Actu-m’en diras tant Janvier 2019

Posted in Actualités & hors-série on janvier 10th, 2019 by gerard – 2 Comments

Les contes de la semaine 03

Posted in Oulibouf on janvier 10th, 2019 by gerard – 1 Comment

Mercredi 

  • _ Je vous en prie Hector, cessez de laissez errer vos doigts n’importe où.
  • _ Mais enfin marquise, cette caresse entre vos jolies fesses vous agrée bien d’ordinaire.
  • _Certes, mais pas aujourd’hui.

Aux jeux de l’amour, la marquise montrait parfois quelques réticences, mais en fait cela n’était qu’un jeu, un de ces préludes qui bientôt cesserait pour faire place aux choses sérieuses.

  • _Et puis, cessez de m’appeler « marquise », j’ai un prénom tout de même.
  • _Parlons-en de votre prénom. Croyez-vous que Cunégonde soit un vocable tellement séant.
  • _Vous savez pertinemment que c’était celui ma marraine qui m’a faite sa légataire universelle et qui nous permet de vivre décemment aujourd’hui.

Ainsi donc, le Marquis Hector de Trouadec et son épouse Cunégonde devisaient  et comme à l’accoutumée se chamaillaient avant de faire l’amour. La suite fut délirante : les époux s’embrassèrent, se léchèrent, se pourléchèrent, se mignotèrent, se titillèrent, se firent mille amabilités. Ils avaient dépassé la cinquantaine mais leur ferveur au déduit ne faiblissait pas et ce jour là encore, ils vécurent des somptueux moments, au cours d’une sieste crapuleuse.

Cunégonde hurla, le marquis brama, le plaisir les submergea.

Parfois, après un petit repos, on s’octroyait une redite, une resucée. Ce ne fut pas le cas, ce jour là, la marquise attendant sa couturière pour l’essayage de quelques robes dont elle avait prévu la confection, à l’occasion du mariage de son neveu.

***

Le Baron Antoine de Fressange mariant son fils Antonin, avait convié sa sœur Cunégonde et son mari pour cette cérémonie familiale. Antonin était beau garçon certes, mais timide et quelque peu timoré ; la famille avait arrangé son mariage avec une roturière à la dot confortable, à défaut d’un physique remarquable.  En bon fils il avait sans rechigner accepté le marché favorable à sa famille, quasiment ruinée à la suite de placements hasardeux, donc malheureux.

Antonin aimait bien sa tante Cunégonde, dont il admirait la beauté, la perpétuelle bonne humeur et l’exceptionnel optimisme. Il la savait bonne conseillère et à la veille de convoler s’adressa à elle pour solliciter quelques conseils, car en matière de sexualité il ne connaissait rien ; d’ailleurs à 26 ans, il était toujours puceau et n’avait guère connu que des pollutions nocturnes qui ne sont pas, on en conviendra, le meilleur moyen de découvrir les arcanes du plaisir.

Cunégonde, constata que son neveu pouvait avoir quelques notions sur le mécanisme de l’amour, mais hélas il était loin d’imaginer tout le piquant que l’on peu trouver dans une relation sexuelle. Elle s’en ouvrit à son époux qui, prenant la chose à la plaisanterie, lui conseilla de jouer les initiatrices. Malgré son ouverture d’esprit, elle rejeta à priori cette solution, qui lui paraissait déraisonnable. Puis à la réflexion, la nuit portant conseil, elle en vint à trouver l’idée intéressante,  d’autant  qu’elle ne semblait pas déranger son époux, lui-même l’ayant  préconisée.

C’est ainsi qu’Antonin, perdit son pucelage, grâce aux bons soins de sa tante Cunégonde. Elle n’était pas la première dans la famille à jouer les initiatrices car il se disait qu’autrefois, quelques siècles auparavant, une certaine tante Emma avait été, en matière de sexualité la providence de ses nombreux neveux.

Antonin découvrit avec ravissement la beauté du corps féminin et ses duveteuses rondeurs séduisantes qui appellent la caresse ;  il s’étonna en voyant s’ériger des tétons affolés par les baisers qu’on leur prodigue, s’émerveilla au vu de ce sexe tapi sous sa toison duveteuse et de la tiédeur qu’il recélait. Il fut fasciné par ce bouton d’amour qu’il titilla sur les conseils de cette femme  attendant de lui qu’il réussisse à la faire jouir. En cadeau il reçu cette délicieuse gâterie qui réjouit les hommes et dont il semblait n’avoir jamais eu la moindre idée.

Cunégonde eut quelques remords d’avoir pour la première fois succombé à l’adultère ; c’était finalement pour une bonne cause, ce  qui ne faisait pas d’elle une pècheresse, vouée au châtiment éternel.

De son côté, le marquis, songeant que Lise, la fiancée, devait être une oie blanche, prit contact avec elle pour mieux la connaitre et l’entretenir au sujet de son futur mari. Elle était du genre enrobé, mais n’était en rien repoussante et son perpétuel sourire avenant lui conférait un certain charme qui faisait oublier ses rondeurs parfois  disgracieuses. Hector prit quelques précautions pour évoquer le cas  de son timide neveu, mais elle prit rapidement les devants :

  • _Inutile de me décrire Antonin ; nous étions au lycée ensemble et à l’époque déjà, on l’appelait couilles molles. Quand à moi, c’était grassouillette, et de ce fait les garçons aimaient bien me peloter les seins ou me caresser le cul.

L’expression ne manquait ni de piment, ni de pittoresque..

  • _Cela ne vous importunait point ?
  • _Pourquoi donc ? Croyez-moi, ce n’est pas désagréable, et c’est un excellent préliminaire à une agréable suite.
  • _Vous entendez par là que…
  • _….que je n’ai plus mon pucelage ?  Mais cela reste entre vous et moi et une petite dizaine d’amants.
  • _Et vous acceptez une union qui risque de ne pas vous apporter le bonheur que vous pourriez souhaiter.
  • _Mais, cher Tonton marquis, ce mariage va m’apporter un titre de baronne ; cela peut paraitre stupide, mais j’en suis ravie. Quand à mon Antonin, j’en fais mon affaire ; il est timoré mais malléable et j’ai de quoi éveiller sa mollesse et susciter sa curiosité, côté pile ou face.

***

Cunégonde ne dévoila jamais à son époux ce qui s’était passé avec son neveu, comment elle lui avait inculqué quelques rudiments de l’amour. Ce silence lui ôta la culpabilité qu’elle pouvait ressentir.   De son côté Hector ne fit point part de son entretien  avec Lise mais il  garda en lui l’image de cette jeune femme bien dans sa peau, un peu grassouillette peut-être, mais au charme ravageur, ayant l’enthousiasme chevillé au corps. Il regretta de n’avoir pas eu l’audace de lui faire un brin de cour, pour vivre avec elle   quelques  sympathiques moments  de privautés : son buste rebondi le faisait rêver, mais il eut la sagesse de résister à la tentation ; ce qu’il regretta longtemps.

***

Hector eut souvent l’occasion de revoir Lise. Au cours d’une réunion de famille, il se décida à effleurer d’une main insistante le ravissant fessier qui passait à portée.

Lise se retourna et avec un sourire coquin susurra :

  • _Enfin !!!

Raimondo – 2018

Blagues Janvier 2019

Posted in Actualités & hors-série on janvier 1st, 2019 by gerard – 1 Comment

Nous profitons de ce 1er de l’an pour vous réitérer tous nos bons voeux en 2019.

Raimondo & Gérard

Hors-série Bollywood 01

Posted in Actualités & hors-série on janvier 1st, 2019 by gerard – 1 Comment

Pendant des années, nous avons été redevables aux productions « bollywoodiennes ». Hélas, vous ne l’ignorez point, la faisabilité et surtout l’enregistrement de ces clips ne sont plus possibles. Nous gardons tout de même un sentiment de reconnaissance à ce qui fut notre inspiration et notre matière d’oeuvre pendant si longtemps. Un petit clin d’oeil à nos amis indiens est donc tout à fait de circonstance:

Fêtes de fin d’année

Posted in Uncategorized on décembre 20th, 2018 by gerard – 2 Comments

Avec Raimondo, nous souhaitons à tous nos visiteurs un très joyeux Noël et une heureuse année 2019. Que Santé, Bonheur et Réussite soient au rendez-vous pour vous et tous ceux que vous chérissez !

Raimondorama 36

Posted in Oulibouf on décembre 20th, 2018 by gerard – 2 Comments

Pétronille
Il y avait aussi au sein de la famille,
Outre la Tante Emma, la Tante Pétronille.
Mais cette tante là, n’attirait point les cœurs
Car la nature l’avait toute faite en laideur.
Son fessier n’avait point cette rotondité
Attirant les galants pour le solliciter,
Non, c’était un énorme et difforme arrière train
Inapte, il faut le dire, à allécher les mains.
Quant aux seins, ils étaient, certes très consistants
Mais hélas ils pendaient bien lamentablement
Et nul ne se risqua à vouloir dévoiler
Ces glorieux fleurons, de la féminité.
Certes, elle ne louchait pas ; ceci étant acquis,
Elle était en beauté loin d’être un premier prix,
Car sa peau n’avait point la douceur satinée,
Attirant les caresses ainsi que les baisers.
On avait bien compris, et cela dès l’enfance,
Qu’elle serait repoussoir de la concupiscence
Et que nul prétendant ne viendrait demander
Cet affreux laideron afin de convoler.
Elle resta vieille fille, car même les couvents
Ne voulaient s’encombrer d’un pareil élément.
Ses neveux la fuyaient, ne pouvant supporter
Son haleine fétide et l’odeur de ses pieds,
Ainsi que ses atours qui n’étaient qu’oripeaux,
Datant d’un autre temps, passablement vieillots.
Tante Emma quelquefois s’en venait la trouver,
Tentait par ses propos de bien la conseiller,
Afin qu’elle ne soit pas en cette dynastie
Objet de répulsion et de la moquerie ;
Mais Tante Pétronille resta au fil du temps
Toujours la même femme à l’aspect repoussant.
Un jour, elle disparut, elle quitta le pays
Et l’on ne sut jamais où elle était partie.
Seuls s’inquiétèrent alors certains des héritiers
Soucieux de récolter quelques liquidités.
Car ainsi va la vie, l’humain est ainsi fait,
Qui ne refuse point la venue d’un bienfait
Même quand celui-ci provient d’un réprouvé,
Dont on ne s’est jamais beaucoup préoccupé.
Raimondo – 2017

Sylvain I
Tante Emma ce jour là et son neveu Sylvain
Devisaient sur un banc tout au fond du jardin.
L’air était embaumé, c’était la floraison
Et les fleurs diffusaient d’exquises exhalaisons.
Dans un si beau décor au milieu des fragrances
Leur vint soudain l’envie d’entamer la romance,
Et leurs mains s’égarèrent avec curiosité
Vers d’intimes recoins qu’on aime à caresser.
Emma n’hésita pas à ouvrir son bustier
Pour offrir au neveu ses seins à mignoter ;
A ce jeu là Sylvain était un virtuose
Il savait avec art mener à bien les choses,
Et Tante Emma savait que ses jolis tétons
Jouiraient sous l’effet d’un bienheureux frisson.
Elle offrit donc sa gorge à ce fier conquérant
Sachant se comporter avec tant de talent.
Cette caresse là, disait-elle parfois
Est celle des héros, des princes et des rois,
Des seigneurs de l’amour, preux de la volupté,
Qui sèment le plaisir et la félicité.
Et pour remercier le fervent bienfaiteur
Tante Emma lui offrit sa bouche avec ferveur
Pendant qu’une menotte effleurait tendrement
Un sexe qui s’enflait sous l’heureux traitement.
On s’adonna ensuite aux polissonneries :
La culbute effrénée du joyeux ouistiti,
Le glouglou du dindon, l’envol de l’alouette
Ainsi que le galop du fantassin helvète,
Et l’on se retrouva comme des bienheureux
En cette position prisée des amoureux,
Ou l’on s’accouple enfin de façon guillerette
En la sublime pose appelée la levrette.
Alors, les va et vient, les galops empressés
Firent bientôt merveille et les amants comblés
Laissèrent s’exprimer par des halètements,
Le plaisir éprouvé en cet heureux moment.

Le souffle du zéphyr les combla tous les deux
En caressant les fleurs qui croissaient en ce lieu,
Car il se répandit, alors sous la tonnelle
Comme autrefois à Ur, un parfum d’asphodèle.
Raimondo – 2017

Quinquagénaire
Tante Emma, on le sait, faisait feu de tout bois ;
Ses cousin, ses neveux, ses oncles quelquefois
Avaient meublé sa vie et son intimité
Et l’on ne comptait plus ses folles équipées.
Ayant allègrement franchi la cinquantaine
Elle conservait toujours une beauté certaine
Et les femmes parfois jalousaient son allant
Qui attirait encor de nombreux prétendants.
Les plus jeunes appréciaient sa très grande expérience,
Pour les vieux elle était un vrai bain de jouvence,
Et tout comme autrefois, quand elle était jeunette,
On se pressait toujours pour lui faire la fête.
Certes elle avait acquis un soupçon d’embonpoint
Mais ce petit travers ne la dérangeait point,
Car son joli fessier attirait plus encor
De caressantes mains tapotant ce trésor.
Quand aux seins, qu’elle offrait toujours sans hésiter,
S’ils étaient un peu gros ils restaient bien plantés,
Et les adolescents trouvaient en leur sillon
Le charme bienfaisant menant à l’explosion.
Pour ses nièces elle était la précieuse égérie,
Vers laquelle on venait quémander un avis,
Chercher quelques conseils et quelques précisions
Pour créer chez l’amant le délicieux frisson.
Elle eût pu devenir une accorte tribade,
Des femmes lui lançant parfois quelques œillades,
Mais Emma préférait le brandon bien brûlant
Qu’avec fougue et ardeur apportait un amant.
Et si avec Gertrude elle eut quelques passions
Ce fut une amitié plus qu’une inclination,
Une belle expérience, que des femmes parfois,
Aimeraient dans leur vie essayer une fois.
Tante Emma parcourait sa vie en  libertine,
Elle faisait le bonheur de très nombreuses pines,
Toujours prête à offrir sa très tendre affection,
Ses splendides rondeurs, son gracieux petit con,
Sa bouche ensorcelante, sa langue besogneuse,
Qui savait réveiller les bites paresseuses,
Ses fertiles idées, son imagination,
Habiles à innover de folles positions
Capables de briser les plates habitudes
Qui sont les coupe-feu de la béatitude.

On peut le dire ici, bien que quinquagénaire
Tante Emma poursuivrait sa route avunculaire,
Quelques neveux encor étaient, restés puceaux
Et dès lors, elle lorgnait ces jeunes damoiseaux.
Raimondo – 2017

Germain
Emma suçait Germain, et sa paume douillette
Caressait tendrement d’avenantes roupettes ;
Il s’était quant à lui d’une main caressante
Glissé dans le sillon d’une croupe charmante
Et de ses doigts coquins s’en allait musarder
Vers tous ces coins secrets qui étaient à portée.
On était au printemps et ces adolescents
Sentaient monter en eux un flux envahissant
Qui les poussait alors à toutes ces folies
En ce lieu forestier à l’ombre d’un taillis.
Ils avaient découvert ce refuge secret
Où pouvoir à l’abri des regards indiscrets,
Echanger des baisers et des cajoleries,
Ces insignes plaisirs de la galanterie.
Entre les deux cousins tout avait commencé
Par des jeux anodins, quelques petits baisers,
Des serrements de mains, de légers frôlements
Que l’on fait sur la joue de son doigt caressant.
Puis vinrent les baisers de leurs bouches gourmandes
Quand les langues soudain dansent la sarabande
En faisant naitre alors l’impérieux désir
D’aller chercher ailleurs des sources de plaisir.
Et les mains s’égarèrent pour aller titiller
Un téton ravissant, un vit énamouré,
Une soyeuse peau, des recoins pubescents
Qui ravissent les mains curieuses des amants,
Prélude à une union qui va les emporter
Au sommet de l’extase et de la volupté.
Emma cria sa joie et Germain a son tour
Fit raisonner aussi un feulement d’amour.
Et les arbres, témoins de ces cris de bonheur,
Firent entendre bientôt un bruissement charmeur,
Qu’Eole avait créé pour fêter cette union
De deux adolescents livrés à leur passion.
Raimondo – 2018

Contrepèterie
(En hommage à Rabelais inventeur de ce jeu de mot)
C’est l’oncle Casimir, un hôte de passage
Qui ravit à Emma son précieux pucelage.
Emma avait seize ans. Elle avait jusqu’ici,
Avec tous ses cousins, et avec des amis
Partagé les doux jeux de la touche quéquette
Et du guili-guili sur la douce minette.
Elle aimait ressentir une main baladeuse
S’en venant tripoter sa croupe généreuse
Ou palper des tétons qu’elle offrait gentiment
A des admirateurs lorgnant ces ornements.
Emma en ce temps là, en fille très aimable
Avait pour les garçons des gestes charitables,
En comblant leurs envies et leurs moindres désirs
De la bouche ou des mains les menant au plaisir ;
Elle-même d’ailleurs aimait ces jeux coquins
Qu’elle offrait sans compter avec beaucoup d’entrain.
Bien sûr on ne franchissait pas encor le Rubicon
Mais ces cajoleries apportaient du frisson
Et l’on se contentait des simples cabrioles
Avant que de monter un jour au capitole
Cela se produisit quand l’oncle Casimir
Dévoila à Emma le sublime plaisir ;
Faisant d’elle une femme et c’est de ce jour-là
Que ses petits amis connurent d’autres joies
Quand la gentille Emma enfin leur fit connaitre
Ces nouvelles façons d’atteindre le bien être.
Chacun avait ses goûts, c’est ainsi que Fernand
Appréciait le galop du hussard flamboyant,
Siméon la levrette, Léon plus débonnaire
Se contentait du jeu de l’humble missionnaire,
Et Albin, en esthète, aimant le merveilleux
Préférait de très loin un ardent tête-à-queue ;
Quant au jeune Nathan, qui n’était pas pubère
Emma le caressait de ses globes mammaires.

Mais Parmi ces lurons il faut citer Rémy
Un joyeux partisan des contrepèteries,
Qui initia Emma un soir du mois de mai
A un tout nouveau jeu nommé la rue du quai
Raimondo – 2018

Actu-m’en diras tant Décembre 2018

Posted in Actualités & hors-série on décembre 10th, 2018 by gerard – 2 Comments

Quand le prix de l’essence flambe, la situation devient explosive.

Le problème de l’agitation actuelle n’est pas que l’essence ou les taxes. Des réformes, il en faut, et pas qu’un peu ! C’est essentiellement une question de dosage et de répartition. Un calendrier plus étendu dans le temps n’aurait pas donné ce sentiment d’accumulation (essence, gaz, électricité, etc…), les gens de condition modeste ont eu l’impression de se noyer dans ces nouvelles taxes. Au-dessus de tout, ils ont mal vécu que ce soit toujours aux mêmes à qui on demande de se serrer la ceinture, les possédants n’ont jamais été inquiétés… Hélas, maintenant c’est devenu une contestation attrape-tout, et tous les peigne-cul s’y mettent (ambulanciers de mauvaise foi qui te facturent des trajets fictifs, routiers qui n’ont pas grand-chose à perdre puisque, de toute façon, ils ne peuvent actuellement plus faire leur travail, et…).
Comme une bande de minables de tous bords politiques (de Mélanchon à Le Pen, en passant par ces clowns de Dupont-Aignan et Lassalle, ou ce vieux cheval de retour de Hollande), de nos élites intellectuelles à la mords-moi-le-zgaï (BHL, Finkielkraut, Michéa, Onfray*…), ou du showbiz (cet has-been de Pierre Perret, cette enflure de Dieudonné, cette vieille cagole de BB…), Gigaproduction, victime comme tout un chacun, de MANIPULATION, se doit également de faire de la RECUPERATION, à l’image de la CGT, des syndicats de ploucs  ou des 95% de petits merdeux de lycéens qui ne voient là que l’occasion d’ajouter au bordel ambiant. Que chacun se rappelle « l’après-Mai-68 » et les désillusions qui en ont suivies… Voici donc quelques vaticinations sur les « gilets jaunes » (NB: La 1ère rafale est de temps en temps retouchée par votre serviteur).
= « Cette jacquerie me plaît ! » (Michel Onfray, peut-on faire plus méprisant en si peu de mots ?)

La 2ème rafale est 100% l’oeuvre d’internautes humoristes:

…Mais, en creusant à peine, vous en trouverez beaucoup d’autres sur le web… Il y a aussi des plaisanteries du genre:

Monsieur & Madame Fontunbouchon ont deux fils : Gilles et John.

Epouvantable ! La tombe de six membres de la même famille repérée au cimetière : « Ci-git les Jones ». Etc, etc…

Cinéprovence 10

Posted in Actualités & hors-série on décembre 10th, 2018 by gerard – 2 Comments

Depuis Juillet dernier, je parie que cet hors-série manquait à ceusses qui habitent en-dessous de Montélimar !

Blagues Décembre 2018

Posted in Non classé on décembre 1st, 2018 by gerard – 2 Comments

 

Hors-série Islam 05

Posted in Actualités & hors-série on décembre 1st, 2018 by gerard – 3 Comments