Nouvel échéancier

Posted in Oulibouf on mars 1st, 2021 by gerard – 1 Comment

Une nouvelle programmation était inévitable. Voici ce qu’il m’a semblé possible de pérenniser dans les temps à venir, je n’affirme pas que je pourrai toujours tenir mes engagements, mais je ferai tous mes efforts pour y parvenir :

LE 1er DU MOIS : JADIS, il y avait là dix clips BombayTv (ou Remixito, ou d’autre sites aujourd’hui disparus) chaque titre comprenait un lien internet et une illustration avec souvent une thématique en rapport avec les 9 autres images; à noter que cela n’avait qu’exceptionnellement une relation avec le titre et le clip. Cela fait maintenant bien longtemps que BombayTv n’est plus actif et que les liens proposés sur le présent site sont inopérants à plus de 50% (Et beaucoup plus à l’heure actuelle avec le fait que flash-player soit devenu obsolète). C’est dommage, très dommage, je m’amusais bien… (Vous avez ici, si justement vous pouvez encore utiliser flash-player,  quelques clips qui sont restés dans les entrailles du web, allez savoir pourquoi : http://www.bombay-tv.net/index.php?module=competition&code=0e16848da6c76eef639e19543af1fa13 )

NAGUERE : On pouvait s’amuser de 12 blagues (ou comics) et d’un Hors-série de 10 images en général.

A PARTIR D’AUJOURD’HUI : Il n’y aura plus qu’UNE série de blagues, mais au nombre de 15.

LE 10 DU MOIS : JADIS, NAGUERE & A PARTIR DE CE JOUR, vous retrouverez une dizaine d’images liées à l’Actualité du moment. Avec Adhémar, nous nous divertissions beaucoup avec cette rubrique pourtant quelquefois pas facile à tenir. Cette dernière disparaît en Juillet et en Août, elle est remplacée par les bandes du Concours permanent. Comme d’habitude, s’y ajoutera un Hors-série de 10 vues ou un court article (rappelez-vous les Artisanes insanes de nos villages ou les Contes de la semaine de Raimondo). L’été sera peut-être aussi l’occasion de « liquider » les diptyques ou les comic-strips que je n’aurais su où caser, souvent à cause d’une thématique « orpheline »…

LE 20 DU MOIS : JADIS, c’était là un grand moment du site, c’était la place de l’ARTICLE ou du DOSSIER, le grand rendez-vous de l’école ouliboufienne. Tantôt Michel, Raimondo, Adhémar ou moi (et quelquefois, un panaché de deux ou plusieurs d’entre nous), nous pondions une méga-couillonnade souvent en vers, mais aussi en prose : thématiques diverses et avariées, reportages-bidons, divagations les plus farfelues, etc… mais aussi des Nouvelles (drôles autant que possible), des poèmes épiques(-épiques et colégram) et même du Théâtre… Si l’inspiration me venait, je ne renonce pas à produire un petit quelque-chose un de ces jours, j’ai bien dit « si »…

NAGUERE : Je dois le crier bien fort, à la disparition d’Adhémar, mon grand et bel ami Raimondo n’a beaucoup dépanné pour nourrir ce repère mensuel. Que ce soit en prose (Adalbert & Emeline, Viviane ) ou en vers (Tante Emma et autres), je ne sais ce que j’aurais fait sans ses talents d’écrivain-poète. Pendant des mois, il a alimenté densément cette rubrique avec régularité. Qu’il en soit remercié mille fois ! Ces dernières années, toujours en Juillet et Août, on aura pu trouver çà et là un H-S ou d’autres diptyques ou comic-strips pour soulager la pression sur Raimondo.

A PARTIR DE CE JOUR : Vous aurez une surprise le 20 Mars en découvrant une nouvelles héroïne (pour ménager encore un peu de « suspense », appelons-la « M » pour le moment) qui vous esbaudira _ je l’espère _ en une dizaine d’images. Oui, j’ai bien dit « images », toute relation en prose ou en vers est, pour l’instant, suspendue. Il y aura, dans la foulée, un autre H-S de 10 vues. A noter que la prestation de « M » pourrait de temps en temps disparaître, notamment quand le H-S1 du 10 du mois pourrait avoir un rapport avec deux autres Hors-Séries de ce 20 du mois (et que nous appellerons H-S2 et H-S3), je pense à l’Histoire, aux religions, les mariages, le cinéma, etc…

 

Blagues Mars 2021

Posted in Non classé on mars 1st, 2021 by gerard – 4 Comments

Raimondorama 57

Posted in Oulibouf on février 20th, 2021 by gerard – 3 Comments

Ciao Raimondo !

Ecco, e finita la comedia con le produzzione di Raimondo ! Ces deux dernières poésies étaient tout ce qu’il me restait, dans mes réserves, de la pourtant prolifique plume de Raimondo. C’est une journée triste, ne nous le cachons pas. Combien vont nous manquer son étincelante métrique, son infinie culture et sa flamboyante spiritualité empreinte d’une paillardise de bon aloi ! Merci mille fois pour ton aide, ami de la région parisienne, mais tu as bien mérité, largement octogénaire, de te reposer, entouré de l’affection des tiens. Respect et Amitié, prends bien soin de toi !

De facto, je me retrouve seul pour faire tourner la boutique. Je sais que mes appels à d’éventuels collaborateurs sont toujours restés lettre morte, il y a d’infimes chances pour que ça change aujourd’hui. Je vous expliquerai le 1er Mars prochain mon nouvel échéancier.

Eliacin
Emma aimait toujours malgré sa cinquantaine
Provoquer les garçons, courir la prétentaine,
Se montrer aguicheuse ; elle portait pour se faire
Des habits recherchés, des parures légères,
Qui mettaient en valeur dans un décolleté
Les splendides rondeurs de ses seins potelés.
Tous ses admirateurs, et ils étaient nombreux
Admiraient la beauté d’un buste généreux
Qui les faisait rêver et les poussaient parfois
A poser une main sur ces joyaux de roi.
Emma ne boudait pas ces tendres attentions
Mais refusait toujours les viles impulsions ;
Et c’est ainsi qu’un soir, on fêtait la Saint Jean,
L’oncle Jules, soudain et sans ménagement,
Posa ses mains impies sur les rondes beautés
Sans mettre de douceurs ni le moindre doigté.
Emma ne prisa point cette façon de faire
Et claqua vertement cet oncle octogénaire.
Le soufflet fut jugé pour le moins malvenu
Envers un homme âgé à la toison chenue,
Et cela fit gloser longtemps dans landerneau
Chacun ayant une opinion à ce propos.
Il se fit donc alors deux camps dans la smala
Ceux qui soutenaient Jules et les tenants d’Emma,
Et parmi ces derniers, le jeune Eliacin
Sur sa tante posa une très douce main
Qui s’en vint caresser d’une tendre affection
Les jolis seins d’Emma et leurs gracieux tétons,
En disant : Tante Emma laissez moi honorer
Ces ravissants bijoux qu’un autre a molestés
Tante Emma fut touchée et c’est dans sa chambrette
Que tous deux initièrent une brûlante fête
Durant laquelle Emma dévoila ses rondeurs
Les laissant à l’envie de ce neveu charmeur.
Et l’on se régala durant de longs instants :
Tante Emma fut sublime, Eliacin surprenant ;
On monta au pinacle, et comme le uhlan
On se laissa aller au galop intrépide
De la biche trottant sur la bite turgide
Et pour clore le tout, entre ses seins moelleux
Emma reçu les flots d’un sperme liquoreux.
Raimondo – 2020

Antoine
Te souvient-il Emma, de ce jour de printemps
Où sur le vert gazon, nous devînmes amants.

Cette lettre d’amour, qui débutait ainsi
Etait l’œuvre d’Antoine, un délicieux ami,
Avec qui elle avait, il y bien longtemps,
Partagé à loisir de savoureux moments.
Ils étaient jeunes alors et leurs sens enflammés
Souhaitaient avidement caresses et baisers ;
Ils étaient amoureux comme on l’est à seize ans,
Et en des coins discrets ils se voyaient souvent
Afin que d’échanger de ferventes caresses
Sur leurs brûlantes peaux frémissant d’allégresse.
On n’avait pas encor franchit le Rubicon
Mais l’on mignotait avec grande passion :
Emma offrait ses seins dont les tétons dressés
Faisaient l’admiration d’Antoine énamouré,
On s’abreuvait d’amour, de baisers chaleureux
D’étreintes passionnées de touchers amoureux.
Te souvient-il Emma de ma main fureteuse
Qui un jour s’égara vers tes cuisses soyeuses
Et qui osa poser un petit doigt fripon
Sur ton intimité et son charmant bouton.
Te souvient-il Emma que tu m’offris alors
De ton corps généreux le savoureux trésor
Et qu’après un moment nos sens ont ressentis
Le bienheureux plaisir qu’apporte le déduit.

Tu n’as pas su Emma, que j’avais demandé
Ta main à tes parents ; elle me fut refusée
Car dans votre famille il n’est pas bienséant
D’unir une bourgeoise avec un mécréant,
Alors je suis parti, vers des contrées lointaines
Pour refaire ma vie en ressassant ma peine.

Je souhaite que ce pli puisse te parvenir,
Qu’il réveille chez toi des heureux souvenirs,
Quand à moi, sache-le, je ne suis parvenu
A oublier ces heures que nous avons vécues
Raimondo – 2020

Actu-m’en diras tant Février 2021

Posted in Actualités & hors-série on février 10th, 2021 by gerard – 2 Comments

DEVINETTE

Il y a quelques jours, en Turquie, le BFK (Büyüksehir Belediyesi Spor Kulûbü) d’Istanbul jouait contre le SVS (Sivas Sivasspor) de Sivas. Une des équipes avait un maillot rouge, et l’autre un maillot… BLANC ! Le jeu consiste à deviner combien il y a de footballeurs en maillot blanc sur la photo en fond de neige (cliquez sur l’image pour l’agrandir et inversez la 2ème vue pour la solution):

 

Hors-série Tchernobyl 02

Posted in Actualités & hors-série on février 10th, 2021 by gerard – 3 Comments

Blagues Février 2021

Posted in Non classé on février 1st, 2021 by gerard – 2 Comments

Hors-série Grenades 01

Posted in Actualités & hors-série on février 1st, 2021 by gerard – 2 Comments

Raimondorama 56

Posted in Oulibouf on janvier 20th, 2021 by gerard – 4 Comments

L’oncle Adalbert
Emma avait senti une main baladeuse
Caressant tendrement sa croupe généreuse :
C’était l’oncle Adalbert, un tonton très coquin
Qui sur tous les fessiers, laissait errer ses mains.
Ses nièces ne prisaient pas toujours ces touchers
Et même quelquefois pouvaient se rebeller :
Une tape légère rappelait à l’intrus
Que l’on n’appréciait pas ses gestes incongrus.
Emma était docile, et de l’oncle Adalbert
Acceptait qu’il en vienne à toucher son derrière
Et même quelquefois lui laissait retrousser
Son jupon pour aller dénuder son fessier.
Emma envers cet oncle avec qui autrefois
Elle avait partagé de succulents émois,
Eprouvait de l’estime, et trouvait anodin
Ces gestes doucereux sur tous les culs féminins.
Elle gardait d’autrefois les fervents souvenirs
De ces jours merveilleux et remplis de plaisirs
Où tous deux conjuguaient les temps du verbe aimer.
On échangeait alors caresses et baisers,
Puis on se dénudait on s’offrait sans pudeur
Un sexe qui soudain rayonnait de bonheur ;
On trouvait pour jouir de tendres positions,
Tel le renversement du joyeux marmiton,
Le galop déchaîné de la noble troyenne
Ou le couplet charmant d’Elena la romaine.
Que ce soit au présent, au futur, au passé,
De ce beau verbe aimer, ils ont tout conjugué.
Mais hélas aujourd’hui cet oncle octogénaire
N’a plus, en ses vieux jours, la bite de naguère
Qui alors se dressait, au vu d’une nymphette,
Et prenait de l’ampleur pour lui faire la fête ;
C’est pourquoi désormais il doit se contenter
De ces gestes innocents sur de jeunes fessiers.
Raimondo – 2020

Beau damoiseau
Ce jour là Tante Emma était bien tristounette :
Depuis longtemps déjà elle manquait de quéquette
Et sentait une envie, un désir insensé
De se trouver enfin une bite à sucer.
Certes elle avait œuvré d’un doigt compatissant
Afin de provoquer un orgasme charmant
Mais cette grande envie de sucer la quéquette
Etait jusqu’à ce jour restée insatisfaite.
Elle avait vainement attendus ses amis,
Ses neveux n’étaient point venus en son logis,
Et ses oncles chenus ne briguaient plus alors
Ces jeux qui autrefois animaient leurs transports.
Pour calmer son tourment elle s’alla promener
Dans les bois attenant qui bordaient la cité,
Là, le souffle du vent bruissant dans les feuillages,
Le babil des oiseaux au délicieux ramage,
Apportèrent alors à Emma esseulée
Un soupçon de quiétude et de sérénité.
Mais ce qui la calma et combla son attente
Ce fut cette rencontre on ne peut plus troublante
Celle d’un damoiseau qui lors passait par là
Et fit un grand sourire à la gracieuse Emma.
La suite se devine, ils ont sympathisé
Et Emma réjouie s’est laissé courtiser ;
Elle a offert son corps à des mains fureteuses,
Succombé aux baisers de lèvres savoureuses,
S’est laissé envahir par de douces caresses
Sur ses seins généreux et ses pulpeuses fesses,
Jusqu’au suprême instant où elle a dénudé
Le sexe turgescent de ce beau sigisbée
Et que l’ayant happé dans sa bouche brûlante
L’a longuement sucé de façon insistante,
Sans jamais se presser en prenant tout son temps,
Jusqu’à faire surgir un chaud jaillissement.

Et durant quelques jours les bois ont résonné
Des clameurs de plaisir de leur tendre hyménée.
Raimondo – 2020

Augustin

Dans le fond de l’enclos, sous les rhododendrons
Tante Emma se faisait  mignoter les tétons.
Elle avait entrouvert les pans de son pourpoint
Offrant à son neveu ses magnifiques seins.
En voyant ces splendeurs, le bel adolescent
Laissa errer ses doigts sur les globes charmants,
Et suça tendrement les aréoles brunes
Qui s’érigèrent alors sous les lèvres opportunes.
Durant de longs instants avec aménité
Augustin fit la fête à ces rotondités
Et Emma sous l’effet de ces tendres caresses
Sentit monter en elle une vive allégresse,
Et le souhait d’accueillir en son intimité
L’apaisante venue d’un beau sexe érigé.
Elle guida le neveu, encor un peu novice,
Se montra avec lui fidèle initiatrice,
Recueillit ardemment ce membre convoité
Qui s’anima bientôt avec célérité.
Et l’exquis va-et-vient de la bite vaillante
Fit exulter bientôt cette gracieuse tante
Qui poussa le grand cri de la femme comblée
Alors que le plaisir s’en vient la submerger.
Etroitement soudés ils attendirent alors
Qu’une nouvelle envie  envahisse leurs corps
Et que la fête enfin puisse recommencer
Dans les furieux sursauts d’une ronde effrénée.

Raimondo – 2020

Actu-m’en diras tant Janvier 2021

Posted in Actualités & hors-série on janvier 10th, 2021 by gerard – 2 Comments

D’abord, du conventionnel, du presque académique… du normal, quoi !

Et, pour finir, nous n’oublierons pas combien ce bizarre Président (Trump) et ces non-moins bizarres supporters Républicains (manifestants du 6 Janvier) nous interpellèrent dans les années qui viennent de s’écouler. Ils ont bien mérité un petit extra en ce mois où notre inénarrable Donald devrait disparaître au placard :

Bonus Tintin

Trouvé sur le web :Production perso :

Hors-série : Les seniors 01

Posted in Actualités & hors-série on janvier 10th, 2021 by gerard – 2 Comments