Josse endormi

manif_01

Josse était endormi.
Il avait tout le jour livré des fûts de bière
Et ce soir il souffrait très fort de ses lombaires.
Près de lui, cependant, la très douce Aglaé,
Son épouse chérie demeurait éveillée.
On était Samedi, et ce jour, bien souvent,
Les époux se mignotent et prennent du bon temps,
Se font mille caresses et autres tendretés
Afin de  parvenir  à la félicité.
Mais ce soir Aglaé, malgré sa grande envie
Fut privée des effets qu’apporte le déduit,
Du fait d’un partenaire ronflant à ses cotés
Et ne se souciant point de sa belle moitié.
Celle-ci aurait pu, de ses doigts besogneux
Palier l’inconvénient en se touchant un peu,
Mais elle répugnait à telle palpation
Préférant les assauts d’un sexe en érection.
Elle songea alors qu’en la chambre à coté,
Logeait un sien neveu qu’elle avait hébergé,
Un gracieux jouvenceau beau comme Cupidon
Et qu’elle imaginait comme un fier étalon.
Aglaé s’élança d’une bouche gloutonne,
Vers la flaccidité de la bite mignonne,
Mais cet adolescent, cet éphèbe aux yeux verts
Refusa le cadeau qui lui était offert,
Car le beau damoiseau pareil à Apollon
Etait plutôt porté sur les jeunes garçons
Et le corps somptueux de la belle Aglaé
Ne provoquait en lui  aucune avidité.

Aglaé ce soir-là pour calmer ses ardeurs
Accepta le recours d’un index vengeur
Raimondo – 2014

Laisser un commentaire