Actu-m’en diras tant! Août 2011

Quelques pensées pour bien passer l’été :

1/ Ne pas confondre élection dans l’allégresse et érection dans la négresse ! Adhémar

Les pieds en éventail, au bord de la grande bleue, j’ai lu les deux livres ci-après. Je vous ai concocté un digest pour votre divertissement.

2/ « Les euphorismes » Grégoire Latour :

« C’est pas les frites qui font grossir, c’est la bière qu’on boit avec ; c’est pas l’amour qui fait souffrir, c’est les femmes qu’on prend avec. »

« Je crois réellement à la possibilité d’une amitié entre un homme et une femme ; surtout si la femme demande qu’on lui fasse l’amour, par amitié. »

« Le droit d’expression est à l’individu ce que la braguette est à l’exhibitionniste. »

« Il faut savoir se désengluer du miel trompeur des souvenirs d’enfance. »

« Les rapports hommes/femmes : désironie contre virillusion. »

« Un seul être vous manque et tout est comme avant. »

« Le plus beau cadeau que je puisse faire à une femme c’est de lui pardonner tous mes défauts. »

« Les femmes ont un sixième sens, les hommes ont un don de double vie. »

« L’enthousiasme communicatif de certains peut venir gravement perturber le plaisir hypocrite que procure une déprime soigneusement entretenue. »

« Le plus grave reproche que je puisse faire à une femme qui me quitte, c’est de ne pas me manquer. »

« Pour une femme, la mort du mari c’est quelque chose de veuvifiant. »

« L’efficacité des minorités agissantes repose le plus souvent sur l’inertie des majorités somnolentes. »

« Certains auteurs se regardent écrire avec délectation sans se soucier d’avoir quelque chose à dire. Un peu comme un architecte qui tomberait amoureux de ses échafaudages. »

3/« Heureux les fêlés… car ils laissent passer la lumière»- Michel Audiard :

« La Provence est une aventure personnelle. Elle ne reprend de réalité qu’à partir du moment où on s’en éloigne. »

« Ce qu’il y a de meilleur dans l’homme, c’est le fada qui sommeille. »

« Sur les vieilles cartes postales je remarque surtout les immeubles qui ont disparu. Et, sur les anciennes photos de classe, les élèves qui sont morts. »

« Le dérisoire cesse de l’être dès qu’on ne le prend pas au sérieux. »

« Le gène du sans-gêne ne mérite pas la gégène. »

« Rien n’est acquis définitivement à l’homme : ni sa force ni sa faiblesse, ni son intelligence ni sa connerie. »

« Il faut se rendre à l’évidence : plus l’intelligence progresse, plus la connerie se développe. »

« Il est du con comme le cholestérol : il y a le bon et le mauvais. »

« On juge un pommier à ses pommes. Un homme politique à ses poires. »

Laisser un commentaire