Archive for août 10th, 2012

Actu-m’en diras tant! Août 2012

Posted in Actualités & hors-série on août 10th, 2012 by gerard – 1 Comment

Les titres de l’Actualité auxquels vous avez échappé (« Personne n’obligera le pot de terre à taire ce que se permet le pot de fer de faire » (Jean Brasier 1910-2003):

1/ Jospin-Bachelot ou Copains-coquins : Lepéteux a désormais un nouveau qualificatif : le « renégat » (cf « Je me retire de la vie politique » 21 Avril 2002). Quant à la rombière, il faut se souvenir du formidable coup de pouce qu’elle donna à ses petits amis de l’industrie pharmaceutique (d’où elle venait) en leur commandant des millions de vaccins anti-grippe… Et ce sont ces deux assholes (Désolé ! Même en cherchant bien, je n’ai pas trouvé de déterminatif plus idoine!) qui vont piloter une mission sur _ tenez-vous bien ! _ la moralisation de la vie politique !

2/ Aphorismes de vacances : « Notre monde parviendra un jour à un raffinement tel qu’il sera aussi ridicule de croire à un Dieu qu’aujourd’hui de croire aux fantômes. » Georg-Christoph Lichtenberg

« Je t’aimerai, le temps de voir dans ce grain de beauté une verrue. » Jules Renard

3/ Revue politicienne inspirée par Monsieur Brassens ( http://www.youtube.com/watch?v=HFg2Ja6fVvk ) : Les 2 premières strophes sont d’Adhémar, j’ai embrayé sur la suite.

Quand je pense à Hollande, je débande, je débande

Quand je pense à Sarkozy, je débande aussi.

Quand je pense à Ségolène, mon dieu je bande à peine

Quand je pense à Lebranchu, là je ne bande plus !

 

Quand je pense à Marine, je ne sens plus ma pine,

Quand je pense à Ayrault, j’ai rien d’un taureau !

Quand je pense à Fabius, j’ai le coïtus interruptus,,

Quand je pense à Taubira, je ne bande pas !

Quand je pense à Rotweiler, j’ai pas la bite en l’air !

 

Quand je pense à Duflot, je n’suis pas au plus haut,

Quand je pense à Filipetti, mon sexe est sans appétit,

Quand je pense à Peillon, j’en ai mal aux roustons,

Quand je pense à Montebourg, Ô combien je débourre !

 

Quand je pense à Sapin, j’en ai pas mal aux mains,

Quand je pense à Hamon, pourquoi bander pour un c.. ?

Quand je pense à Carlotti, plus question de touche-pipi,

Quand je pense à Copé, moi je pense à co-pine !

 

Quand je pense à Harlem Désir, mon bassin a le tracsir,

Quand je pense à Valls, mes noix se font la valse,

Quand je pense à Bartolone, je n’en fais pas des tonnes !

Quand je pense à Bayrou, on n’peut que bander mou,

 

Quand je pense à Belkacem, mon popaul est tout blême,

Quand je pense à Collard, mon v.. reste peinard,

Quand je pense à Benguigui, là je bande à demi.

Penser à Moscovici me fait partir d’ici !

Hors-série: Spécial Culture-Marseille-2013 05

Posted in Actualités & hors-série on août 10th, 2012 by gerard – 2 Comments

Pas trop de boniments pour ce hors-série, seulement deux « histoires marseillaises » qui, malheureusement, sont véridiques.

1/ Anecdote ancienne authentique :José D’Arrigo était journaliste au « Méridional », c’est lui qui a fait (et qui fait toujours) de remarquables gloses sur le milieu marseillais. Un jour « Le « Méridional » et « Le Provençal » ont fusionné pour ne plus former que « La Provence »… Bon, jusque là, rien à dire, le talentueux journaliste continuait à bien faire son boulot, toujours spécialisé dans les affaires criminelles. Mais voilà-t-il pas qu’un beau matin, il se permit de commettre un article sur un sujet complètement différent : La rénovation de la Canebière. Comme bon nombre de marseillais, il faisait ce constat évident : l’artère-reine de la ville ne ressemblait plus à rien, c’était un fiasco complet. Ce qui « marchait » à Aix, par exemple, tournait au désastre chez nous. La mayonnaise n’avait pas « pris ». Oh Bonne Mère ! Qu’avait-il fait là ? Quel épouvantable crime de « lèse-maire » avait-il commis ! Monsieur Gaudin, très vexé, se rendit en personne dans le bureau du Directeur de « La Provence ». Là, il mit dans la balance le poids considérable d’une campagne publicitaire fort coûteuse contre l’éjection de D’Arrigo. Le pauvre Directeur, toujours à la recherche de subsides, n’hésita guère et congédia rapidement le journaliste. Pas de vague, tout en douceur, Jean-Claude Gaudin était parvenu à ses fins : Que voilà un bon démocrate défenseur de la liberté de la presse ! Il semble certain qu’il ignore superbement cette chanson d’Aznavour « Délit d’opinion » : http://www.youtube.com/watch?v=PBTVnFXAyt0

2/ Anecdote récente authentique (ou grosse gaffe!) : La semaine du 1er tour des législatives 2012, « Le Nouvel Observateur » avait mis Marie-Arlette Carlotti en couverture. Le Maire de Marseille jugea que c’était un abus médiatique et, de sa propre initiative et sans concertation aucune, fit prendre, par l’intermédiaire de gens obséquieusement dévoués (Bruno Gilles et Martine Vassal _ Quel nom prédestiné ! _) un arrêté municipal pour interdire l’exposition, aux devantures des kiosques et commerces de journaux, dudit hebdomadaire dans la circonscription où elle postulait à la députation contre le « surcouvé » chouchou Renaud Muselier. Il aurait reçu un satisfecit de Kim Jung-Un qui aurait déclaré : « Voilà un démocrate comme nous les aimons ! Ce monsieur sera toujours le bienvenu en Corée du Nord, terre paradisiaque pour une liberté d’expression comme le conçoit Jean-Claude Gaudin ! » La Ministre en charge des personnes handicapées ferait bien de s’occuper d’un certain empêché du bulbe dont le bureau donne sur le Vieux Port…Autre nota bene: A propos de cagoles, de kéké-mias et de parodies « ras-des-pâquerettes », cette daube affligeante, quasi digne d’Oulibouf, devrait vous faire passer un bon moment pour peu que vous preniez une attention particulière aux paroles: http://www.youtube.com/watch?v=H-IU6IYM800 (Attention ! Il y a une suite après le mot « Fin »)