Exemple d’apologie de Culture Générale

Vous savez, en dehors du blog, la vie continue… Tenez, le 9 Octobre dernier, je reçois en e-mail le fichier ci-après (il n’est pas nouveau, je l’avais déjà vu il y a une paire d’années, comme vous, sans doute…):  

apo01  

Bof! Je le répercute à mes correspondants le lendemain à 00:58 avec ce commentaire ultra-banal et qui, normalement, ne prêtait pas à polémique (Victor):  

Soit, je veux bien, mais si l’un d’entre vous connaît l’appeau qui attire les billets de 500€, j’suis preneur!    

Ce même 10 Octobre, vers 10 heures, j’ouvre un courrier de M. posté à 8:12:  

Je suis toujours douloureusement déçu de te voir dans une impasse culturelle. Cette histoire semble purement fantaisiste, elle est pourtant réelle, ou peu s’en faut. Elle se passe en réalité en 1235, pendant la croisade dont j’ai oublié le numéro (mais je crois me rappeler qu’il finit par « ième »). Le lieu est Ephèse, en Asia Minor. On dit par là-bas non pas l’appeau d’Ecouille mais, très chauvinement, l’appeau d’Ephèse. L’expression a exactement le même sens.  

apo02  

Je transfère aux correspondants, à 11:18, avec un ch’tit commentaire:  

Mon ami M. a sainement réagi à mon envoi de Culture Générale:   

« Je suis toujours douloureusement …l’appeau d’Ephèse… »   

C’est toujours un ravissement de voir qu’il y en a qui suivent… Je me suis aussitôt penché sur mes vieux incunables et… tadââââm!… J’ai trouvé encore plus ancien! Les bantous de l’Afrique Orientale parlaient (et parlent encore ) le swahili. Dans la chasse à l’impala cendré, ils utilisaient un appeau spécial, uniquement partagé par ceux qui étaient d’ici, je veux dire de la région, mettant « in the wind » les autres ethnies qui revenaient toujours bredouilles. Elles cherchèrent longtemps comment dérober aux bantous le secret de cet appeau merveilleux, mais ces derniers se gardèrent bien de lui donner un nom spécifique. Ils se contentaient, devant les oreilles indiscrètes, de l’appeler simplement « l’appeau d’ici ». Et comment dit-on « ici » en swahili: huku!!! ( http://fr.wiktionary.org/wiki/huku )  

Bonjour chez vous!    

Mais ça ne s’arrête pas là; dans la foulée, M. me rétorque à 11:31:   

J’entends bien ce que tu expliques. Mais méfie-toi des légendes locales. Dans le Lot-et-Garonne aussi, ils disent avoir inventé un appeau génial. A Moncuq, plus précisément. Voir les détails à http://www.dailymotion.com/video/xg6lz_la-ville-de-moncuq_fun:   

A 11:56, je lui réponds:  

Soit, mais sais-tu que beaucoup de philippins ont émigré en Australie pour avoir des conditions de vie meilleures, certains prénommés Rhygen ( http://www.facebook.com/people/Rhygen-Solon-Paalisbo/1383221039 , http://profiles.friendster.com/72753665 , http://www.geograph.org.uk/photo/513176 , http://www.cellular-support.com/member.php?u=13385 , etc ) sont passés maîtres dans la fabrication d’appeaux. Ils trustent maintenant le marché mondial, tant sont devenus célèbres les appeaux Rhygen d’Australie.   

On croyait pouvoir vaquer tranquillement à nos petites affaires… Mais c’était sans compter avec l’ami Adhémar, qui rompt le silence radio à 16:06 avec:  

Que dire alors des incas ???  

Les dieux chez eux s’appellent Apos (d’autres disent Apous, écrit Apus en espagnol).  

Exemple : Apurimac = la rivière des dieux.  

Le premier chef des Incas, avant même les rois légendaires, répondait au doux nom de famille de Duzob (voir les tablettes de Pachacamac, colonne 19, à gauche en sortant).  

En souvenir de sa gloire passée, les indiens de l’altiplano ont donné son nom à une  

montagne, l’Apo Duzob, située pas loin du Cotopachi (dans la colle).  

Un poète inca, dont j’ai oublié le nom, a même composé un poème linéaire sur cette  

montagne, et il l’a intitulé « L’Apo linaire ».  

On chante encore, lors des cérémonies sacrées du formatage de l’anus***, qui s’effectue à la Saint Cucufa, du côté de Machu Piksou, des strophes de ce fameux poème qui célèbre les dieux incas. Ce sont les Apo strophes.  

Et que dire (encore !) de la barque sacrée des dieux inca, l’Apo Calypso ?  

Tout cela finira par me donner l’Apo plexi (glass). Et pourtant je n’ai parlé que des Incas, et non de leurs voisins et ennemis, les Incas Pables.  

Salamaleks quechuas.  

Adhémartica K.
*** il s’agit d’un rite de passage à l’âge adulte, pratiqué seulement sur les petits garçons, vers l’âge de sept ans (une sorte de première communion).
   

Préférant l’apophtegme (plutôt que l’aposiopèse), je transfère, une fois de plus, dans la soirée, ce qui vient d’être dit avec quelques mots d’accompagnement:  

…j’observe que, parmi ces Dieux, Adhémar a omis l’Apo Pocatepetl…  

 Et je signe: Apo Lazaridès   

M. , le 11 octobre, renchérit:  

« Le Monde du Silence », film culte du Commandant Couche Tôt, n’est pas du tout uncut. Parmi les rushes qui sont partis à la poubelle, certains concernent l’inoubliable Jojo le Mérou. Ce célèbre et sympathique ostéichtyen n’est pas venu spontanément folâtrer dans le champ des caméras sous-marines. Eh non  ! Il y a été attiré par un appeau particulièrement ingénieux, réalisé en peau de pétomane à fourrure (*). Cet appeau émet de douces flatulences qui attirent le mérou, animal curieux s’il en est. Donc, l’appeau de mérou pète. Mais la peau devenue l’appeau continue à développer sa pilosité longtemps après la mort de l’animal (n’oublions pas qu’il s’agit du pétomane A FOURRURE ). Or ces poils rendent  médiocre la qualité sonore des pets. Il faut donc les tondre et rendre l’appeau lisse. Et j’ai ainsi le plaisir de vous apprendre que l’appeau de mérou se tond.   

Espérant avoir par cette communication contribué à la diffusion de la culture universelle, celle qui ne réduit pas à la cuisson, je vous souhaite la bonne nuit.  

M.   

(*) Aucun pétomane à fourrure n’ayant été vu depuis longtemps et même plus, il est à craindre que  l’espèce n’en soit éteinte au moment où nous mettons sous presse. C’est triste, non ?  

Adhémar rajoute une couche le 12 Octobre:  

On ne sait trop ce qu’il faut admirer le plus : l’immense culture… que dis-je?  plutôt la prodigieuse érudition de notre ami M. ou bien la finesse de ses analyses sémantico-foutrifiques.  

Ah! Saussure et Vermot doivent frétiller dans leur tombe***, s’ils ont connaissance des monuments linguistiques produits pas ses disciples !!!  

Bravo ! bravo !
Votre humble élève et admirateur,
  

Adhémariscos
*** Non, non, on ne les a pas mis dans la même tombe, il en ont une chacun.
   

M. semble conclure le 10 Décembre par:  

Le Maghreb se modernise,oserais-je même le dire : se technicise.  

Oui-oui ! Au Maroc, tous les gens branchés ne parlent plus que de l’i-pod de Fèz, qui jouit d’un engouement universel malgré son prix hyper élevé.  

Ceci ne manque pas, bien entendu, d’ajouter un peu plus de confusion dans une controverse déjà assez obscure comme ça, où il était question d’appeau. Si en plus de ça, je vous dis que la darboukha se fait de plus en plus chère dans ces riantes contrées depuis que la peau de Fèz voit son prix grimper …  

Heureuse oasis dans ce délire monétaire inflatoire, le pouvoir d’Aïcha reste stable. Ouf !  

napomad  

C’est-y pas beau ça mes loulous ? J’me suis dit:  « V’là qui mérite d’être publié au blog! »… Vous le voyez, ce n’est pas difficile de faire se soulever les commissures des lèvres vers le haut!   

En voici 3 autres, tout aussi appeaux-minables:  

1/ La trop fameuse Police de la Sécurité d’Etat de l’ex-RDA avait trouvé un leurre efficace pour attraper tous les déviants pro-occidentaux. Elle émettait des musiques des Beattles, d’Elvis Presley et autres Bob Marley en donnant rendez-vous aux accros desdites mélodies dans des lieux soit-disant idoines pour faire la teuf’.. Sur place, il n’y avait plus qu’à boucler le périmètre, tondre ces renégats pro capitalistes et les envoyer à l’usine bosser gratos, encadrés de kappeaux, pour Erich Honecker. Ah là là! Combien y en a-t-il qui ont dû renoncer à leur foi « rock’n roll » et qui se sont fait posséder par l’appeau Stasi?   

2/ Grâce à des travaux pointus de triangulation archéologique Aubagne-Vidauban-Marseille, Adhémar, M. et votre serviteur avons retrouvé le seul, le vrai et l’unique appeau long du Belvédère, ridiculisant du même coup la pâle copie du musée du Vatican:  

apo03  

3/ De la même façon, les héritiers de Jean Giraudoux nous ont autorisé exceptionnellement la consultation inédite du fonds d’archives du Maître. Après une étude attentive de monceaux de documents, nous sommes finalement tombés sur la source d’inspiration d’une de ses plus célèbres pièces: l’appeau long de Bellac:  

apo04  

PS: Ai-je besoin de préciser que nous espérons beaucoup de commentaires à cet article (même si c’est pour nous faire l’appeau)? Plus vous serez à nous faire connaître vos calembours, mieux ce sera. Nous finirions ainsi dans une sorte d’apo… théose quoi!  

Le 8 Avril 2010, Michel nous câble ceci: INCROYABLE ! ! !   INESPERE ! ! !  (1)
 
Nos équipes de recherches et investigations nous ramènent des infos qui vont faire date.
La controverse rebondit ! L’appeau n’aurait pas été créé à Ecouilles ni à Ephèse. Non : à ce jour, deux écoles s’affrontent. L’une parle de l’appeau d’Orange, en France, l’autre tient pour la Mongolie, où l’on parle de l’appeau de la yourte. Qui croire ? 
 
(1) …et non pas Inès Pérez

  1. dalaï lama dit :

    J’ai enfin connu le satori, brâce à la lecture de toutes ces couillonnades !
    Ma Sainteté Grisbik Rempoché Fissa

  2. titeuf dit :

    A po’ tout compris!

  1. There are no trackbacks for this post yet.

Laisser un commentaire