longs Sancerre.
(La pile Wonder ne s’use que si l’on s’en sert!)

De Ribery, cette réplique admirable :
A un ami qui lui prêtait un portable,
Refusant de le rendre, il martelait :
« Donner c’est donner, repeindre ses volets ! »
(Donner c’est donner, reprendre c’est voler. Connu)

Sur la tête, il reçut l’instrument à Patna
Cherchant comment il avait pu atterrir là.
Pourquoi viens-tu sitar ?

Tes avis sur Thérèse la dévalorisent,
Elle n’est ni radasse, ni un thon qu’on méprise:
Faut pas prendre Thérèse pour une raie alitée.
(Faut pas prendre tes rêves pour une réalité.)

C’était plus fort que lui, il fallait qu’il dénombre,
En lisant son journal, les drames les plus sombres.
Il s’émerveillait des comptes de faits.

L’évangile selon Saint Glinglin nous proclame
Ce que devint Lazare au sortir du tombeau :
C’est qu’il vécut encore seize ans, traînant sa peau,
Avant de définitivement rendre l’âme.
Lazare et l’année XVI cités.

Vous n’avez pas trouvé ? Alors variante :
On a redécouvert une fable oubliée,
Confrontant un reptile commun de nos murs,
A Dame Cadichon qui s’échauffait très dur :
Le lézard et l’anesse excitée.
(Le hasard et la nécessité, de Jacques Monod)

Tout l’Occident chouchoute les fils d’Ismaël,
Négligeant l’état qu’il a créé : Israël.
En fait, on est en train de mettre la charia avant l’hébreu. (connu)

Chouf ! Elle respectait tous les rites islamiques,
Mais pour se maquiller, en de sombres boutiques,
Elle achetait du très mauvais noir pour ses yeux.
« Halal s*l*p*, va laver ton khôl malpropre,
Car il n’est pas propre tirALIre,
Car il n’est pas propre tirBABA ! »
(Réservé à ceux qui possèdent bien leur répertoire de chansons paillardes)

20161120alimentsboissons__02

Nazi profond jusqu’au bout des orteils,
Dont les mains se levaient au moindre « Heil ! »
La « race des seigneurs », ses amis proches,
Aryen dans les mains, aryen dans les boches.

Variante : Laid allemand se baignant à Francfort,
Parmi les affreux, il est le plus fort :
Aryen dans le Main, aryen dans les moches.

Toute sa vie il avait fait le beans !
Avec son Lévi Strauss, natif de Gênes,
Parcourant le monde et ses indigènes :
Les tribulations d’un gênois en jeans.

Après le spectacle, les épaulards
Simulaient d’être veufs et non-fêtards :
Les faux deuils d’orques restent !
(Les fauteuils d’orchestre)

Mes rêves : Zorro, Batman et autres noires troupes,
Je languis le coucher pour les voir à la loupe.
J’irai revoir les sombres héros par les lentilles.

Elle était zoophile et harpie de surcroit,
C’est en se faisant Rex que son corps resta froid.
C’est orgasmiquement que tous deux ont péri,
Car les méchants, toujours, sont chiennement punis.
« Et rosse elle a vécu ce que vivent les rosses, les spasmes d’un mâtin. »

Lançant sa demie-douzaine de javelots,
La sportive perdit, et fondit en sanglots.
Six lances de l’amère.

Les pistes de « A » à « G » étaient praticables ;
Au delà, un gros gel les rendaient inskiables !
La glace à la piste « H ».

Bras nus, et voulant faire une bonne lessive,
J’usais d’une nettoyeuse trop agressive.
La mousse tache deux bras sains.
(La moustache de Brassens)

Dans les foires ibériques, ce juif anémié
Avalait des épées, noircissait du papier…
L’avaleur Nathan, pâle hombre, dessinait.
(La valeur n’attend pas le nombre des années)

20161120alimentsboissons__03

Vous êtes maintenant habitué aux deux derniers distiques dont la « chute » n’est pas de moi:

Le convoi des pionniers passe dans la prairie ;
De ma hutte, je me vois cherchant des calories.(GC)
Le poêle à bois et la caravane passe (Léo Campion)

L’amant de Proust, je le dis tout net,
Est charmant, désuet et tapette. (GC)
Reynaldo Hahn a fait « Ciboulette »,
Avec son « Mozart », cela fait sept ! (Willy)

20161120alimentsboissons__04

 

  1. Oswaldo LONG dit :

    Certains jeux de mots trop gentils sont indigestes:

    « les câlins bourrent »

  2. Romera dit :

    Des maximes revisitées avec bonheur et facétieuses à souhait. Du grand art. Sincèrement. Avec admiration.
    Jean-Claude Roméra

  1. There are no trackbacks for this post yet.

Laisser un commentaire