Raimondorama 56

Posted in Oulibouf on janvier 20th, 2021 by gerard – 4 Comments

L’oncle Adalbert
Emma avait senti une main baladeuse
Caressant tendrement sa croupe généreuse :
C’était l’oncle Adalbert, un tonton très coquin
Qui sur tous les fessiers, laissait errer ses mains.
Ses nièces ne prisaient pas toujours ces touchers
Et même quelquefois pouvaient se rebeller :
Une tape légère rappelait à l’intrus
Que l’on n’appréciait pas ses gestes incongrus.
Emma était docile, et de l’oncle Adalbert
Acceptait qu’il en vienne à toucher son derrière
Et même quelquefois lui laissait retrousser
Son jupon pour aller dénuder son fessier.
Emma envers cet oncle avec qui autrefois
Elle avait partagé de succulents émois,
Eprouvait de l’estime, et trouvait anodin
Ces gestes doucereux sur tous les culs féminins.
Elle gardait d’autrefois les fervents souvenirs
De ces jours merveilleux et remplis de plaisirs
Où tous deux conjuguaient les temps du verbe aimer.
On échangeait alors caresses et baisers,
Puis on se dénudait on s’offrait sans pudeur
Un sexe qui soudain rayonnait de bonheur ;
On trouvait pour jouir de tendres positions,
Tel le renversement du joyeux marmiton,
Le galop déchaîné de la noble troyenne
Ou le couplet charmant d’Elena la romaine.
Que ce soit au présent, au futur, au passé,
De ce beau verbe aimer, ils ont tout conjugué.
Mais hélas aujourd’hui cet oncle octogénaire
N’a plus, en ses vieux jours, la bite de naguère
Qui alors se dressait, au vu d’une nymphette,
Et prenait de l’ampleur pour lui faire la fête ;
C’est pourquoi désormais il doit se contenter
De ces gestes innocents sur de jeunes fessiers.
Raimondo – 2020

Beau damoiseau
Ce jour là Tante Emma était bien tristounette :
Depuis longtemps déjà elle manquait de quéquette
Et sentait une envie, un désir insensé
De se trouver enfin une bite à sucer.
Certes elle avait œuvré d’un doigt compatissant
Afin de provoquer un orgasme charmant
Mais cette grande envie de sucer la quéquette
Etait jusqu’à ce jour restée insatisfaite.
Elle avait vainement attendus ses amis,
Ses neveux n’étaient point venus en son logis,
Et ses oncles chenus ne briguaient plus alors
Ces jeux qui autrefois animaient leurs transports.
Pour calmer son tourment elle s’alla promener
Dans les bois attenant qui bordaient la cité,
Là, le souffle du vent bruissant dans les feuillages,
Le babil des oiseaux au délicieux ramage,
Apportèrent alors à Emma esseulée
Un soupçon de quiétude et de sérénité.
Mais ce qui la calma et combla son attente
Ce fut cette rencontre on ne peut plus troublante
Celle d’un damoiseau qui lors passait par là
Et fit un grand sourire à la gracieuse Emma.
La suite se devine, ils ont sympathisé
Et Emma réjouie s’est laissé courtiser ;
Elle a offert son corps à des mains fureteuses,
Succombé aux baisers de lèvres savoureuses,
S’est laissé envahir par de douces caresses
Sur ses seins généreux et ses pulpeuses fesses,
Jusqu’au suprême instant où elle a dénudé
Le sexe turgescent de ce beau sigisbée
Et que l’ayant happé dans sa bouche brûlante
L’a longuement sucé de façon insistante,
Sans jamais se presser en prenant tout son temps,
Jusqu’à faire surgir un chaud jaillissement.

Et durant quelques jours les bois ont résonné
Des clameurs de plaisir de leur tendre hyménée.
Raimondo – 2020

Augustin

Dans le fond de l’enclos, sous les rhododendrons
Tante Emma se faisait  mignoter les tétons.
Elle avait entrouvert les pans de son pourpoint
Offrant à son neveu ses magnifiques seins.
En voyant ces splendeurs, le bel adolescent
Laissa errer ses doigts sur les globes charmants,
Et suça tendrement les aréoles brunes
Qui s’érigèrent alors sous les lèvres opportunes.
Durant de longs instants avec aménité
Augustin fit la fête à ces rotondités
Et Emma sous l’effet de ces tendres caresses
Sentit monter en elle une vive allégresse,
Et le souhait d’accueillir en son intimité
L’apaisante venue d’un beau sexe érigé.
Elle guida le neveu, encor un peu novice,
Se montra avec lui fidèle initiatrice,
Recueillit ardemment ce membre convoité
Qui s’anima bientôt avec célérité.
Et l’exquis va-et-vient de la bite vaillante
Fit exulter bientôt cette gracieuse tante
Qui poussa le grand cri de la femme comblée
Alors que le plaisir s’en vient la submerger.
Etroitement soudés ils attendirent alors
Qu’une nouvelle envie  envahisse leurs corps
Et que la fête enfin puisse recommencer
Dans les furieux sursauts d’une ronde effrénée.

Raimondo – 2020

Actu-m’en diras tant Janvier 2021

Posted in Actualités & hors-série on janvier 10th, 2021 by gerard – 2 Comments

D’abord, du conventionnel, du presque académique… du normal, quoi !

Et, pour finir, nous n’oublierons pas combien ce bizarre Président (Trump) et ces non-moins bizarres supporters Républicains (manifestants du 6 Janvier) nous interpellèrent dans les années qui viennent de s’écouler. Ils ont bien mérité un petit extra en ce mois où notre inénarrable Donald devrait disparaître au placard :

Bonus Tintin

Trouvé sur le web :Production perso :

Hors-série : Les seniors 01

Posted in Actualités & hors-série on janvier 10th, 2021 by gerard – 2 Comments

Blagues Janvier 2021

Posted in Actualités & hors-série on janvier 1st, 2021 by gerard – 2 Comments

Raimondo et moi, nous vous réitérons nos voeux les plus chaleureux pour 2021, avec LA SANTE en priorité, et un complet épanouissement dans votre famille proche. Que la nouvelle année chasse le plus vite possible cette cruelle pandémie !

Hors série : Qui a pété ?

Posted in Actualités & hors-série on janvier 1st, 2021 by gerard – 2 Comments

Jadis, ces images servaient d’accompagnement au lien d’un clip BombayTv. Aujourd’hui, je vous ai fait un regroupement en un H-S.

Fêtes de fin d’année 2020

Posted in Actualités & hors-série on décembre 20th, 2020 by gerard – 2 Comments

Well, well, well, cette fois on ne va pas vous souhaiter le Joyeux Noël et une année 2021 pleine de richesse, de satisfactions professionnelles ou de Grand Amour… Non, non et non ! Un seul voeu, mais il est vibrant de sincérité : Raimondo et moi vous souhaitons UNE BONNE SANTE, point barre !

Raimondorama 55

Posted in Oulibouf on décembre 20th, 2020 by gerard – 1 Comment

Adalbert
Emma sentit soudain une main cajoleuse
Caressant tendrement sa croupe généreuse :
C’était l’oncle Adalbert, coquin de la famille,
Et coutumier du fait sur les fesses des filles.
Ce geste n’était pas toujours le bienvenu
Et certaines parfois giflait ce malotru,
Qui osait déposer ses viles mains impies
Sur cet endroit précis de leur anatomie.
D’aucunes s’esclaffaient mais ne refusaient pas
Ce geste gracieux sur leurs pulpeux appâts,
Car elles étaient ravies que leur joli fessier
Soit digne d’attention et puisse être apprécié ;
On n’allait pas plus loin, un sourire complice
Montrait qu’on acceptait ce geste sans malice.

Or donc, Emma sentit une indiscrète main
Caresser tendrement son gracieux popotin
Et reconnu bientôt à la façon de faire
La courtoise attention de son oncle Adalbert.
Tous deux savaient très bien que leur complicité
Remontait à des faits venus du temps passé.
Emma avait vingt ans lorsqu’elle rencontra
Ce fringant cavalier au service du roi ;
Il était fort bel homme, il sut la subjuguer
Par ses propos galants et son verbe enflammé ;
Elle ne résista pas, se laissant emporter
Par ses tendres caresses et par ses chauds baisers.
Ils vécurent alors des moments merveilleux
Et Emma, de l’amour, découvrit quelques jeux,
Tel l’assaut du hussard dansant la farandole
Ou les joyeusetés de la blonde créole,
Le cricri du hibou et celui de la chouette,
Tous ces gestes fleuris qui vous mettent en fête.
Cela ne dura pas car le beau militaire
Se devait avant tout d’aller faire la guerre.
Cependant quelquefois lorsqu’ils se retrouvaient,
Quelque heureux souvenir en l’esprit leur venait :
Une main s’égarait et Emma toujours belle
Allait en un instant devenir jouvencelle.
Raimondo – 2019

Gédéon
Tante Emma haletait ; son neveu Gédéon
Mignotait tendrement son tout petit bouton
Et elle sentait venir sous l’ardente caresse
Le moment délicieux où surviendrait l’ivresse.
Tout avait commencé lorsqu’Emma la coquine
De ce jeune neveu, lui dénuda la pine,
Et délicatement d’une moelleuse main
Se mit à l’exciter par de lents va-et-vient.
Gédéon apprécia cette amabilité
Et se mit, à son tour, pour la remercier,
A fourbir tendrement cette toison pileuse
Qu’il souhaitait éveiller de sa main amoureuse.
Emma s’ouvrit alors afin de recevoir
Le plus tendre baiser qu’on puisse concevoir,
Cette intime douceur qui ravit les amants
Et les mène toujours à l’orgasme brûlant ;
Elle cria son bonheur et versa une larme
Tant son corps exultait sous l’effet de ce charme,
Elle feula longuement caressant à loisir
Le corps de cet amant qui lui donnait plaisir,
Puis avec complaisance lui fit la douce offrande,
Sur son vit érigé d’une bouche gourmande.
Raimondo – 2020

Souvenir
Tante Emma suçait Paul et sa main guillerette
Caressait tendrement les rondes coucougnettes.
Bien sûr ce qui devait arriver, arriva
Après un court instant, le vit éjacula
Et Tante Emma reçu avec un vrai bonheur
En sa bouche ravie la très chaude liqueur.
Emma ne cachait point le plaisir évident
Qu’elle prenait chaque fois pour combler ses amants.
Déjà durant l’enfance elle avait pris le pli
De divertir ainsi ses cousins et amis
Mais ce n’était encor qu’un jeu bien innocent
Dont on connu plus tard les effets saisissants ;
Avec le temps qui passe, les garçons ont grandi
Et les vits à ce jeu alors ont réagi :
De flasques qu’ils étaient, ils se sont érigés
Et la sève d’amour ils ont éjaculée.
Ce fut le grand début d’autres amusements
De gestes peaufinés et remplis d’agréments,
Qu’ils ont renouvelés avec beaucoup d’ardeur
Heureux de découvrir de nouvelles saveurs.

Tante Emma ce jour-là, en suçant son neveu
Revit avec plaisir le moment merveilleux
Où sa bouche accueillit pour la première fois
La sapide liqueur de son cousin Eloi.
Ils vécurent alors un fabuleux moment
Qui demeure en l’esprit toute une vie durant.
Raimondo – 2020

Actu-m’en diras tant Décembre 2020

Posted in Actualités & hors-série on décembre 10th, 2020 by gerard – 2 Comments

Avec mes excuses pour avoir fait encore la part belle à Trump, mais que voulez-vous, il est source de tant de plaisanteries, et puis il devrait disparaître de l’actualité bientôt…

Bonus Tintin : Au hasard de mes visites sur le web, j’ai trouvé ce détournement d’une vignette tirée d’un album de Tintin :

Cela m’a fait sourire (surtout « cryptozemmourien ») et je me suis dit que je pouvais m’y mettre moi aussi… Et vous aussi, amis visiteurs, ça ne mange pas de pain, ça laisse libre cours au grand « n’importe quoi », alors n’hésitez pas à me faire parvenir vos élucubrations…

Hors-série Coronavirus 06

Posted in Actualités & hors-série on décembre 10th, 2020 by gerard – 2 Comments

La deuxième vague de la covid-19 a titillé l’imagination des internautes, y compris la mienne ! Je répète donc que ce qui suit est 100% perso.

 

Blagues Décembre 2020

Posted in Non classé on décembre 1st, 2020 by gerard – 2 Comments